Spyrídon Loúis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Spyrídon Loúis Portail athlétisme
240
Informations
Disciplines Marathon
Période d'activité 1896
Nationalité Drapeau de la Grèce Grèce
Naissance
Lieu Maroússi
Décès (à 67 ans)
Lieu Maroússi
Palmarès
Jeux olympiques 1 - -
Spyrídon Loúis lors des Jeux olympiques d'été de 1936.

Spyrídon Loúis (en grec Σπυρίδων Λούης), souvent appelé Spýros Loúis (Σπύρος Λούης), né le à Maroússi (Attique, Grèce) et décédé le à Maroússi, est un athlète grec, premier champion olympique du marathon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Champion olympique[modifier | modifier le code]

Spyrídon Loúis devient le premier champion olympique du marathon lors des Jeux olympiques d'été de 1896 en remportant l'épreuve de 38 kilomètres en 2 heures 58 minutes et 50 secondes[1]. Il devient par la suite un héros national, son nom passant en expression en grec : « courir comme un Louis ». Lors des Jeux olympiques d'été de 1936 célébrés à Berlin, il remet au chancelier Hitler un rameau d’olivier venu du bois d’Olympie.

Il obtient ensuite le monopole de l'approvisionnement en eau de la capitale depuis les sources de Maroússi[2].

Le trophée qu'il remporte en 1896 et qui est mis en vente[3], est acheté pour la somme de 544 000 € par la fondation Stávros Niárchos, le , au cours d'une vente aux enchères chez Christie's. Ce trophée en argent — une coupe sur pied finement ciselée — possession jusqu'alors du petit-fils de Spyrídon Loúis, est destiné à être exposé dans le Centre culturel de la fondation Stávros Niárchos dont l'ouverture est prévue en 2015[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Véronique Dumas 2006, p. 34-35
  2. Michael Llewellyn Smith, Olympics in Athens. 1896., p. 3.
  3. Le trophée du 1er marathon en vente, Le Figaro, 9 mars 2012.
  4. Article et photo du trophée dans le journal grec Το Βήμα (La Tribune) du 19 avril 2012.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael LLewellyn Smith, Olympics in Athens. 1896, Profile Books, Londres, 2004. (ISBN 186197342x)
  • (en) James P. Verinis, « Spiridon Loues, the Modern Foustanéla, and the Symbolic Power of Pallikariá at the 1896 Olympic Games », Journal of Modern Greek Studies, 23 :1 (May 2005), pp. 139-175.
  • Véronique Dumas, « Athènes déclare sa flamme à l'olympisme », Historia, Paris, Editions Taillandier, no 712,‎ (ISSN 0018-2281)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :