Anna Netrebko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anna Netrebko
Description de cette image, également commentée ci-après
Anna Netrebko aux Romy film awards, à Vienne en 2013.
Surnom La Splendida[1]
Naissance (50 ans)
Krasnodar, RSFS de Russie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Activité principale artiste lyrique
soprano lyrique
Conjoint Yusif Eyvazov (2014 - ) ténor
Récompenses Prix d'État de Russie
Liste Time 100 du Times (magazine)
Musicien de l'Année 2008 (Musical America)...
Site internet Site officiel

Anna Iourievna Netrebko (en russe : Анна Юрьевна Нетребко) est une soprano russe, ayant la double nationalité russe et autrichienne, née le à Krasnodar, en Union soviétique.

Elle a joué Gilda (Rigoletto), Mimì (La Bohème), Giulietta (I Capuleti e i Montecchi), Lucia (Lucia di Lammermoor), Elvira (I puritani), Adina (L'elisir d'amore) ou encore Violetta (La traviata). Elle interprète aussi des rôles russes, comme celui de Ludmila dans Ruslan et Ludmila, Natacha dans Guerre et Paix de Sergueï Prokofiev et Marfa dans La Fiancée du tsar.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Dès l'enfance, à Krasnodar, Anna Netrebko intègre des chœurs ou devient soliste dans de petits groupes d'enfants[2].

Anna Netrebko étudie le chant au conservatoire de Saint-Pétersbourg, en Russie. Elle travaille comme femme de ménage au théâtre Mariinsky[3][source insuffisante]. Par la suite, elle postule au théâtre Mariinsky. Le chef d'orchestre Valery Gergiev l'engage à 22 ans[2] et devient son mentor vocal[4].

En 1994, sur les conseils de Valery Gergiev, Anna Netrebko débute dans le rôle de Suzanna des Noces de Figaro, rôle qu'elle reprend dans les tournées du théâtre Mariinsky en Finlande, en Allemagne et en Israël. Elle interprète par la suite de nombreux personnages avec la Compagnie : Amina (La sonnambula, Bellini), Pamina (La Flûte enchantée, Mozart), Rosina (Le Barbier de Séville, Rossini), Lucia (Lucie de Lammermoor, Donizetti), Louisa (Les Fiançailles au couvent, Prokofiev), Micaëla (Carmen, Bizet)[5].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

En 2006, elle émigre en Autriche et demande la citoyenneté autrichienne, qu'elle obtient en juillet[6]. Au cours d'un entretien avec un journaliste d'un hebdomadaire autrichien, elle déclare vouloir habiter Vienne et Salzbourg[7]. Comme raison principale à cette demande de la nationalité autrichienne, Anna Netrebko indique les démarches lourdes, voire humiliantes qu'elle doit effectuer pour obtenir un visa (en tant que citoyenne russe) et honorer ses nombreux contrats à l'étranger[8].

En 2008, Anna Netrebko se met en couple avec le baryton basse uruguayen Erwin Schrott[9],[10]. Leur fils, Tiago Aruã naît à Vienne le de la même année[11]. Tiago Aruã est autiste et est scolarisé dans un établissement spécialisé à New York[2]. Elle est séparée depuis , et mariée, depuis le , à un ténor azerbaïdjanais, Yusif Eyvazov (de).

Carrière[modifier | modifier le code]

Anna Netrebko à ses débuts en Allemagne.

En 1995, à l'âge de 24 ans, Anna Netrebko termine ses études au conservatoire de Saint-Pétersbourg et interprète le rôle-titre de Ludmila à San Francisco dansl'opéra Rouslan et Ludmila de Glinka[5]. Dès lors, elle est invitée régulièrement à San Francisco ainsi que sur d'autres scènes des États-Unis[5]. Elle devient l'interprète des rôles féminins de l'opéra russe : tour à tour Natacha (Guerre et paix de Sergueï Prokofiev), Louisa (Les Fiançailles au couvent de Sergueï Prokofiev)), Marfa (La Fiancée du tsar de Nikolaï Rimski-Korsakov). Elle joue également Gilda (Rigoletto de Giuseppe Verdi), Musetta (La Bohème de Giacomo Puccini), Juliette (Roméo et Juliette de Charles Gounod), Elvira (I puritani de Vincenzo Bellini).

En 1998, elle est de nouveau l'invitée à l'Opéra de San Francisco pour son premier récital sur des mélodies de Moussorgski, Rachmaninov et Rimski-Korsakov[5].

