Afel Bocoum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bocoum.

Afel Bocoum est un musicien, guitariste et chanteur malien, né à Niafunké en 1955.

Afel Bocoum est né d’une mère peule et d’un père sonrhaï, musicien. Ayant fait des études agricoles, il travaille à partir de 1978 dans le secteur du développement agricole[1].

En 1968, âgé de 13 ans, Afel Bocoum rejoint son oncle Ali Farka Touré, natif aussi de Niafunké, au sein du groupe Asco[2]. Il quitte le groupe en 1978 mais poursuit sa collaboration avec Ali Farka Touré pendant une trentaine d’années.

Dans les années 1980, il fonde son propre groupe qu’il baptise Alkibar — ce qui signifie « messager du grand fleuve », en langue sonrhaï. Il utilise des instruments traditionnels comme la njarka (violon à une corde), la njurkel (guitare à deux cordes), la calebasse, à côté de la guitare acoustique[3]. En 1997, il produit un premier album.

Afel Bocoum chante principalement en sonrhaï, sa langue maternelle, mais aussi en tamasheq, la langue des Touaregs, ainsi qu'en bambara[1]. Ses chansons évoquent l’évolution de la société malienne, la reconnaissance de la femme, les mariages forcés, le respect.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Alkibar
  • 2002 : Musique du Mali avec d'autres artistes
  • 2006 : Niger

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Biographie sur le site de Contrejour contrejour.com, consulté le 29 ôût 2009
  2. Afel Bocoum, le messager du grand fleuve, Mali-music, 12 janvier 2004 mali-music.com
  3. Afel Bocoum Un humble messager du désert, interveiw sur RFI Musique, 2 juin 2006 rfimusique.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]