The Binding of Isaac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Binding of Isaac
Éditeur Edmund McMillen
Concepteur Edmund McMillen
Florian Himsl
Musique Danny Baranowsky

Date de sortie
  • Sortie internationale 28 septembre 2011
Genre Action-aventure
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Linux
OS X
PlayStation 4
PlayStation Vita
Windows
Média CD-ROM, téléchargement
Langue Anglais
Contrôle Clavier, manette

Évaluation ESRB : M ?
PEGI : 16 ?
USK : 16 ?

The Binding of Isaac est un jeu indépendant d'action-aventure créé par Edmund McMillen et Florian Himsl. Il est sorti le sur Steam. L'interface et le gameplay font référence à ceux du jeu The Legend of Zelda paru sur NES, à la différence que les combats se déroulent la plupart du temps à distance, Isaac se battant au moyen de ses larmes, qu'il utilise comme projectiles. Au fil de l'aventure, il obtiendra néanmoins des armes qui, combinées, permettent d'offrir une grande variété de gameplay.

L'ambiance visuelle générale est gore, malsaine et morbide de par la présence de corps démembrés, de fœtus, d'excréments ou de monstres représentant des organes, mais néanmoins attrayante par le choix d'une représentation cartoon des différents décors et protagonistes. La musique est composée par Danny Baranowsky et n'est pas sans rappeler celle de Super Meat Boy dont il est également l'auteur[1].

Une extension, The Binding of Isaac: Wrath of the Lamb, ajoutant de nouveaux objets, monstres et donjons est également sortie le afin de rendre le jeu plus complet et difficile. Un remake intitulé The Binding of Isaac: Rebirth est sorti le , reprenant le même concept mais avec plus de contenu et de nouveaux modes.

Trame[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Isaac et sa mère vivent paisiblement dans leur maison jusqu'au jour où la pieuse mère d'Isaac de foi chrétienne entend "une voix venant du dessus", qui s'apparente à un message de Dieu, lui disant que son fils est corrompu par les péchés, elle lui demande alors de lui retirer tout ce qui est mauvais pour lui. Sa mère obéit et confisque les jouets, les images et même les vêtements de son enfant. Une fois de plus la voix retentit, exigeant que le jeune Isaac soit écarté pour de bon de tout ce qui est mauvais dans le monde, sa mère s'exécute et enferme Isaac dans sa chambre. La voix se fait de nouveau entendre et requiert qu'elle lui offre le sacrifice de son fils comme preuve de sa foi. Sa mère se saisit d'un couteau de boucher pour accomplir le souhait divin. Isaac, qui a assisté à la scène, tente alors d'échapper à sa mère en rentrant dans la cave de la maison.

C'est ainsi que durant tout le jeu Isaac va tenter de descendre de plus en plus loin dans la cave de sa maison pour fuir la folie sanguinaire de sa propre mère. Au détour des salles que comportent les différents "niveaux", ou étages de la cave, Isaac est confronté à des créatures et des monstres surnaturels aux apparences nauséeuses évoquant des insectes, des organes ou encore des cadavres humanoïdes.

Le déroulement du jeu laisse volontairement de la place à la recherche et l'interprétation des rares éléments scénaristiques. En effet seules quelques courtes animations lors des chargements entre les différents "niveaux" ainsi que les différentes cinématiques de fin permettent de rassembler les pièces nécessaires à la compréhension de l'histoire. Pendant les chargements Isaac est mis en scène de façon pathétique, on le voit rejeté par d'autres enfants, ou encore dans des situations où il est tourné en ridicule et où on se moque de lui, il apparait également en train de souffrir et de pleurer.

L'aspect fantastique du parcours d'Isaac laisse à penser que cet univers, l'univers du jeu, est entièrement issu de l'imaginaire de l'enfant. Le peu d'apport scénaristique peut laisser place à de nombreuses interprétations quant au sens de cette descente dans la cave et la présence des monstres.

Une interprétation possible est qu'Isaac n'est en réalité jamais descendu dans la cave, mais qu'il s'est réfugié dans le coffre de sa chambre. Ainsi pour échapper au danger et à la cruelle réalité du moment, l'enfant se cache et dans ce coffre où il est tourmenté par des évènements marquants de sa vie. C'est-à-dire une sœur, qui serait morte et il s'en voudrait car il aurait souhaité cette mort.

Plusieurs éléments permettent de renforcer cette explication : d'abord, durant les phases de chargement, Isaac est constamment représenté recroquevillé sur lui-même dans un espace sombre et se remémore des passages tristes ou humiliants de sa vie. Ensuite, dans chaque cinématique de fin, Isaac ouvre un gros coffre doré pour y découvrir la plupart du temps un objet. Lors de la 10e fin déblocable, Isaac y découvre un enfant bleu avec les yeux en croix, il est alors victime d'une terrible révélation : cet enfant, c'est lui-même. De la même façon, la 11e fin montre Isaac prenant les différentes apparences des personnages jouables du jeu pour finir par rentrer dans le coffre avec un air résigné[2].

