USS Freedom (LCS-1)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres navires du même nom, voir USS Freedom.
USS Freedom
Image illustrative de l'article USS Freedom (LCS-1)
L'USS Freedom (LCS-1) conduisant des essais en mer près de la Californie du sud

Histoire
A servi dans Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Commanditaire US Navy
Quille posée 2 mai 2005
Lancement
Armé 8 novembre 2008
Statut actif
Caractéristiques techniques
Constructeur Marinette Marine
Type Frégate Littoral combat ship
Longueur 115 m
Maître-bau 17,5 m
Déplacement 3 000 t
Propulsion 2 Turbine à gaz Rolls-Royce MT30 de 36 MW, 2 Moteur Diesel Colt-Pielstick
Puissance Puissance électrique: 4 moteur diesel Isotta Fraschini V1708, Hitzinger generator units, 800 kW chacun
Vitesse 47 nœuds (87 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement
Aéronefs
Rayon d'action 6 500 km à 18 nœuds (33 km/h)
21 jours (336 heures)
Autres caractéristiques
Électronique
  • Radar EADS TRS-3D 3D air et surface
  • Système de gestion de combat Lockheed Martin COMBATSS-21
  • Antenne remorquée AN/SQR-20 Multi-Function Towed Array (élément du module ASM)
  • Système de ESM Argon ST WBR-2000
  • Système de leurres Terma A/S
Équipage 50 (jusqu'à 98 suivant la mission)
Chantier naval Marinette Marine à Marinette (Wisconsin)
Port d'attache Drapeau des États-Unis Base navale de San Diego
Indicatif LCS-1
Armes de l'USS Freedom (LCS-1)

L'USS Freedom (LCS-1) est le premier navire Littoral combat ship de classe Freedom (en). C'est le troisième navire de la marine des États-Unis à prendre ce nom. Il est officiellement entré en service le .

Historique[modifier | modifier le code]

Conception[modifier | modifier le code]

L'USS Freedom est le premier navire issu de deux conceptions radicalement différentes de Littoral combat ship (LCS), l'autre étant l'USS Independence (LCS-2), un trimaran construit par General Dynamics et Austal USA (en) au chantier naval Bath Iron Works à Mobile dans Alabama. L'USS Freedom est conçu pour être un navire de surface rapide, maniable et capable de missions telles que la lutte anti-mines, la lutte anti-sous-marine, le combat de surface et l'aide humanitaire[1].

Le concept opérationnel mis en œuvre par l'USS Freedom prévoit son déploiement à l'intérieur d'une escadre composée de deux ou trois navires, et qui opèrent dans les eaux littorales en soutien aux opérations de l'US Navy (ou d'autres navires de surface de alliés). Le concept opérationnel est directement issu de la nouvelle stratégie maritime de l'US Navy, « A Cooperative Strategy for 21st Century Seapower »[2]. Ses capacités lui garantissent un avantage en eaux peu profondes dans les missions de guerre anti-sous-marine, lutte contre les mines et défense contre des petites embarcations. Les navires LCS sont pensés pour être mis en réseau afin de partager les informations tactiques avec les autres unités. L'USS Freedom sera initialement basé à San Diego, avec deux équipages qui alterneront quatre mois de service en mer[3].

Le Congressional Budget Office estime que le carburant ne représentera que 8 à 18 % des coûts totaux du cycle de vie du navire[4]. Le sénateur Jeff Sessions a dénoncé le rapport en question et suggéré que l'USS Independence (LCS-2) serait bien moins économe en carburant que prévu, et que cela aurait un impact négatif sur son utilisation future[5].

Le bateau est un monocoque en acier avec une superstructure en aluminium. Les matériaux et le design le rendent très difficile à repérer pour les systèmes radar[6]. Le navire est long de 115 m, a un déplacement de 3 000 tonnes et peut dépasser les 45 nœuds[7]. Quatre générateurs Diesel Fincantieri Isotta Fraschini de 750 kilowatts fournissent au total 3 MW d'énergie électrique pour alimenter les systèmes du navire[8].

