Vanina Michel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vanina Michel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Vanina Michel, née le à Strasbourg, est une artiste polyvalente.

Biographie[modifier | modifier le code]

Destinée au départ à devenir médecin (après un bac Mathélem à 16 ans et de 2 ans d'études de médecine à la faculté de Strasbourg) Vanina Michel, qui a parallèlement suivi des cours de piano classique puis de théâtre au conservatoire, décide de se présenter (sans le dire à ses parents), au concours d'entrée à l'école du Théâtre national de Strasbourg. Reçue, son destin bascule ; elle arrête la médecine et à 21 ans, quitte sa province, pour monter à Paris .

Elle participe au premier stage de l'Actor's Studio donné par Lee Strasberg au Théâtre national populaire. C'est ainsi qu'elle décroche son premier rôle dans À chacun sa vérité, de Luigi Pirandello, mis en scène par Michel Vitold. Elle enchaîne avec Les Fourberies de Scapin de Molière, suivit d'une tournée de quatre mois dans toutes les grandes universités américaines et canadiennes. Un voyage à travers l'Amérique, en pleine période hippie, qui est comme un prolongement de mai 68. La tournée s'arrête à New York, où elle voit la comédie musicale Hair. Vanina est éblouie par la beauté de ce spectacle qui met en scène toute cette jeunesse qui refuse le rêve américain et la guerre du Viêt Nam. Elle apprend que Hair se monte à Paris. À son retour, elle se présente à l'audition et est engagée le jour même pour jouer le rôle principal féminin (Shirley) au côté de Julien Clerc.

En 1969, elle fait la couverture de nombreux magazines et plusieurs maisons de disques lui proposent un contrat de cinq ans, mais elle refuse de signer si elle n'a pas entendu au préalable les chansons. Le seul à qui elle dit oui est un jeune homme encore méconnu (alors directeur artistique chez Pathé Marconi), nommé Michel Berger, dont elle repère tout de suite le talent quand il lui chante ses chansons au piano. Berger produit et écrit pour elle son premier 45 tours Dans la vallée de Katmandou. Puis Vanina participe à la comédie musicale Un enfant dans la ville de Michel Fugain.

En 1971, Alain Barrière lui propose d'enregistrer deux titres en duo : Et si c'était l'amour et Les Rêves d'enfant. Le 45 tours précède une tournée au Québec et une série de concerts à l'Olympia. C'est là, qu'elle fait une autre rencontre décisive qui va changer sa vie : Bernard Lubat, l'enfant terrible du jazz, jongleur de mots, pianiste et batteur, qui accompagne à cette époque, nombres de vedettes du music-hall. Elle refuse alors de faire le deuxième duo avec Alain Barrière, Tu t'en vas (qu'il enregistre avec Noëlle Cordier et qui sera un de ses plus gros succès). Avec Lubat et d'autres complices (venus de tous horizons où la seule règle est "interdit de refaire la même chose que la veille"), ils montent la Compagnie Lubat. En 1978, ils font le pari d'inventer un festival à la fois avant-gardiste, populaire et transgénérationnel à Uzeste, petit village de Gascogne où Bernard Lubat a grandi et fait ses premières classes dans l'orchestre de bal du bistrot de son père (avant d'intégrer à 15 ans le Conservatoire National de Paris). "Uzeste Musical" est un succès, grâce à sa programmation éclectique, ses invités d'honneur, le soutien de la presse et surtout de la CGT, qui prend en charge la communication et tout l'aspect technique (installation d'un grand chapiteau en pleine nature, avec sonos et projecteurs et autres scènes plus petites dans le village ou le long de la rivière ; la CGT installe également des tentes avec dortoirs pour héberger gracieusement les spectateurs n'ayant pas trouvé de gîtes dans les alentours). Vanina sera amenée à quitter la Compagnie Lubat en raison de son emploi du temps chargé, mais reviendra régulièrement jouer au festival d'Uzeste, notamment en 2000, où elle est programmée sur la grande scène, en première partie de Jacques Higelin.

Parallèlement à ces expériences collectives, Vanina s'est lancé dans le one woman show. En 1977, elle est la révélation du festival de café théâtre de Paris avec son spectacle Solo pour Vanina, monologues de femmes entrecoupés de chansons écrites pour elle par Jean Sur. L'écrivain et professeur de philosophie rencontré un jour dans la rue à Saint Germain des Prés, lui offre cette chance de jouer tous les rôles qu'elle avait rêvé d'interpréter : Jeanne d'Arc, Antigone, une paumée qui fait la manche, la dame à la Licorne, parmi d'autres. Il lui en écrira trois autres spectacles...

En 1981, elle revient à la chanson, cette fois avec son propre groupe, avec lequel elle crée deux spectacles : Lorelei Rock et Poker Blues. Vanina Michel publie un 45 tours réalisé par Benoît Widemann, Laissez le désir devenir réalité. À l'issue d'un de ses concerts au Palais des Glaces,Jacques Canetti l'engage aussitôt dans un spectacle Boris Vian, auquel il participe en racontant des épisodes de la vie de l'artiste mort à 39 ans et qui n'a jamais connu le succès de son vivant. Après une tournée à travers l'Europe qui rencontre le succès, Canetti propose à Vanina de devenir son assistante de direction et la réalisatrice d'une dizaine de disques parlés, avec Claude Piéplu, Daniel Gélin, Mouloudji. Elle même enregistre Alice au Pays des merveilles (grand prix Charles Cros). Elle réalise le dernier album de Catherine Sauvage, consacré à Jacques Prévert Démons et merveilles. C'est ainsi qu'elle rencontre Janine Prévert, l'épouse du poète, qui l'invite dans sa maison d'Omonville et dans son appartement de la cité Véron, où Prévert vivait à côté de Boris Vian. Elle y découvre toutes les archives personnelles de Jacques Prévert, ses collages et tous ses manuscrits...

Elle décide de mettre en musique des textes méconnus de Prévert, avec l'accord de sa femme et de Fatras[Quoi ?]. Quand elle fait écouter ses premières maquettes à Jacques Canetti (qu'elle a enregistré chez elle dans son home studio), il lui déclare : « j'aime beaucoup tes musiques mais les textes sont trop personnels ». « c'est Prévert, je n'ai pas changé une ligne » rétorque t-elle. Ce dernier, à 83 ans, ne reconnait plus "son" Prévert des années 50, qu'il a été le premier à enregistrer. Vanina démissionne alors de ses fonctions et quitte Canetti en 1992. La même année Emmanuel de Buretel, PDG de Virgin, l'engage comme cadre et directrice des variétés des Éditions Durand-Salabert-Eschig. Durant huit années, elle se consacre à revaloriser un patrimoine fabuleux qui dormait depuis un demi-siècle sous la poussière. Vanina réalise un double CD, Les Refrains de la mémoire, qui contient les refrains de 78 titres phares du catalogue Salabert, revisités en style manouche par Romane et ses musiciens ; Vanina y interprète également quelques chansons. Elle fait aussi appel à tous les autres éditeurs pour publier en commun des recueils de partition, classés par genre, année ou interprètes. Charles Trenet, en remerciement pour ce travail, l'invite à son dernier concert à Pleyel.