Personnages[modifier | modifier le code]

Des sept personnages jouables, six font références à des personnages bibliques : Isaac, Caïn, Judas, Ève, Marie de Magdala, Samson. Le septième est ???, plus communément appelé BlueBaby par la communauté. Chacun d'eux a des caractéristiques de départ différentes parmi lesquelles la puissance d'attaque, la vitalité, la vitesse de déplacement, la cadence de tir et les éventuels objets de départ. Mom est la représentation en jeu de la mère d'Isaac, c'est le boss du 6e donjon.

Isaac apparaît en tant que boss dans le niveau appelé "Cathédrale", et ??? apparaît dans le niveau appelé "Le Coffre", qui font tous deux partie de l'extension du jeu.

Environnements[modifier | modifier le code]

Isaac évolue dans quatre environnements chacun proposant une difficulté croissante et découpés en deux étages tenus par un boss : Le premier est The Basement, la cave de la maison d’Isaac. Le deuxième environnement est The Caves, une grotte se trouvant sous la cave de la maison. Cet environnement introduit les précipices qu'on ne peut franchir qu'avec une échelle ou en faisant exploser un rocher adjacent avec une bombe, et les pics au sol. Le troisième environnement est The Depths, une grotte parsemée d'ossements. On y trouve des blocs verrouillé à clé et des blocs veilleurs qui tirent sur Isaac. Au bout du deuxième étage on affronte sa mère, le boss final et atteint la première fin du jeu. Un dernier environnement se débloque une fois le jeu terminé et Mom battue : il s'agit de The Womb, l’utérus vivant de sa mère. Le boss final de cet environnement est Mom's Heart ; après avoir battu le jeu plusieurs fois, le cœur est remplacé par un fœtus (présumablement soi même).

La mise à jour de Halloween 2011 ajoute un cinquième chapitre : Shéol, l'enfer Hébreu tenu par Satan lui même[3]. Wrath of the Lamb ajoute des environnements alternatifs à chaque étage existant, tous comportant des monstres et boss différents des environnement originaux. The Cellar peut remplacer The basement, il s'agit du grenier de la cave de la maison (ce qui n'est pas logique au vu de la narration de l'histoire et laisse penser que Isaac est en train de délirer). The Catacombs remplace The Caves, il s'agit d'un environnement souterrain bâti par l'homme contrairement à l'environnement original qui est sauvage, de même pour The Necropolis qui remplace The Depths. L'étage alternatif à shéol est la cathédrale, lieu consacré au bout duquel on affronte un double de soi même. Un sixième environnement se débloque après avoir fini la cathédrale plusieurs fois, The Chest, où on affronte le Blue Baby.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Gameplay[modifier | modifier le code]

The Binding of Isaac est un jeu d'action-aventure "rogue-like" en 2D vu du dessus. Le joueur incarne Isaac, ou l'un des six autres personnages jouables, et doit explorer une suite de donjons aux salles rectangulaires, qui seront parfois verrouillées au moyen de mécanismes ou verrous, ou parfois camouflées par un mur, nécessitant une bombe pour le franchir.

Les personnages qu'incarne le joueur se battent en lançant leurs larmes dans les quatre directions de l'espace : haut, bas, gauche et droite. Le tir peut être brossé en se déplaçant au moment du lancé, la trajectoire des larmes étant dépendante du mouvement de leur lanceur. De nombreux objets peuvent modifier la manière dont les larmes se comportent tout en changeant l'apparence du personnage[4].

Le jeu comporte six donjons de base, chacun des donjons est constitué d'un labyrinthe de salles cachées que le joueur dévoilera sur sa carte au fur et à mesure de son avancée. Au terme de chaque niveau, le joueur doit battre un boss pour gagner un nouvel objet et descendre au niveau suivant. Dans le jeu la mort est définitive, ce qui le rend difficile, oppressant et renforce l'aspect malsain général. La particularité du jeu est que les cartes des donjons sont générées de manière procédurale à chaque partie. Le fait qu'une situation n'a que très peu de probabilités de se reproduire à l'identique d'une partie à l'autre, et qu'il existe une grande variété d'objets offre un immense potentiel de variations et confère une importante rejouabilité au jeu. Le joueur peut récolter différents objets qui lui donneront divers bonus. Certains améliorent la puissance des larmes du joueur, d'autres amélioreront la portée des larmes ou bien la vitesse du personnage, voire même sa chance de trouver des objets en détruisant roches et excréments. Le nombre d'objets à récolter est important et certains doivent être débloqués, en mettant des pièces dans la machine du marchand par exemple. Certains objets améliorent la santé du personnage et d'autres font même apparaître un compagnon qui peut attaquer les ennemis.

