TER Dakar-AIBD

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

TER Dakar-AIBD
Ligne de Dakar à Aéroport international Blaise-Diagne
via Diamniadio
Image illustrative de l’article TER Dakar-AIBD
La rame TER en gare de Dakar, le 15 janvier 2019
Pays Drapeau du Sénégal Sénégal
Villes desservies Dakar, Diamniadio
Historique
Mise en service 2019
Caractéristiques techniques
Longueur 55 km
Vitesse maximale
commerciale
160 km/h
Électrification 25 kV – 50 Hz
Trafic
Propriétaire État sénégalais

Le Transport express régional Dakar-AIBD (ou TER Dakar-AIBD) est une ligne de chemin de fer électrique à écartement standard en construction au Sénégal dont l'ouverture du premier tronçon est prévue pour début 2019 [1]. Elle reliera la capitale de Dakar, enclavée au bout de la presqu’île du Cap-Vert, à l'aéroport international Blaise-Diagne (AIBD) ainsi que des villes nouvelles situées sur la partie continentale du pays[2].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Elle a pour principal objectif de désenclaver la capitale, qui représente la majeure partie de l'activité du pays, du reste du Sénégal (elle est complémentaire à l'autoroute A1 dans cet effort) et de s'orienter vers les réseaux de chemins de fer internationaux[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les travaux ont débuté fin 2016 avec les groupes français Engie et Thales[3] responsables de la signalisation et de l'électrification et, un consortium associant Eiffage à des entreprises turques (Yapi Merkezi) chargées du BTP[4]. Les travaux des gares sont portés par des entreprises comme Eiffage Sénégal, GETRAN, SERTEM.

L'assistance au maître d'ouvrage est assuré par la société SYSTRA, filiale SNCF et RATP.

Le tracé a été présenté au président Macky Sall et aux membres du gouvernement le 15 janvier 2019, le train a circulé de la Gare de Diamniadio à la Gare de Dakar.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Travaux de construction des voies avec vue sur l'arrière de la gare de Dakar

Le premier tronçon, de Dakar à Diamniadio mesurera 36 km, et le second tronçon qui reliera cette dernière à l'aéroport international mesurera 19 km avec 14 gares intermédiaires dont celle de Rufisque datant de l'ère coloniale et qui sera rénovée mais aussi Diamniadio (ville ayant un développement urbain très important). Elle devrait permettre de faire le trajet entre Dakar et l'aéroport en 50 minutes, à une vitesse de pointe de 160 km/h, aura une capacité de 500 places et desservira 14 gares[1].

La ligne à double voie à écartement standard sera électrifiée en 25 kV 50 hertz et la voie sera au gabarit UIC[5]. C'est à la fois la première ligne électrifiée du pays et la première ligne à écartement standard (utilisée dans 60 % des lignes de chemin de fer du globe), tandis que l'ensemble du réseau actuel utilise l'écartement métrique.

En plus des deux voies voyageurs, la ligne comportera pour le transport de marchandises une voie unique à écartement métrique (une réserve foncière permettra un doublement si nécessaire), interopérable avec le chemin de fer sénégalais existant partant de Dakar (centre-ville et le port) au Niger[6].

S'agissant du matériel roulant, 15 rames bimode de type Alstom Coradia Polyvalent à quatre caisses, dont dérivent les Régiolis roulant sur les réseaux Transport express régional de plusieurs régions françaises ont été commandées en décembre 2016[7].

Le système d'alimentation électrique du TER Sénégalais est basé sur la caténaire. Une caténaire est un ensemble de câbles porteurs et de fils conducteurs destinés à l’alimentation des moyens de transports électriques à captage du courant par dispositif aérien. Les câbles porteurs sont en bronze ou en aluminium-acier, quant à eux les fils conducteurs sont en cuivre pur à 98%, ou en cuivre allié à l'étain ou au magnésium. La caténaire permet de faire circuler la plupart des trains et des trams, mais aussi les trolleybus. Certains manèges forains d'auto-tamponneuses sont également par alimentation électrique aérienne. La pose et l'installation des caténaires dans la région de Dakar a suscité beaucoup d'échos. Car les populations pensent que les rails sont électrifiés, ce qui n'est pas le cas. Le TER Sénégalais n'utilise pas le système de troisième rail ou rail de traction, ce système est surtout présent dans les métros souterrain.

Tarification[modifier | modifier le code]

Gares[modifier | modifier le code]

Gare de Dakar en rénovation

La gare de Dakar, construite en 1914 et qui était laissée à l'abandon depuis plusieurs années sera utilisée comme terminus à Dakar La Gare emblématique de Diamniadio, c’est-à-dire le terminus de la première phase du projet Train express régional (TER) d’un point de vue architectural a quelques similitudes avec le Centre international de conférence Abdou Diouf (Cicad). La gare sera une plateforme moderne en cohérence avec les lignes architecturales des projets en cours à Diamniadio.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Lancement des travaux du TER Dakar-AIBD », sur Au Sénégal,
  2. a et b « TER Dakar-AIBD, Interview De Macky Sall »,
  3. Alexandra Saintpierre, « Engie et Thales relieront Dakar à son nouvel aéroport avec un train express », sur Boursier.com, (consulté le 19 décembre 2016).
  4. « Eiffage construira la voie ferré du train express de Dakar », sur Le Figaro, .
  5. (en) « Dakar Train Express Régional contracts », sur Railway Gazette,
  6. « Train express régional Dakar AIBD », plaquette de présentation, sur Investir Sénégal (consulté le 19 décembre 2016).
  7. (en) « Alstom to Supply 15 Coradia Polyvalent Trains to Senegal », sur Mass Transit (consulté le 19 décembre 2016).
  8. Réception du TER et inauguration de la gare de Dakar