Trinquemalay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trinquemalay
Trinquemalay
Baie de Trinquemalay vue du temple
Administration
Pays Drapeau du Sri Lanka Sri Lanka
Province Province de l'Est
District District de Trinquemalay
Démographie
Population 115 443 hab. (est 2007)
Géographie
Coordonnées 8° 43′ 00″ nord, 81° 14′ 00″ est
Altitude m
Divers
Site(s) touristique(s)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sri Lanka

Voir sur la carte administrative du Sri Lanka
City locator 12.svg
Trinquemalay

Trinquemalay, Trinquemale, Trincomali[1] ou Trincomalee (en tamoul திருகோணமலை, Thirukonamalai, hist: Sirigonakanda), est une ville portuaire située sur la côte nord-est du Sri Lanka à 110 km de Kandy. Il s'agit de la capitale de la Province de l'Est. La ville est bâtie sur une presqu'île à l'entrée de la plus importante baie de la côte orientale de l'île.

Le recensement de la ville en 2012 indique que la ville possède une population de 99 135 hab dont une grande majorité est tamoule.

Noms et étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville lui vient du célèbre temple hindou de thirukoneswaram qui a été mentionné dans des écrits anciens tels le mahabharatha dans l'Antiquité. En tamoul, la région est connue sous divers noms : thiru-kona-malai formé de thiru qui signifie saint, kona qui vient de ko (seigneur), enfin malai qui signifie mont. Ainsi thirukonamalai signifie le mont habité par le dieu suprême, Shiva. Aujourd'hui, non seulement le temple et la ville mais toute la province portent le nom de Thirukonamalai.

Histoire[modifier | modifier le code]

Colonisation néerlandaise[modifier | modifier le code]

Trinquemalay a été français pendant 3 mois, quand l'amiral Jacob Blanquet de la Haye, arriva sur la ville en mars 1670. N'ayant pas le soutien du roi de Kandy, la flotte hollandaise commandée par Rijcklof van Goens finit par encercler et affamer les Français, qui partiront vers le sud de l'Inde.

Colonisation britannique[modifier | modifier le code]

Tsunami de 2004[modifier | modifier le code]

La ville a servi de centre de secours au moment du tsunami de 2004.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Perché au sommet de la colline qui domine la ville, le temple de Koneswaram, hindouiste, cristallise la ferveur religieuse des Tamouls[2].

Îles[modifier | modifier le code]

Le Parc national de Pigeon Island est accessible depuis Trinquemalay.

Pêcheurs et leur village[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Schoendoerffer, Le Crabe-tambour, Éditions Grasset et Fasquelle, (ISBN 978-2-253-02066-0), p. 54
  2. ([1]).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) C. A. Gunarwardena, « Trincomalee », in Encyclopedia of Sri Lanka, New Dawn Press, New Delhi, 2006 (2e éd.), p. 363 (ISBN 978-1932705485)

Articles connexes[modifier | modifier le code]