Théodore Herpin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un médecin image illustrant français image illustrant la neurologie
Cet article est une ébauche concernant un médecin français et la neurologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Théodore-Joseph-Dieudonné Herpin
Naissance
Lyon
Décès
Paris
Nationalité française
Profession
Images externes
Théodore Herpin
sur http://www.baillement.com

Théodore-Joseph-Dieudonné Herpin, né le à Lyon, décédé le à Paris (Ville-d'Avray[1]), est un neurologue français ayant travaillé sur l'épilepsie. Il a particulièrement décrit l'épilepsie myoclonique juvénile[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père Louis Herpin est commissaire des guerres du Premier Empire puis devenu genevois par le traité de 1815[3].

Herpin commence ses études à l’Académie de Genève entre 1814 et 1818, puis à l’école pratique de médecine à Paris. Il obtient son doctorat en médecine en 1823 avec une thèse sur la pleurésie chronique. Il est nommé agrégé à Genève[4].

Il est tout d'abord médecin à Carouge de 1823 à 1838 puis à Genève de 1838 à 1856. Il devient membre du Conseil représentatif de Genève en 1827 et le restera jusqu'en 1841. Il est député au Grand Conseil du canton de Genève de 1845 à 1848 et vice-président du Conseil de santé en 1845[1]. Il est également co-fondateur et président de la Société médicale de Genève[5].

Il était le médecin de Rodolphe Töpffer[6] et Dostoïevski l'aurait consulté en 1863 à Genève[7].

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Tout comme Louis Delasiauve (1804-1893), Théodore Herpin décrit différents types d’épilepsie, distinguant les crises généralisées des crises partielles. Ils décrivent des prodromes avertissant le malade de la survenue d’une crise, notamment des bâillements réitérés[8].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Du prognostic et du traitement curatif de l'épilepsie (1852).
  • Des accès incomplets d'épilepsie (publication posthume en 1867).

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le père de l'écrivaine Luce Herpin, nom de plume Lucien Perey.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Rémy Campos, Instituer la musique : les premières années du Conservatoire de musique de Genève (1835-1859), Librairie Droz, , 877 p. (ISBN 9782884330121, lire en ligne), p. 569.
  2. Pierre Jallon, « Contribution de la médecine helvétique des XVIIIe et XIXe siècles à l’épileptologie clinique : les œuvres de Tissot et de Herpin », Epilepsies, vol. 20, no 2,‎ , p. 101-105 (lire en ligne).
  3. Le livre du Recteur de l'Académie de Genève (1559-1878) : Volume 33 de Travaux d'humanisme et Renaissance, vol. 33, t. 3, Librairie Droz, (ISBN 9782600031950, lire en ligne), p. 48.
  4. Martine François, « Herpin Théodore Joseph Dieudonné », sur http://cths.fr, Comité des travaux historiques et scientifiques,‎ (consulté le 19 septembre 2015).
  5. Vincent Barras, « Herpin, Théodore-Joseph-Dieudonné » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 20 mai 2008.
  6. « La Société Médicale de Genève vous attend ! », sur http://www.amge.ch, Association des Médecins du canton de Genève,‎ (consulté le 19 septembre 2015).
  7. (en) Brain R. Johnson, The Art of Dostoevsky's Falling Sickness, ProQuest, , 217 p. (ISBN 9780549804567, lire en ligne), p. 95.
  8. Olivier Walusinski, « Histoire des connaissances sur le bâillement » [PDF],‎ (consulté le 20 septembre 2015).

Bibliographie[modifier | modifier le code]