Elle entre à l'Opéra de Washington en Gilda (Rigoletto, Verdi) en 1999. Elle part pour une tournée à Rotterdam, Amsterdam et Londres. Elle interprète, à cette occasion, le Benvenuto Cellini de Berlioz sous la direction de Guerguiev[5].

À partir de 2000, elle est l'artiste la plus réclamée. On la retrouve à San Francisco pour Don Giovanni et La Bohème où elle est successivement Zerlina et Musetta ; au Mai musical de Florence avec la Messe en si mineur de Bach et Judas Maccabeus de Haendel[5].

Elle est présente au Théâtre Mariinsky avec Les Contes d'Hoffmann (Jacques Offenbach) et Lucie de Lammermoor[5]. Entre-temps, elle s'est produite à Covent Garden ainsi qu'au Théâtre Mariinsky pour être la Natacha de Guerre et Paix sous la baguette de Guerguiev[5].

Entre 2000 et 2001, elle donne à l'Opéra de San Francisco et à l'Opéra de Washington une série de représentations sous les compositions d'Ilia (Idoménée), d'Adina (L'Élixir d'amour), de Nannetta (Falstaff), de Marfa (La Fiancée du Tsar) et de Zerlina (Don Giovanni). À La Scala de Milan et au Teatro Real de Madrid elle joue Natacha dans Guerre et Paix de Prokofiev[5].

En 2002, elle fait son entrée au Metropolitan Opera de New York avec la première représentation de Guerre et Paix. Au cours de la même année, elle chante pour la première fois au Festival de Salzbourg la nouvelle production de l'opéra Don Giovanni. Elle joue Donna Anna sous la direction du chef d'orchestre Nikolaus Harnoncourt[5]. Elle est invitée pour la première fois à l'Opéra de Philadelphie pour la production de I Capuleti e i Montecchi. Elle interprète le rôle de Giulietta[5]. Elle chante aussi dans la Quatrième Symphonie de Mahler sous la direction de James Levine au Festival de Verbier[5].

Pendant la saison 2002-2003, elle chante Servilia dans La Clémence de Titus sous la direction de Sir Colin Davis à Covent Garden et fait ses débuts au Staatsoper de Vienne (Autriche) dans l'habit de Violetta. Le ténor Rolando Villazón lui donne la réplique[5]. Elle tient le rôle-titre dans Lucie de Lammermoor à l'Opéra de Los Angeles, celui de Violetta dans La Traviata de Giuseppe Verdi à l'Opéra de Munich et de Donna Anna à Covent Garden[5].

Son second album, Sempre libera, est mis en vente l'année suivante (la même année, elle fait une apparition dans le film des Studios Disney Un Mariage de princesse[12] dans lequel elle interprète quelques airs de Sempre libera).

Sur invitation de l'Opéra de Los Angeles, qui inscrit Roméo et Juliette pour la première fois à son répertoire, Anna Netrebko est une magnifique Juliette soutenue par le ténor Rolando Villazón[13],[14]. L'été de la même année, Netrebko est en concert avec Ramon Vargas à l'Opéra d'État de Bavière[5].

En 2003, Anna Netrebko se produit, notamment, au Festival Saito Kinen de Matsumoto au Japon[5]. Elle enregistre pour Deutsche Grammophon Opera Arias une anthologie d'airs de Bellini, Berlioz, Donizetti, Dvorak, Gounod, Massenet, Mozart et Puccini avec l'Orchestre philharmonique de Vienne sous la direction de Gianandrea Noseda[5].

Pendant la saison 2004-2005, elle est présente pour un concert interprété dans le cadre du BBC Proms au Royal Albert Hall de Londres sous la direction du chef Noseda[5]. Puis elle entame une série de récitals au Japon avec Malcolm Martineau. En , elle interprète Adina de L'Élixir d'amour (Donizetti) toujours avec Villazón qui, la même année, est à ses côtés pour La traviata du Festival de Salzbourg, sous la direction de Carlo Rizzi[5].

Le , Anna Netrebko fait son entrée à Carnegie Hall secondée par Dmitri Hvorostovsky et l'Orchestre de St. Luke. Programmée initialement le , Netrebko fait repousser la date prétextant qu'elle n'est pas prête[15]. Le de la même année, pour la dernière nuit des Proms, elle reprend sa prestation de Roméo et Juliette donnée au Met[16].

Festival de Salzbourg, 2012, Piotr Beczała en Rodolfo et Anna Netrebko en Mimì dans La Bohème.

Au mois de , elle offre une représentation lors de la cérémonie de remise du Honors 2007[17],[18],[19] à Martin Scorsese.

En 2008, elle recueille les ovations du public à Covent Garden avec sa Violetta (La Traviata). Jonas Kaufmann et Dmitri Hvorostovsky lui donnent la réplique sous la baguette de Maurizio Benini[5].

Anna Netrebko est pressentie pour interpréter Lucia dans Lucie de Lammermoor en au Met mais, en raison de sa grossesse, elle décline l'offre. Elle est remplacée par la soprano allemande Diana Damrau. Elle est cependant toujours programmée pour chanter ce même opéra en janvier et février 2009 ainsi que dans la production du Metropolitan Opera Manon de Jules Massenet, la saison suivante[20].

En avril 2011, elle est ovationnée à Vienne pour son rôle d'Ann Boleyn, dans Anna Bolena de Donizetti[21]. En décembre de la même année, elle est Donna Anna dans Don Giovanni à La Scala de Milan, avec Peter Mattei dans le rôle-titre et Bryn Terfel dans celui de Leporello, sous la direction de Daniel Barenboim et dans une mise en scène de Robert Carsen.

Le , elle s'est produite Salle Gaveau à Paris.

Le , elle est choisie pour interpréter l'hymne olympique lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Sotchi[22].

En 2014, elle est Lady Macbeth dans Macbeth de Verdi, avec le baryton Željko Lučić, au Metropolitan Opera de New York.

En 2015, elle interprète :

En , elle se produit dans Eugène Onéguine à l'Opéra Bastille[23].

De façon générale, elle reconnaît réduire radicalement la quantité de ses engagements au profit de leur qualité[2]. En , Anna Netrebko est hospitalisée pour soigner une pneumonie engendrée par le coronavirus, rendant impossible sa participation à la saison du Théâtre Bolchoï[24]. En , la soprano russe est à nouveau dans l'obligation d'annuler ses représentations, cette fois à Vienne, en Autriche[25].

Sa voix[modifier | modifier le code]

Réouverture du nouveau théâtre Mariinsky, le .

Elle est une vraie diva, consciente de l'être, même si elle avoue que cela la gêne qu'on la nomme ainsi, eu égard aux connotations négatives du mot[2].

Stéphane Lissner souhaite l'accueillir chaque saison à Opéra national de Paris, aussi bien pour jouer Leonara du Le Trouvère que dans le rôle de la Tatania d'Eugène Onéguine, mais aussi dans des figures moins attendues[26].

Activités charitables[modifier | modifier le code]

En 2002, Anna Netrebko remplit les fonctions de trésorière principale d'une fondation de charité, Petroushka Ball, branche de la Société pour la santé des enfants russes[27]. Elle y retourne en 2003 et 2006 et devient directrice honoraire.

Au mois de , elle est ambassadrice pour l'association humanitaire autrichienne SOS Villages d'Enfants et marraine du village SOS Villages d'Enfants de Tomilino en Russie[28].

Enregistrements[modifier | modifier le code]

CD[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

Il trovatore, Festival de Salzbourg, 2014 avec Plácido Domingo (Conte di Luna), Francesco Meli (Manrico), Anna Netrebko (Leonora), Diana Haller () et le Chœur du Wiener Staatsoper.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Anna Netrebko au Festival international du film de Vienne (Viennale) en 2013.
  • Le prix d'État de Russie en 2005, plus haute récompense dans le domaine des Arts et de la Littérature[29], lui est remis par le président Poutine[30].
  • Premier prix au Concours de chant Glinka au Théâtre du Bolchoï de Moscou où elle participe à un concert pour l'inauguration de la Fondation Irina Arkhipova (1993)[31].
  • Prix Baltika pour jeunes chanteurs d'opéra (Saint-Pétersbourg, 1997).
  • Lauréate du Concours international de chant Conservatoire Rimski-Korsakov de Saint-Pétersbourg (1996).
  • Amadeus Music Awards 2003 et prix Echo 2004 « Cantatrice de l'année » pour son Album Opera Arias.
  • Goldene Schallplatte, Prix Echo 2005 « Cantatrice de l'année », « Meilleure vente de l'année » pour Sempre libera.
  • Time 100 du Times (magazine)[32].
  • Musicien de l'Année 2008 du journal Musical America qui qualifie Netrebko de « véritable super star du XXIe siècle »[33].
  • (31104) Annanetrebko, astéroïde nommé en son honneur.
  • Victoire d'honneur pour l'ensemble de sa carrière aux Victoires de la musique classique en 2020[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Duault, La Gourmandise de la vie, Classica, no 179, p. 56, p. 60.
  2. a b c d et e Bertrand Dermoncourt, « Anna Netrebko, "Parfois, l'opéra devient un art total" (entretien) », L'Express, no 3372,‎ , p. 14-18.
  3. (en-GB) « Cinderella Soprano » [archive du ], sur telegraph.co.uk (The Telegraph), (consulté le ).
  4. Duchen, Jessica « Anna Netrebko: A rare jewel from the East » [archive du ], sur news.independent.co.uk (The Independent), (consulté le ).
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t « une des plus séduisantes sopranos au monde », Universal Music France.
  6. Sur le site ORF.at, .
  7. En dépit d’une nationalité autrichienne acquise en 2006, Anna Netrebko n’a jamais fait mystère de ses difficultés avec la langue allemande.
  8. Stolyarova, Galina « "National Treasure" »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Moscow Times, .
  9. (en) Jeffries, Stuart. « I conquered the critics. », The Guardian, (consulté le ).
  10. Breakfast Eggs (15 Ways) by a Soprano, nytimes.com (consulté le ).
  11. « Anna Netrebko brachte Buben zur Welt », ORF (informations), (consulté le ) (en allemand).
  12. Un mariage de princesse (The Princess Diaries 2: Royal Engagement) est la suite de Princesse malgré elle (2001).
  13. Rich, Alan, « Romeo et Juliette », Variety, (consulté le ).
  14. (en) David Mermelstein, « A 'Romeo et Juliette' that sizzles with passion », Daily News, Los Angeles / The Free Library, (consulté le ).
  15. « Russian Soprano Debuts at Carnegie Hall », AP via San Francisco Chronicle, 30 mai 2007.
  16. Last Night of the Proms: program, bbc.co.uk/proms.
  17. Les Kennedy Center Honors sont des prix remis annuellement lors de la cérémonie des Honors au Kennedy Center Honors, l'un des hauts lieux de la vie culturelle aux États-Unis. La clôture de cette cérémonie a lieu traditionnellement à l'opéra Kennedy Center.
  18. (en) Last Night of the Proms: program.
  19. (en) « Les proms ».
  20. « Anna Netrebko is expecting », The New York Times 5 février 2008.
  21. Forum Opera - les brèves.
  22. « Anna Netrebko », sur francemusique.fr : « elle interprète l’hymne olympique lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Sotchi. ».
  23. Anna Netrebko brille de tous ses feux en Tatiana à l’Opéra Bastille.
  24. Positive au coronavirus, Anna Netrebko a été hospitalisée pour soigner une pneumonie, Le Figaro, .
  25. Julie Guillaud, « Opérée en urgence, la soprano Anna Netrebko annule ses représentations à Vienne », Le Figaro, .
  26. Alain Duault, La gourmandise de la vie, Classica, no 179, p. 56 et 60.
  27. Le Petroushka Ball est un bal caritatif Black Tie organisé chaque année depuis 1965 au profit des programmes caritatifs de la Russian Children's Welfare Society.
  28. SOS Children's Villages, mars 2007.
  29. 2005 (pour 2004) ; Littérature et arts : Anna Netrebko - pour ses œuvres d'opéra.
  30. Президент России
  31. (en) Irina Arkhipova (1925-2010) - BBC Music Magazine.
  32. Porterfield, Christopher « Anna Netrebko », TIME Magazine, 2007 (consulté le )
  33. Elliott, Susan « Musical America Announces 2008 Awards », Musical America, 6 novembre 2007 (consulté le )
  34. « Les Victoires de la musique classique 2020" : Le palmarès »,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Marianne Reißinger, Anna Netrebko, Rowohlt, Reinbek 2005 (ISBN 3498057766)
  • (de) Gregor Dolak, Anna Netrebko, Heyne Verlag, (ISBN 978-3453640207)
  • (de) Sven Michaelsen, Oper – Der Klassik-Gipfel. éditeur : Stern-Heft 14/2006
  • (de) Günther Freitag, Die Entführung der Anna Netrebko (L'enlèvement d'Anna Netrebko), Wieser Verlag Gmbh, (ISBN 978-3990291597)
  • (de) Anna Netrebko, Der Geschmack meines Lebens (Le goût de ma vie) : Das erste Buch von Opern (Le premier livre d'opéras), Molden Verlag in Verlagsgruppe Styria GmbH & Co. KG, , 160 p. (ISBN 978-3-2221-5081-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]