Alain Bernheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernheim.
Alain Bernheim

Alain Bernheim (né à Paris en 1931) est un pianiste français et un spécialiste de la franc-maçonnerie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière musicale[modifier | modifier le code]

À l'âge de 12 ans, Alain Bernheim est arrêté par la Gestapo et interné au Camp de Drancy. À 15 ans, il représente le lycée Janson-de-Sailly au Concours général de philosophie. Il étudie au Conservatoire de Paris. Il est l'un des premiers étudiants à bénéficier du programme Fulbright, qui lui permet de financer un séjour au New England Conservatory of Music de Boston. Il remporte le second prix, en compagnie de Vladimir Ashkenazy, au concours international de Bucarest de 1953. Il a donné environ 2 000 concerts jusqu'en 1980. Mais il doit arrêter sa carrière musicale pour des raisons de santé.

La franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Alain Bernheim entre dans la franc-maçonnerie en 1963. Après l'arrêt de sa carrière de pianiste, il se consacre à la recherche de l'histoire maçonnique. En 1986 et 1993, il reçoit le « Norman Spencer Award » décerné par la "Quatuor Coronati Lodge" No. 2076, la plus ancienne loge de recherche du monde. En 1997, il reçoit le Certificate of Literature de la Philalethes Society et en 2001, le Albert Gallatin Mackey Scholar Award décerné par la Scottish Rite Research Society, qui l'élit comme Fellow. En 2007, il devient membre de la Society of Blue Friars[1] et en 2010 membre actf de la loge Quatuor Coronati No. 2076 (Londres), dont il a été Premier Surveillant et de laquelle il a démissionné le 18 juin 2014. Le Suprême Conseil de France lui a décerné le Prix Caroubi au mois de mai 2011, et son livre, Le rite en 33 grades, a reçu le Prix littéraire de la Maçonnerie française 2011 (catégorie Histoire).

Le Suprême Conseil des États-Unis, Juridiction Sud, l'a élevé au 33e degré du Rite écossais ancien et accepté. Il est chevalier capitulaire du Grand Prieuré de Belgique, CBCS avec le nom d'Ordre d'Eques a Quæstione studiosa et membre de l'Ordre Royal d'Écosse. Le Suprême Conseil de France lui a décerné en 2014 la distinction de Membre d'Honneur.

Il appartient aujourd’hui à la Grande Loge Suisse Alpina ("Masonry Universal Lodge" No. 40), il a été Vénérable Maître de la Loge d'étude "Ars Macionica" No. 30 de la Grande Loge Régulière de Belgique (2006-2008 ) et membre actif de la Loge de recherche Quatuor Coronati No. 2076 de la Grande Loge unie d’Angleterre (2010-2014)[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les débuts de la franc-maçonnerie à Genève et en Suisse. Avec un essai de répertoire et de généalogie des loges de Genève (1736-1994), Slatkine, Genève, 1994, 674 pp.. (ISBN 978-2-05-101316-1)
  • Heredom : The Transactions of the Scottish Rite Research Society, avec S. Brent Morris, W. Kirk MacNulty et William D Moore, 1996.
  • Collectif, (collaboration) Encyclopédie de la Franc-maçonnerie, Librairie générale française, collection « pochotèque », Paris, 2000, 982 pp. (ISBN 978-2-253-13252-3)
  • Collectif, (collaboration) Freemasonry in Context, Lexington Books, 2003, 348 pp. (ISBN 978-0-7391-0781-2)
  • "Réalité Maçonnique", in: Masonica, revue du Groupe de Recherche Alpina, Lausanne, 2007.
  • Une certaine idée de la franc-maçonnerie, préface d'Arturo de Hoyos, Éditions Dervy, Paris, 2008 (ISBN 978-2-84454-564-0)
  • "Les lectures incertaines de Charles Porset", in: Humanisme, Paris, Octobre 2009, N° 286, pp. 104-109.
  • Le rite en 33 grades - De Frederick Dalcho à Charles Riandey,Éditions Dervy, Paris, 2011, 694 pp. (ISBN 978-2-84454-655-5)
  • Ramsay et ses deux discours, Éditions Télétes, Paris, 2012, 96 pp. (ISBN 2906031747)
  • Les deux plus anciens manuscrits des grades symboliques de la franc-maçonnerie de langue française, Éditions Dervy, Paris, 2013.
  • Régularité maçonnique, Éditions Télètes, Paris, 2015, 112 pp. (ISBN 978-2-90-6031-975)

Il est également auteur d'environ 150 publications en français, anglais et allemand dans la presse spécialisée consacrée à la franc-maçonnerie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. site web de la Society of Blue Friars, accès du 28 mars 2008.
  2. Référence: www.hiram.be, accès du 14 décembre 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]