En effectuant certaines actions, le joueur peut également découvrir plusieurs objets consommables qui lui rendront de la santé ou augmenteront ses pouvoirs. Le monde est persistant : les monstres et les objets ne réapparaissent jamais une fois battus ou utilisés mais ne disparaissent pas non plus quand on change de salle. La disponibilité en objets consommables est limitée, le joueur doit donc les utiliser avec parcimonie.

Influences[modifier | modifier le code]

Le titre du jeu et le scénario de base font référence à l'histoire biblique du sacrifice d'Isaac. On retrouve ainsi tout le long du jeu des personnages, monstres ou objets représentant des figures et références bibliques ou religieuses telles que Satan, le pacte avec le Diable, la grande prostituée, la couronne du Christ ou encore un ange gardien.

De façon générale, le jeu possède de nombreuses références à l'enfance d'Edmund McMillen[5]. Ses parents, chrétiens très stricts[6], le harcèlement de l'enfance jusqu'au lycée, se reflètent dans ce jeu : entre deux niveaux certaines cinématiques montrent Isaac se faire moquer de lui pour porter un perruque ; allant jusqu'à se faire jeter des excréments. Ceci explique le ton sombre du jeu, à la limite du délire. En effet, Isaac se réfugie de la culpabilité (accusé par les autres enfants, la religion) dans sa boîte de jouets, élément également récurrent dans les jeux de McMillen.

L'idée de l'ajout de « ??? », autrement appelé par la communauté « Blue Baby » peut venir du pseudonyme d'Edmund McMillen sur NewGrounds, "BlueBaby". Dans la 10e fin, Isaac trouve ??? dans le coffre avant de paniquer soudainement quand ??? le regarde. Symboliquement, cette rencontre représente une vision de la mort d'Isaac : les yeux en X sont utilisés dans les cartoons pour représenter la mort du personnage; la couleur bleue est caractéristique d'une mort par manque d'oxygène (on peut remarquer la récurrence des nœuds coulants à travers le jeu). Il représente un des extrêmes de son délire : il contemple sa propre mort comme ultime échappatoire (la panique entrainée peut s'expliquer une peur de la mort instinctive).

Le jeu est de façon générale rempli d'une très grande quantité de références, tant à l'univers des jeux indépendants ou non, le titre remaniant le concept des jeux d'aventure Zelda, qu'à celui d'Internet et de ses mèmes, on y retrouve fréquemment des figures emblématiques comme la Trollface , le Forever Alone ou le Shoop da Whoop

Musiques[modifier | modifier le code]

La bande-son du jeu a été composée par Danny Baranowsky et contient 29 morceaux ainsi que 2 ajoutées avec l'Halloween Update. 9 musiques furent ajoutées avec la sortie de l'extension The Binding of Isaac: Wrath of the Lamb. Elle est disponible sur sa page Bandcamp depuis le 28 septembre 2011. Un second CD composé par Brent Kennedy devint disponible sur Bandcamp le 1er février 2013. Il contient 9 remix du CD original pour piano[7].

Postérité[modifier | modifier le code]

The Binding of Isaac: Wrath of the Lamb[modifier | modifier le code]

The Binding of Isaac a connu une extension nommée The Binding of Isaac: Wrath of the Lamb (La Colère de l'agneau) sortie le [8]. Ce contenu téléchargeable est disponible sur la plateforme Steam et figurait dans le pack Humble Indie Bundle 7[9].

Cette extension est complémentaire au jeu de base et compatible avec la progression antécédente du joueur. Elle ajoute plus de 10 boss et une nouvelle fin, 100 objets, avec notamment une nouvelle catégorie d'objets appelée « Trinkets » (Bibelots), un nouveau personnage jouable, Samson, et des donjons alternatifs à ceux existants. L'extension ajoute également 10 « Challenges » (Défis), dont le but est de compléter le jeu en débutant avec différents types de malus [10].

The Binding of Isaac: Eternal Edition[modifier | modifier le code]

Un DLC gratuit de The Binding of Isaac: Wrath of the Lamb nommé The Binding of Isaac: Eternal Edition (Édition éternelle) est sorti le 5 mai 2015[11]. Créée par Florian Himsl pendant le développement de The Binding of Isaac: Afterbirth, cette mise à jour a pour but d'amener les joueurs à retourner sur la version originale. Elle ajoute un mode "hard", des ennemis éternels (versions plus puissantes des ennemis d'origine) et des changements sur quelques objets à ramasser.

The Binding of Isaac: Rebirth[modifier | modifier le code]

Article détaillé : The Binding of Isaac: Rebirth.