Le pont d'envol est 1,5 fois plus grand que celui d'un navire de surface standard, et utilise un système de déplacement Trigon pour déplacer hélicoptères dans et hors du hangar. Le navire dispose de deux moyens pour lancer et récupérer les équipages en mission : une rampe arrière et une porte tribord près de la ligne de flottaison. Le pont avant possède une zone d'armement modulaire qui peut être utilisée avec une tourelle de 57 mm ou un lanceur de missiles. Une cellule de missiles RIM-116 RAM est montée au-dessus du hangar, afin d'assurer une défense à courte portée contre les avions et missiles de croisière.

L'équipage de base comprend une cinquantaine de marins, généralement accompagnés d'un groupe d'intervention spécial et d'un détachement aéronaval, portant le total à environ 90 hommes. L'automatisation permet un équipage réduit, ce qui réduit considérablement les coûts d'exploitation[9].

Construction[modifier | modifier le code]

Cérémonie de commission de l'USS Freedom (LCS-1).

Le contrat de construction a été attribué à un consortium chapeauté par Lockheed Martin et formé de Lockheed Martin, Gibbs & Cox (en), Marinette Marine (en) et Bollinger Shipyards (en) en . Sa quille est posée le , par Marinette Marine, à Marinette (Wisconsin)[10]. Le navire a été parrainé par Birgit Smith, la veuve du sergent de 1re classe Paul Ray Smith, à qui a été décerné à titre posthume la Medal of Honor pour sa participation à la Guerre d'Irak. Les initiales de Mme Smith sont soudées sur la quille du navire. Une médaille de Saint-Christophe est intégrée dans le mât du navire[3].

L'USS Freedom est baptisé le [11],[12]. Il est livré à la marine américaine le et mis en service à Milwaukee le [13].

Les dépassements des coûts de construction ont conduit le gouvernement à ordonner une pause dans la construction en [14]. Le , le quotidien New York Times publie un article très critique, en déclarant que l'USS Freedom (LCS-1) et son concurrent l'USS Independence (LCS-2) démontraient l'échec du programme de navire Littoral combat ship de l'US Navy[15].

Avant la livraison, le Board of Inspection and Survey (en) (INSURV) de la marine effectue des essais à bord du LCS-1, du 17 au . L'INSURV qualifie le navire de bien construit et recommande que le chef des Opérations navales autorise la livraison du navire. Les essais ont été réalisés sur le lac Michigan, cependant, un certain nombre de systèmes du navire, y compris les systèmes de surveillance aérienne et de combat, n'ont pas pu être testés. De nouveaux essais sont effectués avec l'INSURV début 2009 à Norfolk en plein océan[16]. L'inspection découvre un total de 2 600 divergences, dont 21 sont considérées comme majeures[17]. Un des problèmes du navire vient de sa masse, car il est 6 % plus lourd que prévu. En cause, des changements de conception effectués lors de la construction. L'US Navy déclare que le navire nécessite des procédures d'exploitation particulières jusqu'à la résolution de ces problèmes[18]. La solution retenue est d'installer des réservoirs externes supplémentaires pour améliorer la flottabilité[19]. La marine déclare que LCS-1 réunit désormais le niveau d'exigence nécessaire, et que la conception de l'USS Fort Worth (LCS-3) intègre ces améliorations de stabilité[20].

Le , la marine confirme que le Chef des opérations navales Gary Roughead a commandé une étude sur le déploiement accéléré de l'USS Freedom, avant la date prévue de 2012. Des sources anonymes au sein de Lockheed Martin ont indiqué que Roughead voulait utiliser le premier LCS pour patrouiller au large des côtes de la Somalie et lutter contre la Piraterie autour de la Corne de l'Afrique[21]. Le , le ministère de la Défense annonce que le LCS-1 sera déployé avec deux ans d'avance[22]. À cette fin, 20 marins supplémentaires seront embarqués. John C. Harvey, Jr. déclare que suivant le succès du déploiement, l'équipage du navire serait potentiellement réajusté[23].

Déploiement[modifier | modifier le code]

L'USS Freedom (LCS-1) en février 2013.

