Utahraptor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Utahraptor (« voleur de l'Utah ») est un genre de dinosaures théropodes de la famille des Dromaeosauridae du Crétacé inférieur (environ 125 millions d'années). Il n'existe qu'une espèce, Utahraptor ostrommaysorum, dont les spécimens fossiles ont été découverts dans l'Utah, aux États-Unis.

Description[modifier | modifier le code]

Utahraptor est l'un des plus grands dromaeosauridés connus. Sa taille est estimée à 5 mètres de long (bien que certains scientifiques estiment que l'espèce était plus proche des 7 mètres de long), 1,8 mètre de haut à la hanche et sa masse à un peu moins de 500 kg[1],[2].

Jambe et pied d'Utahraptor ostrommaysorum

L'holotype d'Utahraptor est fragmentaire, constitué de fragments de crâne, d'un tibia, de griffes et de vertèbres caudales. Ces quelques restes fossiles suggèrent un animal de près de deux fois la longueur de Deinonychus, un autre dromaeosauridé. Comme d'autres dromaeosauridés, Utahraptor avait de grandes griffes recourbées sur leurs deuxièmes orteils. L'une de ces griffes retrouvées a une longueur de 22 centimètres et atteindrait 24 centimètres une fois restaurée[2].

Découvertes[modifier | modifier le code]

Les premiers spécimens d'Utahraptor ont été trouvés en 1975 par Jim Jensen dans la carrière Dalton Wells dans le centre-est de l'Utah, aux États-Unis, près de la ville de Moab, mais n'ont pas reçu beaucoup d'attention. Après la mise au jour d'une grande griffe de pied par Carl Limoni en octobre 1991, James Kirkland, Robert Gaston, et Donald Burge découvrent d'autres fossiles d'Utahraptor en 1991 dans la carrière Robert Gaston dans le comté de Grand dans l'Utah, dans les membres Yellow Cat et Poison Strip de la Formation de Cedar Mountain, qui ont également livré des restes de spécimens du dinosaure thyréophore Gastonia[2]. Une datation radiométrique de ces deux unités lithostratigraphiques de la Formation de Cedar Mountain a montré qu'elles se sont déposées il y a environ 124 millions d'années[3].

Classification[modifier | modifier le code]

Comparaison de la taille d'Utahraptor ostrommaysorum (en orange) avec celle d'un humain et des dromaeosauridés Deinonychus antirrhopus (en vert) et Velociraptor mongoliensis (en bleu).

Utahraptor a été classé parmi les Dromaeosaurinae, une sous-famille de dromaeosauridés. Les études le placent comme un proche parent de Dromaeosaurus et du genre de grande taille Achillobator découvert en Mongolie[2],[4]. L'analyse phylogénétique de Phil Senter et ses collègues le considèrent également proche de Yurgovuchia, lors de la description de ce dernier en 2012, conduisant au cladogramme suivant[5] :

Dromaeosauridae

Xiaotingia




Unenlagiinae




Shanag




Microraptoria


Eudromaeosauria

Bambiraptor



Velociraptorinae

Adasaurus




Tsaagan



Velociraptor




Dromaeosaurinae

Deinonychus




Achillobator



Dromaeosaurus



Utahraptor



Yurgovuchia










Paléobiologie[modifier | modifier le code]

Selon les auteurs de sa description, Utahraptor devait avoir un « rôle [écologique] important en tant que carnivore majeur de la faune de la région des Arches au Crétacé inférieur » et pouvait probablement s'attaquer à des proies plus grosses que lui. La chasse en groupe d'individus d'au moins 3,5 mètres et de 70 kg, si elle est avérée, auraient pu permettre de tuer des proies d'une longueur de 8 mètres pour un poids d'une à deux tonnes[2]. Mais il devait probablement se nourrir de proies plus petites que lui qu'il plaquait au sol et frappait avec la grande griffe en faucille située sur le second orteil.[réf. nécessaire]

L'Utahraptor représenté au Parc de la Préhistoire de Bretagne

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

L'Utahraptor est présenté dans le documentaire anglais Sur la terre des dinosaures avec de nombreuses erreurs, comme sa présence en Europe[6], son corps entièrement couvert d'écailles, ou encore le fait qu'il lui était possible de tourner ses mains vers son ventre.