Son poste chez Salabert lui permet aussi de révéler des nouveaux talents, comme Pascal Mathieu (son album En attendant des jours pires obtient le grand prix Charles Cros). Elle publie aussi des méthodes d'improvisations de Martial Solal et didier Lockwood. Divers metteurs en scène et France Culture la sollicitent pour jouer et composer des musiques de scène pour le nouveau répertoire dramatique. En 1995, après une formation en musique assistée par ordinateur, Vanina crée son home studio et s'intéresse à la mise en musique de textes inédits de Prévert. Une longue gestation, qu'elle finalise en 1999, dans un vrai studio, où elle enregistre l'album Prévert / Chansons inédites. Didier Lockwood participe à l'opus et Georges Moustaki signe la préface : « Vanina chante et met en musique Prévert, c'est un mariage d'amour entre sa voix, sa sensibilité, sa musique et les paroles du poète. Et une fête pour le cœur de l'oreille. » Classé "évènement ffff Télérama" elle en vend 6000 en six mois (mais son distributeur Scalen dépose le bilan la même année et ne lui règlera jamais un centime sur les ventes). Elle est sollicitée par Robert Charlebois puis Leny Escudero, pour se produire en première partie de leurs concerts à Bobino et en banlieue parisienne. En 2000 Salabert est racheté par Universal et les licenciements sont nombreux. Remerciée, Vanina Michel reprend à plein temps sa vie d'artiste. Elle obtient des subventions de la SACEM et des sociétés civiles qui vont lui permettre d'être programmée pendant deux mois au Studio des Champs-Elysées, de payer un affichage Colonne Morris, puis elle part en tournée à l'étranger (Sarajevo, Bombay, Berlin, etc.) En 2005, Jean Ferrat qui a écouté son disque, l'invite à chanter sur la grande place de son village d'Antraigues-sur-Volane au côté d'Art Mengo et Romain Didier.

En 2003, la petite-fille de Jacques Prévert, Eugénie Bachelot Prévert (qui vient de reprendre la succession Prévert), la découvre sur scène lors d'un concert happening organisé au Jardin du Luxembourg par le Sénat . Emballée par les titres de Prévert que Vanina chante, elle lui propose de travailler avec elle comme consultante, pour l'aider à gérer et valoriser l'œuvre de son grand-père dans sa diversité et d'entamer des démarches administratives auprès de la mairie de Paris, en vue d'organiser pour la première fois une grande exposition consacrée à Prévert. Le projet aboutit en 2008 avec l'exposition Prévert Paris la belle à l'hôtel de ville de Paris et est un succès.

La même année, André Halimi lui confie l'adaptation théâtrale de son livre Femmes en péril... momentanément ; monologues de femmes qui ont passé la cinquantaine mais qui résistent aux coups du sort, entrecoupés de chansons sur le même thème. Le spectacle est créé en septembre 2009 au Théâtre du Petit-Saint-Martin. Elle fête ainsi ses 40 ans de carrière. Vanina enchaîne à la Comédie-Nation en 2011 avec un nouveau spectacle, encore inspiré par Prévert : La vie n'a pas d'âge. Ce nouveau répertoire, elle l'a conçu avec la collaboration d'amis poètes, dont Allain Leprest, David Rougerie, Aubin, Travis Bürki, Claude Cauderlier. Elle y intègre aussi des chansons de Francis Blanche, Guy Béart, Georges Moustaki.

Un nouvel album est en cours de préparation... Vanina Michel espère aussi pouvoir enfin publier les enregistrement de l'actrice Arletty disant Prévert, qu'elle a réalisé en 1988, à son domicile (où elle allait, avec son matériel d'enregistrement, une fois par semaine), pendant près d'un an. Arletty, alors âgé de 90 ans, était devenue aveugle. Vanina a donc inventé une méthode ludique de travail : elle lui disait par petits bouts, de manière neutre, les textes de Prévert qu'elle avait sélectionné, pour qu'Arletty puisse les interpréter à sa guise, avec sa gouaille et son accent de Courbevoie. Puis Vanina a entrepris le montage, coupé sa voix et remixé celle de l'actrice sur des musiques actuelles et classiques.

En 2012-2013 Vanina Michel organise, programme et anime régulièrement, sur une péniche La Balle au bond, face au Louvre, côté rive gauche, une Passerelle des Arts (scènes découvertes de talents, sans frontières de genres), où les candidats sont filmés et peuvent repartir avec une vidéo de leur prestation. Chaque séance est parrainée par une personnalité du métier, qui participe aussi au spectacle (Pierre Barouh, Didier Lockwood, Hervé Christiani, Sanseverino, Alain Chamfort...).

Quelques repères -Théâtre, café théâtre, comédie musicale[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]