Yves Bouvier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yves Bouvier
Yves Bouvier.jpg
Yves Bouvier en 2008.
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Activités
Autres informations
Distinction

Yves Bouvier, né le à Genève (Suisse), est un homme d'affaires et marchand d'art spécialisé dans le transport et l'entreposage d'œuvres d'art et d'objets de valeur. Il est le fondateur des ports francs de Singapour et du Luxembourg[1].

Il fait l'objet de multiples poursuites judiciaires dans plusieurs juridictions en lien avec des allégations de fraude et d'évasion fiscale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Jean-Jacques Bouvier, ancien apprenti[réf. souhaitée] qui finit par devenir le propriétaire de Natural Le Coultre en 1983[2] et y développe une filiale pour le transport d'objets précieux[3].

Il est protestant, non pratiquant[3].

Ses passions principales sont le nautisme et l'équitation[4],[5].

Selon le journal Le Point, Yves Bouvier a été pendant plusieurs années le proxénète de Zahia Dehar[6]. Le journal Le Point a été définitivement condamné pour cet article par un arrêt de la Cour d'appel de Paris du qui constate par ailleurs qu'il n'a jamais été prétendu qu'Yves Bouvier aurait entretenu de telles relations avec Zahia[7]. Zahia Dehar est une ancienne prostituée rendue célèbre à la suite d’une affaire médiatique durant laquelle a été révélé qu’elle avait été rémunérée pour des actes sexuels avec des joueurs de l’équipe de France de Football alors qu’elle était mineure. La relation alléguée entre Yves Bouvier et Zahia Dehar a attiré l’attention de la presse people française, elle a cependant été niée par Yves Bouvier et Zahia Dehar[8],[9].

En , l’affaire est relancée lorsque que l’avocat de l’homme condamné pour proxénétisme dans l’affaire demande sa réouverture auprès du parquet de Paris en remettant à la justice le témoignage d’une ancienne prostituée affirmant que Zahia Dehar et elle-même étaient prostituées par Yves Bouvier[10]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Yves Bouvier abandonne l'université[11] et son père l'embauche comme stagiaire au sein de l’entreprise familiale[12]. Il travaille aux côtés de son père dès le début des années 1980 et passe plus de dix ans dans tous les départements de l'entreprise Natural Le Coultre: du camionnage au déménagement, en passant par les opérations de transfert industriel[13].

Natural Le Coultre[modifier | modifier le code]

L'entreprise, spécialisée initialement dans le déménagement et l'entreposage, est fondée en 1859 par Étienne Natural. Elle porte alors le nom de Natural Transports[2].

En 1900, elle devient Natural Le Coultre, lorsque Albert-Maurice Natural se joint à Emile-Etienne Le Coultre pour créer A. Natural, Le Coultre & Cie[14].

En 1946, Jean-Jacques Bouvier, le père d'Yves Bouvier, rejoint l'entreprise comme apprenti[réf. souhaitée].

En 1984, la famille Bouvier rachète Natural Le Coultre[2].

En 1989, Jean-Jacques Bouvier et Yves Bouvier créent la filiale Fine Art Transports Natural Le Coultre[2].

Nommé directeur adjoint en 1995, puis PDG du groupe en 1997, Yves Bouvier développe toute une gamme de services autour de l’entreposage des œuvres d’art et d’objets de valeurs dans les ports francs[3] : restauration, photographie, expertise, salle d’exposition, etc. Il finit par se détacher de toutes les autres activités de Natural Le Coultre pour se spécialiser dans le marché de l’art, et se consacre au développement international du concept de "hub artistique" qu’il a développé à Genève[15].

Afin de développer les activités du groupe sur le territoire asiatique, Yves Bouvier quitte ses fonctions exécutives en 1998.

En 2017, Natural Le Coultre est vendue à un armateur français, André Chenue SA, en raison de problèmes financiers et juridiques[16]. La même année, dans le cadre de l'enquête pour fraude fiscale présumée d'Yves Bouvier, des fonctionnaires de l'Administration fédérale des contributions (AFC) séquestrent l'un des bâtiments de Natural Le Coultre à Genève, d'une valeur de 4,5 millions de francs suisses[17].

