Version multilingue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir VM.

La version multilingue (ou VM) est, en France, une option de certains programmes télévisés consistant à proposer simultanément la version originale et la version française doublée sur deux pistes sonores séparées.

Le sous-titrage en français y est proposé en option, sous forme standard[1] (c'est-à-dire sous une seule couleur et au centre de l’écran, à la différence du sous-titrage pour sourds et malentendants).

Pour les films en langue étrangère, il faut distinguer le sous-titrage français (qui traduit et adapte les dialogues de la version originale) du sous-titrage pour sourds et malentendants (qui retranscrit en les condensant les dialogues de la version française doublée). Les deux sous-titrages sont distincts, répondent à des normes, des contraintes et des objectifs différents, et ne sauraient être interchangeables sur VF et VO.

Cette option permet dans tous les cas aux téléspectateurs sourds et malentendants d’avoir accès à plus de programmes sous-titrés.

Au Québec, la version multilingue n'est pas utilisée puisque les droits de diffusion sur les émissions, films et séries sont obtenus différemment par les chaînes canadiennes anglophones et francophones. Par contre, l'audiodescription est disponible sur les chaînes principales, et le sous-titrage pour sourds et malentendants dans la langue de diffusion est disponible presque en tout temps sur toutes les chaînes.

Disponibilité[modifier | modifier le code]

Chaînes[modifier | modifier le code]

La version multilingue est progressivement adoptée sur toutes les chaînes de télévision françaises. Parmi les chaînes hertziennes qui diffusent déjà certains de leurs programmes en VM (films ou séries) : TF1, France 2, Canal+, M6, Arte, C8, W9, TMC, NT1, NRJ 12, France 4, D17, HD1, 6ter, Numéro 23, Chérie 25 et Paris Première.

La VM est également disponible sur les autres chaînes Canal+, les chaînes RTL9, Ciné+, National Geographic Channel, TCM Cinéma, Syfy Universal, 13e rue, Comédie !, Série Club, Téva, Cartoon Network, Paramount Channel et Disney Channel, ainsi que sur le bouquet OCS[1].

Équipements[modifier | modifier le code]

La version multilingue est disponible :

Avant la généralisation de la TNT, la VM n'était disponible ni sur les chaînes hertziennes analogiques (à l'exception d'Arte en NICAM), ni sur le câble analogique[1]

Enjeu pour les chaînes[modifier | modifier le code]

La version multilingue est progressivement intégrée par les chaînes car c’est un nouveau moyen de gagner de l’audience. Certaines chaînes, comme Arte, ont l’habitude de proposer des films en version originale sous-titrée. Mais cette option est un dilemme : des téléspectateurs restent attirés par la version originale, mais d’autres sont rebutés par les sous-titres. La version multilingue permet alors aux téléspectateurs de faire un choix, et à la chaîne de ne pas perdre une partie des spectateurs. Il s’agit là d’un niveau d’exigence supplémentaire[2].

Critiques[modifier | modifier le code]

Bien qu’innovante et avantageuse, la version multilingue fait l’objet de plusieurs critiques. La principale vient des auteurs de sous-titrage, qui ne perçoivent plus de droits d’auteur pour les programmes diffusés en version multilingue.

Le SNAC et l’ATAA ont trouvé une clé de répartition pour les diffusions sur le câble et le satellite. Ce n’est cependant pas le cas pour les chaînes hertziennes, où le problème est plus complexe – par exemple, TF1 et Arte n’ont pas le même public pour la version originale et la version française.

Une solution est à l’étude pour trouver cette clé de répartition. La SACEM a établi la liste des programmes diffusés en version multilingue sur les chaînes hertziennes. Cette liste a été établie en demandant aux auteurs de sous-titres d’établir la liste des programmes diffusés sur le hertzien, puis en sélectionnant les programmes en version multilingues. Les titres étaient présentés sous forme d’un tableur partagé sur Internet, que chaque auteur pouvait compléter ou corriger. L’ATAA a également fourni à la SACEM le nom des auteurs de sous-titres pour chaque programme. La liste ainsi constituée a été transmise successivement au délégué général du SNAC et à la SACEM[3].

Activation[modifier | modifier le code]

Il n’existe pas de norme commune d’activation de la version multilingue. La version multilingue s’active différemment selon la chaîne, l’opérateur et l’équipement. Différents tutoriels sont proposés dans les liens externes.

Autres formes de version multilingue[modifier | modifier le code]

La version multilingue existe également dans les jeux vidéo. Par exemple, Gravity Europe a lancé en octobre 2010 une version multilingue du MMORPG Ragnarök Online. Une version allemande du jeu est également prévue pour début 2011[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]