Une réadaptation de The Binding of Isaac est sortie le sous le nom The Binding of Isaac: Rebirth, développée par Nicalis. Celui-ci ne tourne plus sous Flash et bénéficie de graphismes typés 16-bit[12], ainsi qu'une multitude de nouveaux objets et d'un mode hard. Cette nouvelle mouture intègre une bande son inédite avec plus de 32 pistes[13]. Il est désormais possible de sauvegarder sa partie, et un système de "seed" permettant de partager la carte générée aléatoirement a été implémenté. Les salles ne sont plus limitées à un seul écran et peuvent être juxtaposées pour former des grandes salles ou des salles allongées. Le jeu a aussi gagné un mode multijoueur local en coopération.

Edmund, concepteur du jeu, n'appréciait pas le design d'origine et a souhaité réaliser cette réadaptation en adoptant un graphisme proche du pixel-art tel qu'il l'avait souhaité dès le départ[14].

The Binding of Isaac: Afterbirth[modifier | modifier le code]

Le 30 octobre 2015 est sorti sur Steam The Binding of Isaac: Afterbirth, un DLC du jeu The Binding of Isaac: Rebirth. Plusieurs items, personnages (Lilith et Keeper) et mode de jeu (Greed) y sont rajoutés. Un boss spécial qui récompense les joueurs ayant parcouru les premiers étages du jeu suffisamment rapidement, the hush propose un défi supplémentaire. Les salles peuvent suivre une configuration en « L » ou bien être plus étroites que celles du jeu original. Une bande-son intégrant celle de The Binding of Isaac: Rebirth et contenant 9 nouveaux morceaux fut ajoutée après la sortie du DLC[15].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse numérique
Média Note
Eurogamer (GB) 9/10[16]
GameSpot (US) 8/10[17]
IGN (US) 9/10[18]
Jeuxvideo.com (FR) 14/20[19]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 84,23 %[20]
Metacritic 84/100[21]

Ventes[modifier | modifier le code]

En septembre 2014, le jeu s'était vendu à plus de 3 millions d'exemplaires[22].

Date Nombre de ventes
450 000[23]
1 million[23]
2 millions[24]
3 millions[22]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Danny Baranowsky, « Site officiel du compositeur » (consulté le 4 janvier 2014).
  2. (en) « Endings », sur The Binding of Isaac Wiki (consulté le 4 janvier 2014).
  3. (en) « The Binding of Isaac Halloween update! », sur Edmund's dev blog for gay nerds (consulté le 2 février 2017).
  4. (en) « Items », sur The Binding of Isaac Wiki (consulté le 4 janvier 2014).
  5. design3channel, « design3 - Interview with Edmund McMillen of Team Meat »,‎ (consulté le 11 février 2017)
  6. The Game Theorists, « Game Theory: Does Isaac Die? Binding of Isaac Rebirth's Endings Explained. cf 13:37 »,‎ (consulté le 11 février 2017)
  7. « The Binding of Isaac - Piano Collection, by Brent Kennedy », sur Danny Baranowsky (consulté le 22 mars 2016)
  8. (en) Wrath of the Lamb débute le 28 mai.
  9. (en) « Introducing Humble Indie Bundle 7! », sur The Humble Mundle,‎ (consulté le 4 janvier 2014).
  10. (en) L'expansion datée et son contenu.
  11. « The Binding of Isaac: Eternal Edition - Indius », sur Indius (consulté le 15 décembre 2015)
  12. (en) Jessica Conditt, « The Binding of Isaac: Rebirth out early 2014 on PS4, Vita and Steam », sur Joystiq,‎ .
  13. (en) « The Binding Of Isaac - Rebirth: OST »,‎ (consulté le 6 novembre 2014).
  14. (en) « The Binding of Isaac Rebirth 2014 Q&A! »,‎ (consulté le 6 novembre 2014).
  15. « The Binding Of Isaac - Afterbirth: OST, by Ridiculon », sur Ridiculon (consulté le 22 mars 2016)
  16. (en) « The Binding of Isaac Review », sur Eurogamer,‎ (consulté le 27 décembre 2014)
  17. (en) « The Binding of Isaac Review », sur GameSpot,‎ (consulté le 27 décembre 2014)
  18. (en) « The Binding of Isaac : Rebirth Review », sur IGN,‎ (consulté le 2 janvier 2015)
  19. « Test de The Binding of Isaac », sur Jeuxvideo.com,‎ (consulté le 27 décembre 2014)
  20. (en) « The Binding of Isaac », sur GameRankings (consulté le 27 décembre 2014)
  21. (en) « The Binding of Isaac », sur Metacritic (consulté le 27 décembre 2014)
  22. a et b Isaac Turns 3!
  23. a et b Le million pour Binding of Isaac, 18 juillet 2012, Jeuxvideo.com.
  24. 2 millions de ventes pour The Binding of Isaac, 25 mars 2013, Jeuxvideo.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]