Alexandre Gretchaninov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alexandre GretchaninovAlexandre Gretchaninoff / Gretschaninow

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Alexandre Gretchaninov, Moskou, 1910

Nom de naissance Alexandre Tikhonovitch Gretchaninov
Naissance 25 octobre 1864
Moscou Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Décès 3 janvier 1956 (à 91 ans)
New York Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale compositeur
Formation Conservatoire de Moscou & Conservatoire de Saint-Pétersbourg
Maîtres Sergueï Taneïev, Anton Arenski, Rimski-Korsakov

Alexandre Tikhonovitch Gretchaninov (ou aussi Aleksandr / Alexandre Grechaninov / Gretchaninoff / Gretschaninow) (en russe : Александр Тихонович Гречанинов; ISO 9 : Aleksandr Tihonovič Grečaninov), né le 25 octobre 1864 à Moscou et mort le 3 janvier 1956 à New York, est un compositeur russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gretchaninov commença assez tard l'apprentissage de la musique ; son père en effet s'attendait à le voir reprendre ses affaires. Il raconta lui-même plus tard qu'il ne vit un piano pour la première fois qu'à l'âge de quatorze ans et il entra au Conservatoire de Moscou en 1881 à l'insu de ses parents. Ses professeurs furent Sergueï Taneïev et Anton Arenski. À la fin des années 1880, après avoir rompu avec ce dernier, il partit pour Saint-Pétersbourg où il étudia la composition et l'orchestration avec Rimski-Korsakov jusqu'en 1893. Celui-ci reconnut l'immense talent musical de Gretchaninov, lui consacrant du temps supplémentaire et même de l'aide financière, ses parents ne le supportant plus. L'influence de Rimski fut très grande sur les premières compositions de Gretchaninov, dont sa première symphonie qui fut créée en 1895 sous la direction de son maître. Gretchaninov fut toute sa vie un compositeur conservateur, tourné vers la tradition musicale russe du XIXe siècle.

Il rentra à Moscou en 1896, et s'impliqua dans la vie musicale de la ville, composant pour le concert et la scène, mais aussi pour les liturgies orthodoxes. Ses œuvres, tant traditionnelles que liturgiques, remportèrent de grands succès et en 1910 le Tsar Nicolas II le récompensa par une pension annuelle. Bien qu'il ait vécu en Russie pendant plusieurs années après la Révolution, il choisit de la quitter en 1925 et s'installa d'abord à Paris. Il partit pour les États-Unis en 1929, en devint citoyen et y demeura jusqu'à sa mort.

Compositions[modifier | modifier le code]

Orchestrales[modifier | modifier le code]

  • Cinq symphonies (1894, 1908, 1923, 1927, 1936)
  • Un concerto pour violoncelle, op.8 (1895)
  • Un concerto pour violon, op.132 (1932)
  • Un concerto pour flûte, orchestre à cordes et harpe, op.159 (1938)

Vocales[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs opéras
  • Lieder (Un cycle "Les Fleurs du mal" op.48)
  • "Vers la victoire" (1943)

Liturgiques[modifier | modifier le code]

  • Chœurs religieux
  • Les Sept Jours de la Passion (1911)
  • Liturgia Domestica Op.79 (1917)
  • Missa Oecumenica (1936)
  • Missa festiva Op.154 (1937)
  • Missa Sancti Spiritus (1940)
  • Missa Et in terra pax (1942)

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Quatre quatuors à cordes (1893, 1914, 1916, 1929)
  • Deux trios avec piano (1906, 1931)
  • Deux sonates pour piano (1931, 1942)
  • Pièces pour piano

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :