Édouard Chassaignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Édouard Chassaignac, né Édouard-Pierre-Marie-Charles Chassaignac, le 24 décembre 1804 à Nantes et mort le 26 août 1879 à Versailles, est un médecin, chirurgien et professeur de médecine français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Édouard Chassaignac suit des études de médecine à Nantes, il est interne à l'Hôtel-Dieu de Nantes. Il en sort diplômé du doctorat en médecine en 1835, avec une thèse sur les fractures de la hanche.

En 1837, il est nommé professeur agrégé et prosecteur à la faculté de médecine de Paris.

En 1852, il devint chirurgien à l'hôpital Lariboisière. Il a comme élève Jules-Émile Péan à qui il démontre les vertus de l’hémostase.

Il est le concepteur de l'intervention chirurgicale connue sous le nom d'« écrasement », au moyen de laquelle les tumeurs, les hémorroïdes, les polypes et autres excroissances peuvent être enlevés sans effusion de sang. L'introduction générale du drainage en chirurgie est aussi due à son initiative. Il a introduit l'utilisation de tubes de drainage en chirurgie.

Il fut vice-président de la société d'anatomie, et en 1857 président de la Société de chirurgie.

En 1868, Édouard Chassaignac devient membre de l’Académie nationale de médecine.

Il est considéré comme l’un des précurseurs de l’hémostase préalable à l’exérèse, par la mise au point d’un « écraseur » qui porte son nom.

La « paralysie Chassaignac » est un terme qui désigne la pronation douloureuse qui est la lésion traumatique du coude.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De la fracture du col du fémur, étudiée spécialement sous le point de vue de l’anatomie pathologique (thèse de doctorat), 1835.
  • Dissertation sur la texture et le développement des organes de la circulation sanguine (thèse d'examen pour la chaire d'anatomie), 1836.
  • Quels sont les agents de la circulation veineuse, etc. (thèse d'agrégation), 1837.
  • De l’appréciation des appareils orthopédiques (thèse d'examen pour la chaire d'opérations chirurgicales), 1841.
  • Lésions traumatiques du crâne et des parties qu’il contient (thèse d'examen pour la chaire de chirurgie clinique), 1842.
  • Des membranes muqueuses (thèse d'examen pour la chaire d'anatomie), 1846.
  • Des tumeurs de la voûte du crâne (thèse d'examen pour la chaire d'opérations chirurgicales), 1846.
  • Des opérations applicables aux fractures compliquées (thèse d'examen pour la chaire d'opérations chirurgicales), 1850.
  • Des tumeurs enkystées de l’abdomen, 1851.
  • Études d’anatomie et de pathologie chirurgicale, 2 vol., Paris, 1851.
  • Clinique chirurgicale de l’hôpital Lariboisière, 1854-1858.
  • Leçons sur la trachéotomie, 1855.
  • Mémoire sur l’ostéomyélite (extrait de la Gazette médicale de Paris année 1854), E. Thunot, Paris, 1854, 36 p.,
  • Traité de l’écrasement linéaire, etc. Paris, 1856.
  • Traité pratique de la suppuration et du drainage chirurgical, 2 vol., Paris, éd. Masson, 1859.
  • Traité clinique et pratique des opérations chirurgicales, etc., 2 vol., Paris, 1861-1862.
  • Origine du procédé des résections sous-périostées, 1872.
  • Des épanchements purulents de la poitrine traités par le drainage chirurgical, 1872.
  • De l’empoisonnement du sang par matières organiques, Paris, éd. Masson, 1873.

Liens externes[modifier | modifier le code]