Sylvie Pullès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sylvie Pullès
Surnom La Reine d'Auvergne, La Reine du folklore auvergnat
Nom de naissance Pulles
Naissance (45 ans)
Aurillac
Activité principale accordéoniste, auteur-compositeur
Genre musical musette, chanson française, folklore auvergnat
Instruments accordéon
Labels Discadanse, Boulevard Studio
Site officiel http://www.sylviepulles.com
Sylvie Pulles à l'Olympia

Sylvie Pullès, née le à Aurillac dans le Cantal est une accordéoniste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Sylvie Pullès naît le 8 juin 1972, d'un père cantalien et d’une mère aveyronnaise[1]. À quatre ans elle découvre l’harmonica et René Pullès, son père, qui joue des airs d’accordéon, la plonge alors dès son plus jeune âge dans la musique traditionnelle et folklorique. Elle est au quotidien bercée par les morceaux de Jean Ségurel, Robert Monédière ou encore André Thivet. Dès ses 7 ans, son père lui propose d’étudier la musique avec un professeur pour y apprendre le solfège[2]. Elle persévérera dans cette voie et enchaînera les concours d’accordéon et les bals, d’abord avec son père dès l’âge de 12 ans et, avec son propre orchestre qu’elle fondera à 16 ans[3]. Sylvie Pulles se produit régulièrement dans le village de Grand Vabre (Aveyron) ou chaque année elle joue une chanson de sa composition appelée "Le St Hervé ".

Carrière artistique[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 1990, après un baccalauréat littéraire, elle poursuit des études de musicologie à la Faculté de Toulouse le Mirail et intègre le Conservatoire national de musique de Toulouse. En 1992, Sylvie a 20 ans et entre à la SACEM comme auteur-compositeur avec, entre autres, La bourrée de Pierrefort qu’elle compose en hommage à ce canton du Cantal qui l’a vu naître. En avril 2004 , elle recevra la médaille de la ville de Pierrefort[4]. Elle compose ces morceaux de musique en hommage à son « pays » ; beaucoup d'autres titres qui suivront tels que "Moi, je chante l'Auvergne" et "Pays des champs et des chansons". En 1993, elle enregistre sa première cassette "L'Aubrac au Pont de Gournier" sur laquelle on retrouve ces premières compositions et de nombreux morceaux consacrés à l'Aubrac.

Cet attachement à ses origines et la qualité de ces interprétations lui vaudront le surnom de « Reine du folklore auvergnat », par André Verchuren et Michel Pruvot lors de sa prestation au Festival national de l’accordéon en 2003[5], au Zénith de Paris. En 2004, elle est sur le viaduc de Millau pour l’inauguration[6], en présence du président Jacques Chirac. Elle compose à cette occasion « si tu vas à Millau ». Outre ses compositions glorifiant son pays, elle enregistre de nombreux CD et DVD. Suivront 380 compositions qui lui vaudront le titre de « Sociétaire définitif » à la SACEM lors de la promotion de juin 2009[7]. En 2007 et 2013, elle est invitée au Carrefour mondial de l'accordéon à Montmagny au Québec. Sylvie Pullès a donné des représentations dans le monde entier : en Argentine, pour retracer l’histoire des auvergnats émigrés en Amérique du Sud, à l’île de la Réunion… Elle s’est produite dans des grandes salles parisiennes : le Zénith pour le « Festival national d’accordéon » en 2003 et 2004, le Casino de Paris le 4 mars 2007 pour le spectacle "L'Auvergne en concert" [8], le Balajo en 2009, la guinguette des régions de France et d’innombrables festivals.

Elle passe aussi tous les ans au Salon de l’agriculture et sur la route du Tour de France.

En 2010, pour marquer ses 25 ans de carrière, Sylvie Pullès se produit à l’Olympia[9]. Elle est la seule femme accordéoniste à faire l’Olympia. Seul André Verchuren, en 1956 et 2003, y est passé deux fois. Outre des groupes folkloriques parisiens en première partie, elle choisit à ses côtés, Wazoo et sa Manivelle, mais aussi d’autres accordéonistes. Durant ce spectacle, présenté par Pierre Bonte, elle reprendra aussi une partie des succès de ses 25 ans de carrière, dont certains écrits en collaboration : La Vénus de Millau avec Bruno Lorenzoni, Faut rester cool avec Michel Pruvot, En suivant l’étape avec Maurice Larcange, La Reine du folklore auvergnat avec André Verchuren. En janvier 2010, elle reçoit "le prestige des provinces[10] " à Paris.

