Veronica Ferres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Veronica Ferres
Veronica Ferres (Berlinale 2012).jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
SolingenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Veronika Maria Cäcilie FerresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Site web
Distinctions
Liste détaillée
Veronica Ferres en avril 2007.

Veronica Maria Cäcilia Ferres (né le 10 juin 1965 à Solingen) est une actrice allemande. C’est sa prestation dans le rôle principal du film Das Superweib (de Sönke Wortmann, 1996) qui en fit l’une des actrices les plus connues et les plus populaires de sa génération.

Biographie[modifier | modifier le code]

Veronica Ferres a fait des études de littérature allemande et de dramaturgie à l’université Louis-Maximilien de Munich. Elle eut tout d’abord de petits rôles secondaires dans des films et des séries de télévision. Son premier rôle dans un film monumental (13 épisodes de plus de 100 min chaque) tourné pour le cinéma, Die Zweite Heimat (Seconde patrie) d’Edgar Reitz), était celui de « Dorli », une fille de la campagne d’une grande attirance sexuelle. Ce film d’une durée totale de 25 h sortit en 1992. Ce rôle lui colla longtemps à la peau du fait des rondeurs agréables de son physique, par exemple la secrétaire naïve, amoureuse du professeur Specht avec un grand faible pour les sucreries dans la série télévisée du ZDF (Unser Lehrer Doktor Specht, 1992) ou dans Voll normaaal! (de Tom Gerhardt 1994), de blonde naïve de la région industrielle de la Ruhr. La suite de sa carrière alla de pair avec un changement de physionomie : devenue plus mince, on lui proposa des rôles plus différenciés.

En 1992, elle était l’égérie de Fritz Knobel (Uwe Ochsenknecht), le faussaire des carnets d'Hitler dans Schtonk! de Helmut Dietl (avec qui elle fut par ailleurs intimement liée de 1990 à 1999)[1]. Ce dernier lui confia un rôle en 1997 dans le film « Rossini – qui a couché avec qui ? » (avec Mario Adorf et Götz George). Parmi ses grands succès, on lui doit le rôle principal dans un film en deux épisodes diffusé sur la chaîne de télévision ZDF Eine ungehorsame Frau (une femme indisciplinée).

On l’a vue également en 1993 et 1994 dans la série Peter und Paul, aux côtés de Helmut Fischer et de Hans Clarin puis plus tard dans un épisode de la série policière à succès Der Bulle von Tölz (le flic de Bad Tölz).

Elle travaille depuis dans des coproductions internationales. On l'a vue dans le rôle de la mère Thénardier dans Les Misérables (film en quatre épisodes pour la télévision française) ou en comtesse handicapée dans Sans famille.

Ferres a tenu le rôle de la Maîtresse (Buhlschaft) dans l’œuvre de Hugo von Hofmannsthal Jedermann ou le Mystère de la mort de l'homme riche lors du festival de Salzbourg de 2002. Elle continue cependant à apparaître légèrement vêtue dans une publicité pour une société de téléphonie (avec d’autres célébrités telles que Anna Netrebko et Franz Beckenbauer). Elle tint le rôle principal (la mère) dans un film pour enfants Die Wilden Hühner (traduction libre : « les poules enragées »). Aux côtés de John Malkovich dans le rôle de Gustav Klimt, Ferres incarnait Emilie Flöge dans la biographie de Klimt du metteur en scène chilien Raoúl Ruiz sortie en 2006.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle a été mariée avec Martin Krug. Le couple a eu une fille en 2001.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1992 - Bambi dans la catégorie Schauspiel National (Théâtre national)
  • 1998 - Goldene Kamera (Caméra d’or)
  • 2002
  • 2005
    • Bambi dans la catégorie Schauspiel National (Théâtre national)
    • DIVA-Award dans la catégorie German Award (Hall of Fame)
  • 2006 - Ordre du Mérite du Land de Bavière

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive des films dans lesquels Veronica Ferres a joué (les titres en français ne sont qu'une traduction du titre original en allemand et pas le titre réel du film français - s'il existe) :

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. (de) Helmut Dietl und Veronica Ferres getrennt, Rhein-Zeitung, 10. Februar 2000 (La séparation de V.F. et de H.D., article de presse)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rolf Thissen, Veronica Ferres. Facetten eines Stars, München, Heyne, 1999, (ISBN 3-453-15356-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :