Tuilerie des Combes de Punay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tuilerie des Combes de Punay
Les Combes de Punay, l'ancienne tuilerie.jpg
Présentation
Type
Ancienne tuilerie scierie
Destination initiale
Tuilerie
Construction
Propriétaire
Propriété privée
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Les Combes de PunayVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte du Doubs
voir sur la carte du Doubs
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Franche-Comté
voir sur la carte de Franche-Comté
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La tuilerie des Combes de Punay est une ancienne tuilerie / scierie industrielle du XIXe siècle située au lieu-dit des Combes de Punay sur la commune de Malbrans dans le Doubs en Franche-Comté. L'ensemble des bâtiments, ainsi que le matériel subsistant sont inscrits aux monuments historiques depuis le .

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1839, les premiers bâtiments de la tuilerie sont construits sous l'impulsion de Charles Guyot de Vercia[1]. La fabrication était alors encore artisanale. En 1845, une machine à vapeur est installée dans un bâtiment spécialement dédié afin des produire des « tuiles perfectionnées »[2]. Les fours à chaux sont, quant à eux, achevés en 1864.

L'usine en hiver.

En 1884, Firmin Mourot, marchand de bois, rachète la fabrique et y adjoint une scierie afin d'assurer la cuisson des fours[1].

La fabrication de tuiles cesse en 1940 et la fabrique cesse toute activité en 1965[1].

Des campagnes de restauration ont lieu en 1978 et 1988[2]. Le site est inscrit aux monuments historiques le [2].

En 2002, la DRAC, le conseil général du Doubs ainsi que la communauté de communes du Pays d'Ornans offrent des subventions pour aider le propriétaire à restaurer les lieux. Mais cette participation n'est plus possible depuis 2012, car les aides aux particuliers ne peuvent plus dépasser 80 % du coût d'entretien. La commune souhaite créer un écomusée pour faire vivre l'usine (projet qui failli voir le jour en 1979)[3].

Le , une grande partie de l'aile nord du bâtiment s'est effondrée, faute d'entretien régulier[4].

Description[modifier | modifier le code]

Cet édifice pré-industriel est agencé en « H » avec deux bâtiments parallèles reliés par un bâtiment transversal perpendiculaire. Ces bâtiments abritaient les deux fours à chaux, des logements et la salle des machines[1].

L'ensemble de la fabrique comprenait un logis, un kiosque avec toit en pavillon, un entrepôt en torchis où était stocké le bois, un atelier de fabrication et de séchage des tuiles et un bâtiment accueillant les fours à chaux surmonté d'une cheminée carrée d'évacuation des fumées faite de briques[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]