Le , l'USS Freedom met le cap vers la base navale de Mayport pour son premier déploiement, afin de soutenir les opérations de l'United States Southern Command[24]. Le 22 février, au large des côtes de la Colombie, le navire poursuit un bateau de trafiquants de drogue. Le bateau s'enfuit dans les eaux côtières de Colombie mais l'équipage de l'USS Freedom récupère 250 kg de cocaïne jetés par-dessus bord par l'équipage du bateau des trafiquants[25].

Le , l'USS Freedom entre dans la zone de responsabilité de la Troisième flotte américaine; transportant le Helicopter Sea Combat Squadron 22 (en), et un détachement de la Garde côtière des États-Unis[26].

Le , la turbine à gaz Rolls-Royce MT30 (en) tribord tombe en panne et le navire est obligé d'utiliser ses moteurs Diesel pour rentrer au port[27]. Le chef des opérations navales, l'amiral Gary Roughead, a souligné à ce sujet que les médias avaient « grossi l'affaire » et que ce genre de panne n'est pas rare[28].

Lors d'un gros coup de vent en mer, en , une fissure de six pouces (environ 15 cm) apparaît dans la coque[29]. D'après la marine, le problème semble être causé par des soudures défectueuses et non une erreur de conception[30]. Les réparations s'étalent du 27 juin au [31].

En , le navire subit une série de voies d'eau mineures au large de la Californie du Sud. Un soufflet d'étanchéité gonflable est alors déployé afin de contenir l'inondation, et le navire doit rentrer à son port d'attache, San Diego[32]. Le navire est redéployé en [33].

En , l'USS Freedom rentre en cale sèche afin d'élargir le pont d'accostage et d'améliorer ses moyens de lutte contre les incendies[34]. Après cet arrêt, le navire est redéployé au large de Singapour[35].

Le , le directeur des essais et évaluation du Département de la Défense rend son jugement sur le LCS-1 dans son rapport annuel. Le rapport est très critique sur les capacités opérationnelles de l'USS Freedom. Il remet en cause la capacité de survie du navire en cas de combat. Les capacités opérationnelles des hélicoptères embarqués sont aussi remises en cause. Le Mk44 Bushmaster II (en) de 30 mm rencontre des problèmes de fiabilité. Le canon Mk110 de 57 mm est conçu différemment sur la classe Freedom, ce qui provoque des vibrations à haute vitesse et rend la précision des tirs difficile. Les systèmes d'armes intégré et le radar air / surface de recherche montrent des problèmes de performance qui affectent le suivi et l'engagement des cibles[36].

Au début de 2013, le navire participe à un documentaire de la chaîne télévisée National Geographic Channel sur les navires de guerre du 21e siècle.

