Ravana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ravaṇa
Mythologie hindoue
Rāvaṇa aux dix têtes et aux vingt bras.
Rāvaṇa aux dix têtes et aux vingt bras.
Caractéristiques
Autre(s) nom(s) Dashânana, Dashamukha
Fonction principale roi des rakshasas de Lankâ
Famille
Fratrie Kuvera (demi-frère)
Conjoint Mandodarî
• Enfant(s) Indrâjit, Trishiras, Devântaka, Narântaka, Atikâya

Ravaṇa (IAST: Rāvaṇa) est un personnage de la mythologie hindoue. Roi des rakshasas de Lankâ (l'actuel Sri Lanka) et ennemi de Rāma dans l'épopée du Ramayana[1], il est parfois nommé Dashânana (« dix têtes ») ou Dashamukha (« dix visages ») car il est représenté généralement avec dix têtes et vingt bras.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ravaṇa est l'époux de Mandodarî et le père d'Indrâjit, parfois nommé Meghanâda, de Trishiras aux trois têtes, de Devântaka, de Narântaka et de Atikâya. Il est considéré comme le rédacteur du Kumâra-tantra. Ravaṇa s'empara du trône de son demi-frère Kuvera, le roi légitime de Lankâ et de son palais volant, Pushpaka. Ses dix têtes et vingt bras sont un métaphore illustrant le fait qu'il savait faire dix choses a la fois dans l'art, les sciences, la musique et encore d'autres choses, pouvoirs probablement obtenus de Shiva. En effet, Ravaṇa se vit accorder par le dieu, à la suite de ses prières, un avantage : il serait dorénavant à l'abri des attaques des devas, les divinités, des asuras, leurs ennemis, des rakshasas, les démons, des gandharvas, les musiciens célestes, des yakshas, les demi-dieux serviteurs de Shiva et des autres créatures célestes ou magiques. Dans son arrogance, Râvana oublia de demander d'être protégé des humains. Pour tuer le roi Ravaṇa, Vishnou s'incarna en Rāma. Aidé par son oncle Maricha, Ravaṇa captura et emprisonna Sītā, la femme de Rāma. Rāma et son fidèle commandant en chef, le singe Hanumān, conduisirent une armée composée d'hommes et d'animaux, pour détruire Ravana et libérer Sita. Cette expédition est racontée dans le Ramayana.

La mort de Ravaṇa est célébrée par la fête de Dussehra (ou Dushera ou Dussera) durant laquelle ses effigies sont brûlées en public.

Rāvaṇa est nommé Thotsakan en thaï, Riep en khmer, Hapkhanasuan ou Phimmachak en laotien, Rahwana ou Dasamuka en Indonésie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. The A to Z of Hinduism par B.M. Sullivan publié par Vision Books, page 180, (ISBN 8170945216)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Vālmīki, Le Rāmāyaṇa, trad. Marie-Claude Porcher et Alain Rebière, Paris, Gallimard, 1999.
  • Aimeric Vacher, Monstres, Paris, Dilecta, 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]