Éléphant méridional

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Éléphant méridional

Description de cette image, également commentée ci-après

Squelette de Mammuthus meridionalis
au Muséum national d'histoire naturelle

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Proboscidea
Famille Elephantidae
Genre Mammuthus

Nom binominal

Mammuthus meridionalis
(Nesti, 1825)

Synonymes

  • Archidiskodon meridionalis
  • Elephas meridionalis

L'éléphant méridional (Mammuthus meridionalis) est un genre éteint d'éléphants classé aujourd'hui parmi les mammouths. Filippo Nesti, le premier à l'avoir décrit, le croyait plus proche des éléphants actuels et lui a donné pour cela le nom d'Elephas meridionalis. Pendant un certain temps il s'est également appelé Archidiskodon meridionalis.

Ce genre avait des molaires assez larges aux lamelles transversales relativement peu nombreuses. Les défenses, puissantes, atteignaient presque 4 m et déjà possédaient la forme en vis caractéristique des mammouths. Les grands exemplaires de l'éléphant méridional avaient une hauteur qui dépassait 4 m. On ne sait pas s'il portait déjà une fourrure, comme les genres de mammouth qui lui ont succédé. C'était un des premiers genres de mammouth, et le premier à avoir quitté la région d'origine en Afrique et à avoir atteint l'Eurasie. Il y a environ 1,5 million d'années, il est passé en Amérique du Nord par le détroit de Béring, alors à sec. Des genres de mammouth plus tardifs comme le mammouth des steppes et le mammouth de Colomb sont ses descendants. On discute encore pour savoir s'il faut placer parmi ses ancêtres, les deux genres africains Mammuthus africanavus et Mammuthus subplanifrons. L'éléphant méridional vivait dans des régions de forêt ouvertes d'Eurasie et d'Amérique du Nord où, il y a deux millions d'années, régnait un climat relativement doux.

Un squelette complet est à Stavropol State Museum. L'unique squelette complet à avoir été trouvé en Amérique du Nord est exposé à Denver. On peut voir à Paris, au Muséum national d'histoire naturelle, le squelette d'un éléphant méridional, « l'éléphant de Durfort », qui a plus de quatre mètres de haut.

Un squelette presque complet d'Archidiskodon meridionalis daté entre 2,9 M et 3,3 M d'années a été trouvé à Perdika (Grèce)[1].

Traditions populaires[modifier | modifier le code]

Avant que se fussent imposés le concept d'évolution et la géologie moderne les populations qui habitaient les aires où l’on avait retrouvé des fossiles de Meridionalis, surtout dans le Valdarno, avaient tendance à donner sur leur origine des explications fantaisiste, comme le confirme John Murray dans son Guide de l’Italie centrale (1843) : « À Montevarchi se trouve le siège de l'Académie du Valdarno dont le musée abrite une riche collection de fossiles qui mérite une visite de la part du voyageur qui s'intéresse à la science. Mais les habitants, qui ignorent l'histoire naturelle, soutiennent que c’est par là qu’est passé Hannibal et ils pensent donc que ces os sont les restes des éléphants carthaginois  » [2]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hubert Delobette : "Histoires vraies en Languedoc-Roussillon", papillon rouge editeur, 2006
  • Douglas Palmer: Dinosaurier & Prähistorische Tiere, 2000, Köln, ISBN 3-8290-6113-7
  • Adrian Lister: Mammuts Die Riesen der Eiszeit. Jan Thorbecke Verlag, 1997 ISBN 3-7995-9050-1
  • Spektrum der Wissenschaft (Mensch Mammut Eiszeit), 1/2006

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Pre-Sapiens Man in Greece par Aris N. Poulianos. Dans Current Anthropology, Vol. 22, No. 3, Jun., 1981. pp. 287-288.
  2. John Murray, Handbook for Travellers in Central Italy, London, 1843, pag. 206


Sur les autres projets Wikimedia :