En , L'USS Freedom est à nouveau déployé à Singapour pour une durée de dix mois[37],[38]. Le , il arrive à Hawaï. Le , le navire arrive à la base navale de Changi (en) à Singapour, et participe à des exercices militaires conjoints[39]. En , l'USS Freedom livre des fournitures de secours aux Philippines après le passage du Typhon Haiyan[40].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Littoral Combat Ships - Mission Modules », sur America's Navy,‎ (consulté le 29 janvier 2015)
  2. (en) Dan Petty, « The US Navy », Navy.mil,‎ (consulté le 13 juillet 2012)
  3. a et b (en) Jones, Meg, « Navy's Vessel Of Versatility », Milwaukee Journal Sentinel,‎
  4. (en) Life-Cycle Costs of Selected Navy Ships.
  5. (en) bignews.biz – Free Press Release Distribution Center, « CBO Report Calls into Question Navy’s LCS Evaluation », Bignews.biz,‎ (consulté le 13 juillet 2012)
  6. (en) « Friction stir welding fuses engineering research and Wisconsin industry », Engr.wisc.edu (consulté le 13 juillet 2012)
  7. (en) Dan Petty, « The US Navy – Fact File: Littoral Combat Ship Class – LCS », Navy.mil (consulté le 13 juillet 2012)
  8. (en) USS Freedom demonstrates its power plant can handle vessel’s sensors and electronics
  9. (en) « Duty Aboard the Littoral Combat Ship: ‘Grueling but Manageable’ » (consulté le 17 août 2010)
  10. (en) Dawn Onley, « Lockheed Martin to build advanced Navy ship », Government Computer News (consulté le 23 septembre 2006)
  11. (en) « First Littoral Combat Ship Christened », Navy News (consulté le 28 septembre 2006)
  12. (en) « Lockheed Martin Team Delivers Nation's First Littoral Combat Ship to U.S. Navy » (consulté le 20 septembre 2008)
  13. (en) This story was written by Chief Mass Communication Specialist Rhonda Burke, « USS Freedom Commissioned in Milwaukee », Navy.mil (consulté le 13 juillet 2012)
  14. (en) « Cost Growth Leads To Stop-Work On Team Lockheed LCS-3 Construction », Defenseindustrydaily.com,‎ (consulté le 13 juillet 2012)
  15. (en) Philip Taubman, « Lesson on How Not to Build a Navy Ship », sur nytimes.com, New York Times,‎ (consulté le 26 janvier 2015)
  16. (en) This story was written by Program Executive Office Ships Public Affairs, « Navy Accepts Delivery of Future USS Freedom », Navy.mil (consulté le 13 juillet 2012)
  17. (en) Philip Ewing, « Navy: InSurv recommends accepting LCS 2 », Navy Times,‎ (consulté le 26 janvier 2015)
  18. (en) « US Navy Adds 3 LCS Ships, 1st Ship Too Heavy », Javno.com,‎ (consulté le 13 juillet 2012)
  19. « EXCLUSIVE-Early tests show Lockheed LCS problems-report », Forexyard.com (consulté le 13 juillet 2012)
  20. « Congressional Research Service RL33741 Navy Littoral Combat Ship (LCS) Program: Background, Issues, and Options for Congress Ronald O'Rourke Specialist in Naval Affairs 4 May 2010 » [PDF] (consulté le 13 juillet 2012)
  21. « orders study of early LCS 1 deployment », Navytimes.com (consulté le 13 juillet 2012)
  22. (en) « DoD Press Release 797-09 : USS Freedom to Deploy Early », US Department of Defense,‎ (consulté le 26 janvier 2015)
  23. Ewing Phil, « In their own words: Harvey’s caution on LCS », Navy Times,‎
  24. (en) « USS Freedom marks first deployment », Upi.com,‎ (consulté le 13 juillet 2012)
  25. (en) Ewing, Philip, "LCS 1 seizes drugs in smuggler encounter", Military Times, 24 février 2010.
  26. (en) USS Freedom (LCS 1) enters 3rd Fleet
  27. (en) « Gas turbine engine on LCS Freedom breaks », Navytimes.com (consulté le 13 juillet 2012)
  28. (en) Clark, Colin Land Forces Will Fade, Navy Rise DOD Buzz, 13 octobre 2010
  29. (en) Bloomberg L.P., "Crack In Lockheed Martin's Warship Spurs Navy Review", Arizona Republic, 19 mars 2011.
  30. (en) Michael Fabey, « Welds Implicated In LCS Cracks », Aviation Week,‎
  31. Gary Robbins, « Fleet News: Freedom Heads To BAE For Upgrades », The San Diego Union-Tribune,‎
  32. (en) « LCS Freedom suffers leak while underway », Navytimes.com (consulté le 13 juillet 2012)
  33. (en) Cavas, Christopher P. "Hunt says LCS Freedom ‘is fit for service’." Navy Times, 30 May 2012.
  34. (en) Cavas, Christopher P. "U.S. Navy Boosting LCS Core Crew Up to 50%." Defense News, 2 July 2012.
  35. (en)"Special Report: Littoral Warfare."
  36. (en) Navy’s 670 $ Million Fighting Ship Is ‘Not Expected to Be Survivable,’ - Wired.com, January 15, 2013
  37. (en)"Combat ship Freedom goes to sea."
  38. « U.S. plans 10-month warship deployment in Singapore », Reuters,‎ (lire en ligne)
  39. (en)Mariko Oi, USS Freedom arrives in Singapore as part of US 'pivot', BBC News, 18 avril 2013. Consulté le 31 décembre 2013.
  40. (en) « USS Freedom Delivers Relief Supplies to Tacloban, Philippines », sur navy.mil, United States Navy,‎ (consulté le 25 novembre 2013)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :