Suzette Robichon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Suzette Robichon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
(75 ans)
Bressols
Nom de naissance
Suzanne Robichon
Surnom
Suzette Robichon
Pseudonyme
Suzette Robichon
Nationalité
Activité
éditrice, essayiste, militante
Autres informations
Partis politiques
Distinction

Suzette Robichon, née Suzanne Robichon le à Bressols (France), est une éditrice, essayiste et militante féministe et lesbienne française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de lettres classiques à Montauban et Toulouse[1], Suzette Robichon déménage pour Paris au début des années 1970[2].

Parallèlement, elle rejoint le Groupe des lesbiennes de Paris et participe au premier journal lesbien publié en France, Quand les femmes s’aiment, de 1978 à 1980[1].

Elle fonde par la suite la revue Vlasta, revue des fictions et utopies amazoniennes, avec Michèle Causse et publie Le voyage sans fin de Monique Wittig. Passionnée par les écrits de la théoricienne, elle organise avec Sam Bourcier un colloque sur son œuvre à Paris en 2001[3].

La même année, elle co-écrit, avec Traude Bührman, un guide historique et culturel du Paris lesbien édité sous le titre Lesbisches Paris.

Elle est aussi cofondatrice des Lesbiennes d'intérêt général (LIG), premier fonds de dotation féministe et lesbien[4], et secrétaire du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes : Autour de l'œuvre politique, théorique et littéraire de Monique Wittig, Actes du colloque des 16-, Columbia University, Paris, Éditions gaies et lesbiennes, 2002[3],[6]
  • Lesbisches Paris, Berlin, Orlanda Frauenverlag, 2002
  • Rosa Bonheur. Ceci est mon testament..., Paris, IX Editions, 2012[7]
  • Natalie Clifford Barney, Liane de Pougy, Correspondance amoureuse, Paris, Gallimard, 2019[8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bard, Christine (1965-....). et Chaperon, Sylvie (1961-....)., Dictionnaire des féministes : France, XVIIIe – XXIe siècle, Paris, PUF, 1700 p. (ISBN 978-2-13-078720-4 et 2130787207, OCLC 972902161, lire en ligne)
  2. « ROBICHON Suzanne dite Suzette (Suzette Triton) - Maitron », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr (consulté le )
  3. a et b Jules Falquet, « Marie-Hélène Bourcier et Suzette Robichon (Éds) : Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes… Actes du colloque autour de l’œuvre de Monique Wittig des 16-17 juin 2001 », Nouvelles questions féministes,‎ (lire en ligne)
  4. « Suzanne Robichon », sur LIG (consulté le )
  5. « Equipe », sur Centre Simone de Beauvoir (consulté le )
  6. Marie-Hélène Bourcier et Suzette Robichon, Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes : autour de l'œuvre politique, théorique et littéraire de Monique Wittig : actes du colloque des 16-17 juin 2001, Columbia University, Paris, éditions gaies et lesbiennes, (ISBN 978-2-912706-17-1, lire en ligne)
  7. « Rosa Bonheur. Ceci est mon testament… – Éditions iXe » (consulté le )
  8. « Correspondance amoureuse - Blanche - Gallimard - Site Gallimard », sur www.gallimard.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]