Monastère de Ferapontov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ensemble du monastère de Ferapontov *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Vue du monastère
Vue du monastère
Coordonnées 59° 57′ 00″ nord, 38° 34′ 00″ est
Pays Drapeau de la Russie Russie
Subdivision Oblast de Vologda
Type Culturel
Critères (i) (iv)
Numéro
d’identification
982
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 2000 (24e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le monastère de Ferapontov (en russe : Ферапонтов монастырь), dans l'oblast de Vologda, est considéré comme l'un des plus beaux exemples de l'art et de l'architecture médiévale russe, raison pour laquelle il est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monastère est fondé par saint Feraponte ou Phéraponte en 1398 à l'est du monastère de Kirillo-Belozersky - nommé en honneur de saint Cyrille de Belozero (ou du Lac Blanc). Le monastère commence à devenir connu sous le disciple de Cyrille, saint Martinien, qui deviendra abbé du monastère de la Trinité-Saint-Serge en 1447.

Le monastère sera protégé et favorisé par les membres de la famille d'Ivan III. La structure la plus ancienne, la cathédrale de la Nativité de la Vierge (1490) sera construite par les maîtres de Rostov. C'est l'édifice le mieux préservé des trois cathédrales construites dans les années 1490 dans le nord de la Russie. Tous les murs intérieurs sont couverts de fresques peintes par Dionisius.

Dans les années 1530 on ajoute une trésorerie, un réfectoire, et l'église de l'Annonciation, surmontée d'un beffroi. À l'époque le monastère jouissait de l'attention particulière d'Ivan IV, comprenant ainsi 60 villages des alentours. Le tsar lui-même visitait souvent le monastère en tant que simple pèlerin.

Pendant l'Interrègne les Polonais pillent le monastère. Pendant sa reconstruction on construit également les églises de saint Martinien (1641), une église-barbacane (1650) et un beffroi (1680). Les cloches du beffroi, datant de 1638, sont dites les plus anciennes de Russie.

Les Saintes portes du monastère de Ferapontov

Le monastère perdit peu à peu son importance religieuse, devenant un lieu d'exil pour le clergé distingué, dont le patriarche Nikon. Il fut aboli par l'empereur Paul Ier de Russie en 1798, réinstauré comme couvent en 1904, fermé par les Bolcheviques vingt ans plus tard, et transformé en musée en 1975. Le musée fait partie du parc national du nord de la Russie depuis 1991.

Fresques[modifier | modifier le code]

Les fresques de la Nativité de la Vierge du monastère de Ferapontov peuvent être datées par une inscription des années 1500-1502 sur celles-ci. Le peintre en est Dionisius aidé de ses fils et de ses élèves. Ces fresques sont situées au dessus portail ouest. Elles sont d'une pureté antique, classique. À partir du XIVe siècle le culte de la Vierge a une importance croissante en Russie. Ce culte est arrivé de Byzance par la Serbie. Les personnages sont allongés, un peu raides et l'impression donnée est celle d'une majesté tranquille. C'est un art éthéré et un peu conventionnel. Un peu maniériste aussi, avec un goût de la décoration [1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Blankoff, L'art de la Russie Ancienne, Bruxelles, Centre national pour l'étude des états de l'Est, , p. 63