Union hypostatique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'union hypostatique (en latin : unio personalis) est un concept de la théologie chrétienne qui désigne l'union des deux natures, divine et humaine, en la personne de Jésus-Christ. Il provient du mot grec ὑπόστασις, hupóstasis, qui signifie « hypostase », c'est-à-dire « fondement », « substance ».

L'union hypostatique se situe au centre de la christologie et du dogme de la Trinité chrétienne. Elle est indissociable de la notion d'Incarnation et de sa conséquence : l'interaction entre les deux natures du Christ (la communicatio idiomatum) .

Le concile d'Éphèse (431) définit l'union hypostatique des deux natures, humaine et divine, du Christ. Il proclame le Christ homme et Dieu. Puis, à partir du concile de Chalcédoine (451), la théologie emploie la notion d'hypostase dans le sens de « personne ».

Entre autres théologiens, Augustin d'Hippone traite de ce sujet[1], suivi par Thomas d'Aquin[2] ou des philosophes tels que Fichte, Hegel ou Kierkegaard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La fondation augustinienne de la personne » par Philippe Cormier, sur cairn.info.
  2. Question 16 de la Tertia Pars de la Somme théologique : « Les conséquences de l’union hypostatique pour ce qu’on peut attribuer au Christ selon l’être et le devenir ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]