Stegolophodon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stegolophodon
Description de cette image, également commentée ci-après

Dent fossile de Stegolophodon latidens.

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Proboscidea
Famille  Stegodontidae

Genre

 Stegolophodon
Pohlig[1], 1888

Espèces de rang inférieur

  • Stegolophodon banguoensis (Liu et al., 1974)
  • Stegolophodon cautleyi Lyd.
  • Stegolophodon maluvalensis Sarwar, 1977
  • Stegolophodon primitium
  • Stegolophodon latidens Clift, 1828
  • Stegolophodon hueiheensis Minchen Chow, 1959
  • Stegolophodon prolatidens
  • Stegolophodon pseudolatidens Yabe, 1950
  • Stegolophodon nasaiensis Tassy et al., 1992
  • Stegolophodon sahabianus Petrocchi[2], 1943
  • Stegolophodon xixiangensis Yingjun Tang et Guanfu Zong, 1987

Stegolophodon est un genre éteint de proboscidiens.

Il est rattaché à la famille des Stegodontidae par J. Shoshani et P. Tassy (2005)[3], repris par Fossilworks[4]. Il est parfois inclus dans la famille des Gomphotheriidae et, historiquement, il faisait partie de la famille des Elephantidae au sein de laquelle il constituait la sous-famille des Stegodontidae.

Description[modifier | modifier le code]

Mâchoire supérieure de Stegolophodon cautleyi au Musée d'histoire naturelle de Londres.

Stegolophodon semble dériver des gomphothères. Il est apparu durant le Miocène moyen (Langhien) et donc précède le second genre appartenant aux stégodontidés, Stegodon, qui lui n’apparaît qu'au Miocène supérieur (Tortonien) et pourrait être son descendant. Les plus anciens Stegolophodon ont été découverts dans le nord de la Thailande[5].

La plupart des espèces de Stegolophodon sont robustes, de grande taille, jusqu'à 3 mètres de haut et 5 mètres de long. Comme d'autres genres de proboscidiens, il présente des cas de nanisme insulaire comme une espèce qui a vécu au Japon durant le Miocène et dont la taille ne représentait qu'un tiers de celle des espèces équivalentes connues sur le continent asiatique[6].

Il possède quatre défenses (celles portées par la mandibule étant plus petites, voire très réduites à absentes), et une trompe. Ses dents montrent des couronnes peu élevées (brachyodontie), avec des crêtes saillantes indiquant un régime alimentaire varié d'environnement forestier[7]. Leur disparition précoce d'Afrique pourrait être liée au développement des steppes aux dépends de l’environnement forestier[7].

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Plusieurs espèces ont été décrites pour le genre Stegolophodon. Leur validité est souvent discutée, plusieurs sont souvent aussi attribuées au genre Stegodon :

  • Stegolophodon banguoensis (Liu et al., 1974)
  • Stegolophodon cautleyi Lyd.
  • Stegolophodon maluvalensis Sarwar, 1977
  • Stegolophodon primitium
  • Stegolophodon latidens Clift, 1828
  • Stegolophodon hueiheensis Minchen Chow, 1959
  • Stegolophodon prolatidens
  • Stegolophodon pseudolatidens Yabe, 1950
  • Stegolophodon nasaiensis Tassy et al., 1992
  • Stegolophodon sahabianus Petrocchi[2], 1943
  • Stegolophodon xixiangensis Yingjun Tang et Guanfu Zong, 1987

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Pohlig, 1888 : Dentition und Kraniologie des Elephas antiquus Falc. mit Beiträgen über Elephas primigenius Blum. und Elephas meridionalis Nesti. Nova Acta der Kaiserlichen Leopoldinisch-Carolischen Deutschen Akademie der Naturforscher, vol. 53, p. 1-280
  2. a et b (it) C. Petrocchi. 1943. Il giacimento fossilifero di Sahabi. Collezione Scientifica e Documentaria a Cura del Ministero dell'Africa Italiana 9:1-167
  3. (en) J. Shoshani and P. Tassy. 2005. Advances in proboscidean taxonomy & classification, anatomy & physiology, and ecology & behavior. Quaternary International 126-128:5-20
  4. http://fossilworks.org/?a=taxonInfo&taxon_no=43272
  5. (en) Olivier Chavasseau, Yaowalak Chaimanee, Chotima Yamee, Pannipa Tian, Mana Rugbumrung, Bernard Marandat, Jean-Jacques Jaeger (2009),New Proboscideans (Mammalia) from the middle Miocene of Thailand, Zoological Journal of the Linnean Society, Volume 155, Issue 3, 1 March 2009, Pages 703–721, [1]
  6. (en) Saegusa, H. 2001. Comparisons of stegodon and elephantid abundances in the Late Pleistocene of Southern China. In: G. Cavarretta, P. Gioia, M. Mussi, and M.R. Palombo (eds.), The World of Elephants. Proceedings of the First International Congress, Rome, 345–349. Consiglio Nazionale delle Ricerche, Roma
  7. a et b (en) The Stegodontidae, [2]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Référence Fossilworks Paleobiology Database : Stegolophodon Pohlig, 1888 (en)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :