Abou Qurra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Abou Qurra[1] ou Corra ou K'rra, appartenant à la tribu des Banou Ifren de Tlemcen, en actuelle Algérie. Il sera le chef de la tribu des Banou Ifren. Il est l'un fondateur de l'opposition (en) des Berbères d'Afrique du Nord à la dynastie des Omeyyades, née de discriminations face aux nouveaux convertis et d'impôts trop élevés.

Ce personnage mal connu est le fondateur du kharidjisme sufrite en Afrique du Nord[2] et du royaume sufrite de Tlemcen. Vers 736, Abou Qurra professe cette doctrine aux Zénètes et aux Berbères et se voit désigner comme imam et comme chef[3].

Entre 767 à 776, il parvient à reprendre aux Arabes toute l'Ifriqiya à la tête d'une armée de plus de 350 000 cavaliers[4]. Ibn Khaldoun le décrit dans son livre Kitab al-Ibar.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 765, après la mort de Khaled ibn Hamid, Abou Qurra est proclamé calife c'est-à-dire souverain spirituel et temporel par les membres de sa tribu[5] qui avait pris le pouvoir dans tout le Maghreb central[3].

Il prend d'abord Tobna à la tête de 40 000 cavaliers[6] puis assiège la ville de Kairouan en Tunisie. Toutes les tribus berbères sont alors placées sous son commandement[3]. Ibn Rustom, qui avait comme épouse une femme des Banou Ifren et se trouvant être le seul Persan de cette armée, se voit également proclamé imam par les Banou Ifren[3]. Vers 778, ce dernier remplace Abou Qurra et fonde le royaume de Tiaret. Abou Qurra sera quant à lui accusé d'avoir reçu de l'argent pour laisser en vie Omar ibn Hafs, dirigeant de la Tunisie au nom des Abbassides à cette époque. Il saisit alors les biens en possession des Abbassides et fait tuer Ibn Hafs (surnommé Hezarmard et lui aussi persan)[3] durant le siège de cette ville[7]. Abou Qurra et les Banou Ifren se retirent après cette victoire pour retourner dans leur royaume de Tlemcen. Après cette victoire, Abu Qurra abandonne le kharidjisme et le pouvoir en raison des divisions internes des Berbères[3].

Fondateur de la ville d'Agadir (Tlemcen)[modifier | modifier le code]

Agadir (actuelle Tlemcen) fut fondé par Abou Qurra le calife de la tribu des Banou Ifren en 790. Agadir devient la capitale des Berbères sufrites. Abou Qurra invite Idriss Ier à séjourner à Agadir. La ville fut construite sur les ruines de la ville romaine de Pomaria. Idriss Ier construisit une grande mosquée[8],[9].


Conséquence après la révolte[modifier | modifier le code]

En réaction au siège de Kairouan, Yazid ibn Hatem envahit le Maghreb et fait châtier ses habitants[3] : les Banou Ifren perdront des centaines de milliers de cavaliers dans cette nouvelle guerre[3] contre les Omeyyades et les Abbassides[10],[11]. La plus puissante armée berbère[12] de tous les temps (350 000 cavaliers sans les fantassins[3]), qui a gagné toutes les batailles contre les Romains, les Vandales, les Byzantins et les Arabes[13],[14] — les Zénètes n'ont jamais été colonisés par les Romains, ni par les Vandales, ni par les Byzantins[15],[13] et ni par les Arabes[16] alors que la Kahena a remporté deux batailles contre les Arabes avec l'aide des Zénètes et en particulier des Banou Ifren[3] . Ces derniers se retrouvent privés des meilleurs dresseurs de chevaux à cause de l'entreprise d'Abou Qurra[17],[18].

Il faut attendre 50 ans pour que la deuxième plus grande révolte kharidjite menée par Abu Yazid de la tribu des Banou Ifren voit le jour pour combattre les Fatimides[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abou Qurra en arabe : ʾabū qurra al-īfrīnīy, أبو قرة اليفريني
  2. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, traduit par Baron Slane, éd. Berti, Alger, 2003, pp. 848-849
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Ibn Khaldoun, op. cit.
  4. Ibn Khaldoun, op. cit., p. 847
  5. William J.T. Brown, Kharijite political influences in medieval Berbery, éd. Université du Wisconsin, Madison, 1963
  6. Mahfoud Kaddache, L'Algérie médiévale, éd. Enal, Alger, 1992, p. 29
  7. Ibn Khaldoun, op. cit., pp. 848-849
  8. La médina de Tlemcen: l’héritage de l’histoire, Fouad Ghomari
  9. In un mondo che assiste passivo alla globalizzazione di "usi", "tendenze" e "prodotti" imposti da poche lobbies e da poche grandi Potenze; in un mondo in cui parossisticamente, allo sviluppo della tecnologia multimediale finalizzata all'incremento
  10. Ibn Khaldoun, op. cit., p. 2
  11. Mahfoud Kaddache, op. cit.
  12. Charles-André Julien, Histoire de l'Afrique du Nord. Des origines à 1830, éd. originale 1931, rééd. Payot, Paris, 1994
  13. a et b Pierre Hubac, Carthage, éd. Bellenand, Paris, 1952, p. 231
  14. Lieutenant-colonel Delartigue, Monographie de l'Aurès, Constantine, 1904
  15. Ivan Van Sertima, The Golden Age of the Moor, Transaction Publishers, Londres, 1992
  16. Ibn Khaldoun, op. cit. (voir partie consacrée aux Zénètes)
  17. Idrīsī (trad. Reinhart Pieter Anne Dozy, Michael Jan de Goeje), Description de l'Afrique et de l'Espagne, Leyde, Brill,‎ 1866 (lire en ligne), p. 102
  18. Mémoires de la Société de géographie de Genève, tome IV, imprimerie Ramboz et Schuchardt, Genève, 1864, p. 46

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]