Vilayet de Diyarbekir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vilayet de Diyarbekir
Vilâyet-i Diyarbakır (turc)

1867 – 1922

Description de cette image, également commentée ci-après
Vilayet de Diyarbekir en 1892.
Informations générales
Statut Vilayet de l'Empire ottoman
Capitale Diyarbakır

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le vilayet de Diyarbekir (en turc ottoman : لايت ديار بكر, Vilâyet-i Diyarbakır) est un vilayet de l'Empire ottoman. Créé en 1867, il disparaît en 1922. Sa capitale est Diyarbakır.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1867, dans les réformes administratives du tanzimat, l'eyalet ou pachalik de Diyarbakır est transformé en vilayet éponyme. En 1879, le nord-ouest du vilayet (Elâzığ, Malatya) est détaché pour former le vilayet de Mamouret-ul-Aziz.

Dans la période des massacres hamidiens, la région a connu les massacres de Diyarbakır (1895) (en) visant les chrétiens arméniens et assyriens.

Territoire[modifier | modifier le code]

Costumes du vilayet de Diyarbakır, 1873. De g. à dr. : berger kurde des environs de Diyarbakır, Kurde de Mardin, Kurde de Cizre

Le vilayet de Diyarbekir est situé dans l'est de l'Anatolie, aux sources du Tigre ; à l'ouest, il est longé par l'Euphrate. Il est bordé à l'ouest, par le vilayet de Mamouret-ul-Aziz, au nord-est par les vilayets d'Erzurum, de Bitlis et de Van, au sud par le vilayet d'Alep, le moutassarifat de Deir ez-Zor et le vilayet de Mossoul.

Subdivisions[modifier | modifier le code]

Le vilayet comprenait quatre sandjaks (districts) :

  1. Sandjak de Diyarbakır (Diyarbakır, Lice, Silvan, Derik, Beşiri)
  2. Sandjak de Mardin (Mardin, Cizre, Midyat, Savur, Nusaybin)
  3. Sandjak d'Ergani (Ergani, Maden, Palu)
  4. Sandjak de Siverek (Siverek, Çermik, Viranşehir), séparé du vilayet de Diyarbakır en 1907

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Le Livre de ma grand-mère de Fethiye Çetin (2004, traduit du turc par Alexis Krikorian et Laurence Djolakian, éditions de l’Aube, pour la traduction française) raconte l'histoire de la grand-mère de l'auteure, enfant survivante du génocide arménien adoptée par un officier turc de Maden.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Diyarbekir Vilayet » (voir la liste des auteurs).

Sur les autres projets Wikimedia :