Le 30 mai 2015, Sylvie Pullès est de nouveau à l’Olympia[11]. Le spectacle, dédié à son parrain André Verchuren, fut présenté à nouveau par Pierre Bonte et Fabien Lecœuvre. Rémy Bricka faisait partie des nombreux invités du spectacle. Une distinction lui fut remise par ses producteurs Discadanse et Boulevard studio, récompensant 30 ans de carrière : 5000 bals en France et à l’étranger, 2 millions de kilomètres parcourus et 2 millions de danseurs[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sylvie Pullès est citée dans les ouvrages suivants :

  • Dany Maurice, intitulé "Soleil Accordéon", 414 pages, sorti en 1997, éditions PLANCHER
  • Couverture de la revue "Accordéon et accordéonistes" no 148 janvier 2015, no 96 avril 2010, no 28 février 2004
  • Couverture de "Aveyron magazine" no 42, bimestriel mars / avril 2007, UGO Presse
  • Couverture et pages intérieures : "Carnets de bals populaires", de Martial Mijoule Tenor, paru en juin 2007, éditions Cheminements, 221 pages

Discographie[modifier | modifier le code]

Vidéos, DVD[modifier | modifier le code]

  • 1997 : On danse en Aveyron
  • 1999 : Au bal de mes copains
  • 2001 : L'enfant du pays
  • 2003 : Accordéon et traditions
  • 2005 : Parfum d'Aveyron et d'Argentine
  • 2007 : Dansez le folklore VOL 1
  • 2008 : Dansez le folklore VOL 2
  • 2008 : Toi ma belle Auvergne
  • 2009 : Sylvie Pullès au Balajo
  • 2010 : Sylvie Pullès à l'Olympia (25 ans de carrière)
  • 2011 : Dansez le folklore VOL 3
  • 2014 : C'est un refrain d'Auvergne
  • 2015 : Sylvie Pullès à l'Olympia (30 ans de carrière)
  • 2016 : Sylvie Pullès aux "nuits de nacre" à Tulle

Cassettes, CD[modifier | modifier le code]

  • 1993 : L’Aubrac au Pont de Gournier
  • 1995 : Accordéon d'Auvergne
  • 1998 : Chants et danses du pays
  • 2000 : Moi, je chante l'Auvergne
  • 2001 : Viens danser en Auvergne
  • 2002 : L'espagnole à Saint-Flour
  • 2003 : Salut les amis
  • 2004 : L'Auvergne qui danse
  • 2005 : Le bal à Sylvie
  • 2006 : Pays des champs et des chansons
  • 2007 : Sylvie Pullès au Casino de Paris
  • 2008 : Dansez avec Sylvie
  • 2009 : Sylvie Pullès au Balajo
  • 2010 : Sylvie Pullès à l'Olympia (25 ans de carrière)
  • 2011 : Fai tirar
  • 2014 : C'est un refrain d'Auvergne
  • 2015 : Sylvie Pullès à L'Olympia (30 ans de carrière)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « SYLVIE PULLES ACCORDEONISTE AVEYRON », sur www.vivreaupays.pro (consulté le 26 juin 2016)
  2. « Accordéon : l'Olympia pour les trente ans de carrière de Sylvie Pullès », sur www.midilibre.fr (consulté le 26 juin 2016)
  3. « Sylvie PULLES », sur www.cantalpassion.com (consulté le 5 juin 2016)
  4. martial, « Pullès Sylvie Reine de l'accordéon », sur www.cantalpassion.com (consulté le 26 juin 2016)
  5. « Sylvie Pullès : J - 16 avant son passage à l'Olympia », sur ladepeche.fr (consulté le 22 avril 2016)
  6. « Accordéon : l'Olympia pour les trente ans de carrière de Sylvie Pullès », sur www.midilibre.fr (consulté le 22 avril 2016)
  7. « Saint-Cyprien- sur-Dourdou. Sylvie Pullès, samedi pour le bal du football » (consulté le 26 juin 2016)
  8. « Sylvie Pullès à l’Olympia : « Je sais que la fête sera belle » », sur Centrepresseaveyron.fr (consulté le 22 avril 2016)
  9. « SYLVIE PULLES », sur Olympia (consulté le 5 juin 2016)
  10. « PULLES », sur www.prestigedesprovinces.com (consulté le 26 juin 2016)
  11. « SYLVIE PULLES » (consulté le 26 juin 2016)
  12. « Sylvie Pullès : retour sur un immense succès à l'Olympia » (consulté le 26 juin 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]