Vol Aeroflot 811

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vol 811 Aeroflot)

Vol Aeroflot 811
Un An-24RV de l'Aeroflot similaire à l'avion accidenté
Un An-24RV de l'Aeroflot similaire à l'avion accidenté
Caractéristiques de l'accident
Date24 août 1981
CausesCollision en vol
Site70km à l'est de Zavitinsk, république socialiste fédérative soviétique de Russie, en URSS
Coordonnées 50° 01′ 10″ nord, 130° 28′ 00″ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilAntonov An-24RV
CompagnieAeroflot
No  d'identificationSSSR-46653
Passagers27
Équipage5
Morts31
Survivants1

Géolocalisation sur la carte : Russie
(Voir situation sur carte : Russie)
Point carte.svg

Le vol Aeroflot 811 était un vol intérieur soviétique, de passagers, régulier reliant Komsomolsk-sur-l'Amour à Blagovechtchensk qui entra en collision en vol le avec un bombardier stratégique Tupolev Tu-16K au-dessus du district de Zavitinsky dans l'oblast d'Amour, dans la république socialiste fédérative soviétique de Russie, en Union soviétique (maintenant la Russie). La collision entre l’Antonov An-24RV d'Aeroflot et le Tupolev Tu-16K se produisit à une altitude de 5 220 mètres (17 130 pieds), tuant 37 personnes réparties dans les deux appareils. La seule survivante, une passagère de l’Antonov An-24RV, Larisa Savitskaya, âgée de 20 ans fut secourue trois jours après l'accident.

Contexte et collision[modifier | modifier le code]

L’Antonov An-24RV avait quitté Komsomolsk-sur-Amour à 14h56 heure locale, avec un retard de quatre heures en raison des conditions météorologiques. L'équipage se composait du commandant Alexander Mirgorodsky, du co-pilote Valery Shevelev, du navigateur Fedosy Kryzhanovsky, de l’ingénieur de vol Nikolaï Dimitriyev et de l’hôtesse de l'air Galina Borisova[1]. Parmi les passagers se trouvait un enfant[1]. Larisa Savitskaya et son mari Vladimir étaient de retour de leur lune de miel.

Le régulateur de vol fut informé que l'espace aérien local serait traversé par des avions militaires à une altitude de 4200 à 4500 mètres (13800 à 14800 pieds)[1]. Le même jour, à 16h00 et à 16h01, heure locale, deux Tupolev Tu-16K quittèrent la base aérienne de Zavitinsk pour un vol de reconnaissance météorologique. A 16h21, heure locale, l'un d'eux (numéro de série 6203106) entra en collision avec l’Aeroflot An-24RV, à 70 km à l'est de la base aérienne de Zavitinsk[1]. La collision se produisit alors que les conditions visuelles étaient bonnes, avec une visibilité de plus de 10 km[1]. Larisa Savitskaya dormait à ce moment[2]. Le Tu-16K scalpa le toit de l’An-24RV et sectionna les 2 ailes[2]. La température à l'intérieur de la cabine de An-24RV chuta de 25 °C à −30 °C[3]. Les deux avions se désintégrèrent et tombèrent sur de la taïga. Les fragments de l’Antonov An-24RV furent dispersés selon une direction sud-ouest, à 1020 m du point de collision, sur une zone de 2500m par 900 m. Le Tu-16K explosa après l'impact avec le sol, ses fragments furent dispersés à environ 2000 m du point de collision[1].

Savitskaya était consciente pendant la chute qui dura huit minutes[2]. Elle survécut en partie parce que le fragment de 4 par 3 m de l'avion où elle se trouvait plana[3] et atterrit dans une clairière marécageuse. Savitskaya poussa avec ses mains et ses pieds contre le siège, « espérant peut-être absorber le choc » selon ses propres mots[2]. L'impact avec le sol, cependant, la rendit temporairement inconsciente[2]. Elle subit une commotion cérébrale, eut un bras et des côtes cassés et des blessures de la colonne vertébrale[2].

Enquête[modifier | modifier le code]

L'enquête a conclu que le directeur des opérations en vol à la base aérienne de Zavitinsk n'avait pas utilisé le radar pour suivre le Tupolev, ce qui fut retenu comme la cause directe de l'accident[1]. En outre, il y avait un manque de coordination entre les contrôles du trafic aérien civil et militaire locaux en raison de la réglementation de la circulation aérienne[1]. Les procureurs militaires reportèrent la responsabilité de l'accident sur les pilotes des deux appareils[2].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les premiers rapports sur l'accident dans la presse soviétique furent censurés, disant que Savitskaya s’était écrasé dans un planeur fait maison[2]. Savitskaya reçut l’ordre par le KGB de ne pas révéler l'accident au public. Elle parla ouvertement de l'accident, pour la première fois, le à Moscou[4]. Savitskaya reçut 75 roubles soviétiques (20 $) de compensation par Aeroflot[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h (ru) « Столкновение Ан-24РВ Дальневосточного УГА и Ту-16К в районе Завитинска », Airdisaster.ru (consulté le 24 janvier 2014)
  2. a b c d e f g et h Lyuba Pronina, « Trapped in a Harrowing Midair Collision », The Moscow Times, (consulté le 24 janvier 2014)
  3. a et b (ru) « Лариса САВИЦКАЯ: "Для меня уже вырыли могилу" », Izvestia,‎ (consulté le 24 janvier 2014)
  4. a et b « Sole Survivor of 1981 Soviet Plane Collision Speaks », Getty Images (consulté le 24 janvier 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]