L'Utahraptor fit aussi une apparition dans le documentaire Jurassic Fight Club, où il est aux prises avec un Gastonia[7]. Là aussi, il est représenté comme pronateur, presque sans plume sur le corps et avec un crâne trop large. Une représentation plus exacte a été montrée dans le documentaire de Dinosaur Revolution.

L'Utahraptor apparaît également dans le premier épisode de la série Les Portes du temps : Un nouveau monde où il affronte un ptéranodon.

Les " Vélociraptors " des films Jurassic Park, Le Monde Perdu: Jurassic Park, Jurassic Park III, Jurassic World sont en réalité des Utahraptors. Lors du tournage du film Jurassic Park, Steven Spielberg voulait remplacer les Velociraptors Mongoliensis du roman original par des Dromaeosauridae potentiellement plus dangereux pour l'homme, et de taille plus importante. Jack Horner, le conseiller en paléontologie pour le film Jurassic Park, suggéra alors de prendre le Deinonychus pour remplacer les Vélociraptors Mongoliensis car, à cette époque, le Deinonychus était appelé Velociraptor Antirrhopus par certains scientifiques[8]. Mais la dénomination Velociraptor Antirrhopus pour désigner le Deinonychus fut abandonnée peu de temps après le début du tournage. Spielberg et Horner décidèrent toutefois de conserver l'appellation de " Vélociraptors " pour désigner les Deinonychus prévus pour le film afin de rester fidèles au roman. Mais il est apparu que les " Vélociraptors " conçus pour le film avaient une taille trop importante par rapport à celle du Deinonychus (le Paléontologue Alan Grant parle dans le film de griffes de 20 cm, un Paléontologue décrit les Raptors comme faisant une hauteur de deux mètres dans le film Le Monde Perdu: Jurassic Park). L'équipe du film avait, en quelque sorte, créé un dinosaure imaginaire pour l'époque. La découverte de l'Utahraptor en octobre 1991, à l'époque du tournage de Jurassic Park, marqua l'équipe du film. En effet, les proportions de l'Utahraptor au niveau de sa taille correspondaient parfaitement aux " Velociraptors " conçus pour le film. Stan Winston, le Superviseur des effets spéciaux et des effets visuels du film, déclara ainsi (non sans humour) à propos de l'Utahraptor, « We made it, then they discovered it. »[9](« Nous l'avons créé, et c'est à ce moment-là qu'il a été découvert. »).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Utahraptor ostrommaysorum », sur Natural History Museum of Utah (consulté le 26 avril 2015).
  2. a, b, c, d et e (en) J. I. Kirkland, D. Burge et R. Gaston, « A large dromaeosaur [Theropoda] from the Lower Cretaceous of Utah », Hunteria, vol. 2, no 10,‎ , p. 1–16.
  3. A. T. McDonald, J. I Kirkland, D. D. DeBlieux, S.K. Madsen et J. Cavin, « New Basal Iguanodonts from the Cedar Mountain Formation of Utah and the Evolution of Thumb-Spiked Dinosaurs », PLoS ONE, vol. 5, no 11,‎ , e14075 (DOI 10.1371/journal.pone.001407).
  4. (en) Alan H. Turner, D. Pol, J. A. Clarke, G. M. Erickson et M. Norell, « A basal dromaeosaurid and size evolution preceding avian flight », Science, vol. 317, no 5843,‎ , p. 1378–1381 (PMID 17823350, DOI 10.1126/science.1144066).
  5. (en) P. Senter, J. I. Kirkland, D. D. Deblieux, S. Madsen et N. Toth, « New Dromaeosaurids (Dinosauria: Theropoda) from the Lower Cretaceous of Utah, and the Evolution of the Dromaeosaurid Tail », PLoS ONE, vol. 7, no 5,‎ , e36790 (PMID 22615813, PMCID 3352940, DOI 10.1371/journal.pone.0036790).
  6. (en) « Walking with dinosaurs. Episode 4 "Giant of the Skies" », sur http://www.abc.net.au/ (consulté le 26 avril 2015).
  7. « Jurassic Fight Club », sur http://www.arte.tv/ (consulté le 26 avril 2015).
  8. (en) Gregory S. Paul, Predatory dinosaurs of the world : a complete illustrated guide, New York, Simon and Schuster, , p. 358 p. (ISBN 978-0-671-61946-6)
  9. (en) Richard Corliss, « Behind the Magic of Jurassic Park », Time,‎

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Utahraptor » (voir la liste des auteurs).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]