Touareg (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tamasheq)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Touareg.
Touareg
tamacheq, tamahaq, tamajaq (ou tamajaght)
Parlée en Algérie, Libye, Mali, Niger, Burkina Faso, Mauritanie
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle de Drapeau de l'Algérie Algérie (nationale) dans le cadre de Tamazight
Drapeau du Mali Mali (nationale)
Drapeau du Niger Niger (nationale)
Régi par HCA (Algérie)[réf. souhaitée]
DNAFLA (en) (Mali)
Codes de langue
ISO 639-2 tmh
ISO 639-3 tmh
IETF tmh

Le touareg ou tamacheq est un groupe de variantes berbères - le tamacheq, le tamahaq et le tamajaq (ou tamajaght), parlées par les Touareg (le terme singulier est «Targui» au masculin, et «Targuia» ou «Targuie» au féminin). Il appartient donc à la famille des langues afro-asiatiques. Les variantes touareg sont les seules du groupe berbère à avoir conservé la forme écrite de l'alphabet libyco-berbère, également appelé tifinagh.

Il est parlé dans la région du Sahel, Niger, Mali, Burkina Faso, et aussi en Afrique du Nord, Algérie et Libye où il est appelé tamahaq. Il est parlé par environ 5 millions de personnes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Touareg habitent les régions désertiques de l'Afrique du Nord depuis des temps immémoriaux ; ils seraient les descendants des paleoberbères de la préhistoire. Les sites d'art rupestres comportant des écritures Touareg, attestent de la présence de ce peuple dans la région il y a plusieurs millénaires. Hérodote a mentionné un peuple libyque nommé les Garamantes qui seraient les ancêtres des Touareg du nord. Au Moyen Âge, ils habitaient au sud du Maroc aux environs du grand centre caravanier de Sijilmassa. Au XVIe siècle, Léon l'Africain retrace les migrations des Touareg vers le sud et leur expansion, soumettant les Haoussas de l'Aïr (XIVe siècle) et cherchant à s'imposer sur la boucle du Niger, à Tombouctou et à Gao, contre l'Empire du Mali (XIVe-XVe siècle), l'Empire songhaï (XVe-XVIe siècle), les expéditions marocaines (XVIIIe siècle) ou contre les Peuls (XIXe siècle).

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Le touareg (en bleu foncé) parmi les langues berbères.

Le touareg est parlé au nord et au sud du Sahara : dans le Sahel, à travers le Niger, le Mali, le Burkina Faso, et aussi en Afrique du Nord, en Algérie et en Libye.

En Algérie et en Libye, la variante de la langue est appelée tamahaq, et est parlée par plus de 60 000 personnes en 1987.

Au Mali, la langue est officiellement appelée tămăšeɣt(litt. tamacheght) et peut se répartir en deux zones :

  • région de Ménaka, Ansongo et de Gao
  • région de Gao, Kidal, Bourem, Rharous, Tombouctou, Goundam, Diré et Niafunké.

Elle y est parlée par près de 250 000 personnes en 1991. La variante malienne est aussi parlée en Algérie et au Burkina Faso.

Au Niger, deux variantes de la langue sont appelées respectivement tamajaq tahoua et tamajeq tayart. En 1998, la variante tawallamat est parlée au Niger par 450 000 personnes (sans compter les locuteurs de cette variante au Nigeria ou au Mali) et la variante tayart y est parlée par 250 000.

Écriture[modifier | modifier le code]

Le touareg est écrit avec l’alphabet tifinagh mais aussi avec l’alphabet latin.

Au Niger, le tamajaq a un alphabet latin officiel depuis 1999.

Au Mali, le tamacheq a un alphabet latin officiel depuis 1967, modifié en 1982.

Alphabets[modifier | modifier le code]

Alphabet tamacheq (Mali)[modifier | modifier le code]

Au Mali, l’alphabet touareg a un statut officiel depuis le décret no85/PG-RM du 26 mai 1967 et est révisé par le décret no159/PG-RM du 19 juillet 1982[1].

Les modifications entre 1967 et 1982 sont :

  • les consonnes emphatiques ‹ ʼd, ʼl, ʼs, ʼt, ʼz › deviennent ‹ ḍ, ḷ, ṣ, ṭ, ẓ ›
  • le digraphe ‹ sh › est remplacé par ‹ ʃ › (<š>) pour éviter la confusion avec la suite ‹ s › et ‹ h ›
  • la voyelle brève ‹ ă › est introduite
  • le digraphe ‹ gh › est remplacé par ‹ ɣ ›
  • les consonnes ‹ h › et ‹ ʔ › sont introduites, car utilisés dans le mot d’origine arabe
  • ‹ ŋ › est utilisé dans les mots d’emprunts
Lettres de l’alphabet (Mali, 1982)
A Ă B D E Ǝ F G Ɣ H I J K L M N Ŋ O Q R S Š T U W X Y Z Ž ʔ
a ă b d e ǝ f g ɣ h i j k l m n ŋ o q r s š t u w x y z ž ʔ

Alphabet tamajaq (Niger)[modifier | modifier le code]

Au Niger, il existe un alphabet tamajaq officiel depuis l’arrêté 214-99[2]. L’accent circonflexe est utilisé sur les voyelles â, ê, î, ô, û.

Lettres de l’alphabet (Niger, 1999)
A Ă Ǝ B C D E F G Ǧ H I J ǰ Ɣ K L M N Ŋ O Q R S Š T U W X Y Z
a ă ǝ b c d e f g ǧ h i j ǰ ɣ k l m n ŋ o q r s š t u w x y z

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. DNAFLA 1993
  2. République du Niger 1999 (copie de l’alphabet tamajaq, TAL en Afrique)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Dictionnaire touareg–français de Foucauld (1951)
  • Charles de Foucauld, Dictionnaire touareg-français, 4 vol., Paris, Imprimerie nationale de France, 1951-2
  • Direction Nationale de l'Alphabétisation fonctionnelle et de la Linguistique appliquée (DNAFLA), Alphabets et règles d'orthographe des langues nationales. Bamako : D.N.A.F.L.A. 1993.
  • Émile Masqueray, Dictionnaire français-touareg, dialecte des taïtoq, suivi d'observations grammaticales, Paris, E. Leroux, 1893
  • A. Motylinski, Grammaire, dialogues et dictionnaire touaregs, Alger, P. Fontana, 1908
  • Karl G. Prasse, Ghoubeid Alojaly, Ghabdouane Mohamed, Dictionnaire touareg-français (Niger), 2 vol., Copenhague, Museum Tusculanum Press, Université de Copenhague, 2003 ISBN 978-87-7289-844-5
  • République du Niger, Arrêté 214-99 de la République du Niger, 19 octobre 1999.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]