Subordinatianisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le subordinatianisme est une tendance théologique du christianisme ancien d'après laquelle, selon le principe du Dieu Un, le Fils, Jésus, est subordonné au Père car il a été créé par le Père alors que le Père est, lui, inengendré et absolument transcendant, au contraire du Fils.

Le développement de cette théologie avait initialement pour objet de lutter contre le polythéisme larvé des nouvelles théologies, notamment le dithéisme émergent. Le subordinatianisme se retrouve ainsi tant chez des pères de l'Église comme Origène que dans des courants qui refuseront d'adhérer à l'orthodoxie trinitaire en voie de constitution - et qui ne fera référence qu'à partir du IVe siècle -, comme l'arianisme ou le modalisme.

« Avant Nicée, les définitions christologiques des Pères, soucieux de maintenir pleine et entière l'affirmation monothéiste et d'éviter tout dithéisme à propos du Fils échappent difficilement au risque de subordinatianisme[1]. ». Cette affirmation de Henri Crouzel à propos des Pères omet de distinguer les deux types de subordination. La première est la subordination ontologique défendue par les arianistes. Celle-ci insiste sur la fait que le Père et le Fils ne sont pas de même nature alors que la subordination d'obéissance défendue par les nicéens affirme la consubstantialité du Père, du Fils et du Saint Esprit.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Crouzel, article « subordinatianisme », in Dictionnaire critique de théologie, dir. Yves Lacoste, PUF, 1998.

Articles connexes[modifier | modifier le code]