Ports francs[modifier | modifier le code]

Dès 2005, Yves Bouvier entreprend d'exporter son modèle commercial à l'étranger[18]. Qualifiés de « trous noirs » par l’eurodéputée Evelyn Regner du fait de leur absence de traçabilité, les ports francs regroupent des services spécialisés destinés aux collectionneurs, aux musées et aux entreprises[19].

Yves Bouvier est connu comme le " roi des ports francs "[20],[21]. Il est le principal promoteur de ce concept dans le monde entier. En partant d’une participation minoritaire dans le port franc de Genève, il exporte le concept à Singapour et au Luxembourg[22]. Il se consacre au développement de ce modèle à Pékin, avec l'ouverture prochaine d'une structure de 120 000 m2 (et 700 000 m2 à terme)[23], le « Beijing Freeport of Culture ». Il travaille sur la mise en œuvre d'un projet similaire avec la ville de Shanghai[24].

En 2018, une étude réalisée par le Service de recherche du Parlement européen, décrit leur grande sécurité et leur discrétion comme un favorisant un risque d'évasion fiscale et de blanchiment d’argent[25],[26]. En , le Parlement européen adopte à une large majorité une résolution sur le renforcement des mécanismes de lutte contre le blanchiment d'argent qui prévoit la suppression progressive de tous les ports francs de l’UE[27]. En , la Commission européenne ajoute les ports francs à la liste des secteurs qui comportent un risque accru de blanchiment d’argent[28]. Les ports francs de Genève et du Luxembourg ont tous deux cités dans le rapport final[29].

En 2016, l’UNESCO présente dans un rapport le risque élevé que les ports francs soient utilisés par des marchands d'art pour récupérer des œuvres d'art issues de vols, pillages ou fouilles illicites pour les revendre, même de nombreuses années après[30].

Port franc de Singapour[modifier | modifier le code]

Yves Bouvier choisit Singapour pour y créer un nouveau port franc consacré à l'art. L'immeuble futuriste hyper sécurisé disposant d'un espace de 30 000 m2 est inauguré en 2010[15]. Le « Freeport Singapore » est situé en zone franche et au pied des pistes de l’aéroport de Changi[15].

En 2016, le Groupe d’action financière qui lutte contre le blanchiment d’argent affirme, dans un rapport sur les mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, que le port franc de Singapour présente un risque « moyen à élevé » de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme. Le rapport souligne que « les autorités compétentes [...] n'ont pas démontré une compréhension globale des activités menées dans le port franc de Singapour »[31].

Le port franc de Singapour accueille principalement des œuvres d'art, mais aussi des métaux précieux, des voitures de collection, du vin, et des bijoux[32]. Ses premiers clients comptaient JPMorgan, UBS ou encore la Deutche Bank qui, à un moment donné, y avaient conservé des métaux rares[33],[34].

Le port franc est en vente depuis 2017. Fin 2018, il cumulait 18,4 millions de dollars de pertes selon les documents déposés auprès de l’Accounting and Corporate Regulatory Authority de Singapour[35].

En , Yves Bouvier explique dans une interview que « l’idée du port franc de Singapour s’est révélée être un grand succès »[36].

Port franc de Genève[modifier | modifier le code]

La société Natural Le Coultre d'Yves Bouvier était actionnaire minoritaire (5,9%) du port franc de Genève[37]. Le port franc de Genève détiendrait pour 100 milliards de francs suisses d'œuvres d'art[38].

Le port franc aurait été lié à un trafic d’antiquités pillées en Syrie[39] et est considéré par l’Union européenne comme à risque pour des opérations de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale[40].

En 2016, une opération de police est menée dans le port franc de Genève et aboutit à la découverte de nombreuses antiquités volées[41]. Emballés dans 45 caisses, les enquêteurs découvrent 17 000 objets grecs, romains et étrusques.

Yves Bouvier vend sa participation en 2017 après que le gouvernement suisse ait fait voter des lois incitant à une surveillance accrue[42].

Port franc de Luxembourg[modifier | modifier le code]

Souhaitant reproduire le modèle du "Freeport Singapore" au sein de la zone euro[43], Yves Bouvier entreprend la même démarche au Luxembourg avec l’ouverture en 2014 du "Freeport Luxembourg", un entrepôt ultrasécurisé de 22 000 m2 sur 4 étages, et jouxtant l’aéroport de Luxembourg-Findel. Dès son ouverture, 75 % des espaces sont déjà loués[44].

En , le port franc au Luxembourg ouvre. Cette décision est vue comme un effort visant à attirer des investisseurs plus fortunés vers le Luxembourg[45]. La construction du port franc a été validée par le Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker[46].

En 2018, le port franc de Luxembourg est soumis à l'examen d’une commission du Parlement européen, centrée sur les crimes financiers et la fraude fiscale. L'eurodéputé allemand Wolf Klinz, membre de la commission, demande à la Commission européenne de combler les lacunes qui permettraient de potentiels crimes financiers dans cette zone[47].

Autres activités professionnelles[modifier | modifier le code]

Yves Bouvier a fondé en 2004, la société Art Culture Studio, destinée à l'organisation d'évènements culturels. Il a notamment été l'initiateur et le Président de la Moscow World Fine Art Fair[48] et de la Salzburg World Fine Art Fair[49]. Les activités à but non lucratif font partie intégrante du fonctionnement d'Art Culture Studio, qui en 2012 participe à la rénovation du mobilier XVIIIe pour le boudoir de l'impératrice Joséphine de Fontainebleau[13]. Art Culture Studio soutient la fondation Renaissance de la propriété russe à la campagne, organisation publique non lucrative qui vient en aide à des programmes de recherche liés à la restauration de complexes historiques et culturels ruraux[50].

Yves Bouvier a également été, en 2008, l'un des initiateurs du projet de création de la Pinacothèque de Paris à Singapour, géré par Marc Restellini[51]. Selon son site internet, l’organisation est « le premier musée transversal parisien, où dialoguent mille ans d’histoire de l’art à travers une centaine d’œuvres majeures »[52]. L’inauguration a eu lieu en 2015. En 2016 le musée doit fermer pour cause de « trou financier » et de « malfaçons » essentiellement liés à l’architecture[53].

Yves Bouvier est l'un des principaux instigateurs du projet de construction du "pôle R4", la micro-ville artistique de l'île Seguin[54]. Ce pôle artistique, porté et financé par Yves Bouvier, dessiné par l'architecte français Jean Nouvel, était prévu pour 2017[55],[56].

À l'automne 2016, Yves Bouvier vend le projet R4[57] au groupe immobilier Emerige-AOG[58].

Yves Bouvier était également propriétaire d'un promoteur immobilier suisse, CA Consulting. CA Consulting était en effet détenue par Euroasia Investment, appartenant à Yves Bouvier[59]. Bouvier et son associé Aouad sont poursuivis pour fraude par des sous-traitants[59].

Affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

L'affaire Bouvier[modifier | modifier le code]

En 2015 le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev accuse Yves Bouvier d’une fraude d’une valeur de près d’un milliard de dollars via la vente d’œuvres d’art à des prix surcotés alors qu’il était employé comme conseiller et était rétribué par une commission de 2% sur la valeur de chaque achat[60]. Le différend qui porte sur 38 œuvres d'art a donné lieu à des litiges civils et pénaux à Singapour, en Suisse, en France, à Monaco, en Chine et aux États-Unis.  Yves Bouvier affirme qu'il avait le droit de majorer les prix en tant que vendeur indépendant[61].

Il rencontre l'oligarque russe Dmitry Rybolovlev pour la première fois durant l'été 2003, alors que ce dernier vient le voir avec sa femme pour prendre la livraison d'une toile de Marc Chagall, Le Cirque. Tania Rappo, une amie de la famille Rybolovlev, a organisé l'achat de la toile Chagall pour six millions de dollars[62]. Lorsque le tableau est arrivé dans les locaux de Natural Le Coultre, situés au port franc de Genève, Tania Rappo est allée voir Yves Bouvier avec le couple Rybolovlev. La toile n'avait alors pas de certificat d'authenticité. Rybolovlev craignant avoir été arnaqué, Bouvier obtient un certificat quelques jours plus tard. Il a demandé à Tania Rappo d'organiser une rencontre avec les Rybolovlev chez eux à Cologny. Il a promis à Tania Rappo une commission pour chaque œuvre vendue à Rybolovlev, pour lui avoir présenté le milliardaire[63].

Il lui procure par la suite plusieurs œuvres d'art, de Vincent Van Gogh, Pablo Picasso ou encore Amedeo Modigliani[3].

Selon le New York Times, l'oligarque a été mis au courant de la fraude présumée par Sandy Heller, un conseiller artistique qui avait vendu une toile de Modigliani pour 93,5 millions de dollars à Yves Bouvier. Ce dernier a ensuite revendu le tableau à Rybolovlev pour 118 millions de dollars. Ces informations incitent Rybolovlev à réexaminer ses autres affaires conseillées par Yves Bouvier, puis à poursuivre en justice le marchand d'art en justice[64].

Le , à la suite d'une plainte déposée par Dmitry Rybolovlev, Yves Bouvier est arrêté et mis en garde à vue à Monaco pendant 96 heures, après avoir été attiré dans la principauté par le plaignant[65]. Yves Bouvier a été libéré après avoir payé une caution de 5 millions d’euros[66]. Il est accusé d'escroquerie à la suite de marges trop importantes sur la vente de tableaux comme par exemple sur le Salvator Mundi de Léonard de Vinci avec une marge de 50 millions d'euros[67]. Yves Bouvier nie fermement cette accusation et se dit surpris d'une telle manœuvre intervenant après plus de 12 ans d'amitié avec Rybolovlev[68].

Les documents ayant justifié l'arrestation d'Yves Bouvier en date du ont été produits par deux cadres de la filiale monégasque de la Banque HSBC[62]. Les documents en question se sont avérés être des faux, de l'aveu de la banque[69].

De plus, l'avocate de Dmitry Rybolovlev, Tetiana Bersheda, a effectué un enregistrement d'une conversation privée intervenue au domicile de l'oligarque quelques jours avant l'arrestation d'Yves Bouvier. Une plainte est actuellement en cours à l'encontre de Dmitry Rybolovlev et de Tetiana Bersheda. À la suite de la plainte déposée par Tania Rappo, victime de l'enregistrement illicite, Dmitry Rybolovlev et Tetiana Bersheda ont été placés en garde à vue le . Le , Tetiana Bersheda a été inculpée du chef de violation de la vie privée par le juge d'instruction monégasque[70]. Bersheda soutient que l'enregistrement concernait une conversation professionnelle et était donc autorisé par la loi monégasque[71]. Le , la Haute Cour de Singapour a ordonné le gel global des avoirs d'Yves Bouvier.

Le , la Haute Cour de Singapour qui avait, à la suite de la requête de Rybolovlev, ordonné le gel des avoirs d'Yves Bouvier au niveau mondial, a décidé d'alléger cette mesure, au motif que la démarche initiée par Dmitry Rybolovlev constituait un abus de procédure[72]. Sur le fond, la Haute Cour a ordonné à Rybolovlev le dépôt d'une garantie bancaire de quelque 100 millions de dollars pour garantir le montant des dommages subis par Yves Bouvier et ses sociétés. Ce montant comprend 20 millions de dollars en espèces et le dépôt du tableau de Rothko no 6 (Violet Green and Red)[73],[74]. Le , la Cour d’appel de Hong Kong ordonne également de mettre un terme au gel des avoirs d’Yves Bouvier[75].

En , la Haute Cour de Singapour rejette la tentative d'Yves Bouvier de suspendre l'action civile intentée contre lui par deux sociétés liées au trust familial Rybolovlev, mais l'affaire est transférée au tribunal de commerce international de Singapour, qui traite spécifiquement des litiges commerciaux transfrontaliers[76]. En , afin d'obtenir une audience plus favorable, les avocats d'Yves Bouvier ont fait appel contre la décision de la Haute Cour. Bouvier souhaite que l'affaire soit entendue en Suisse[77]. Le , la Cour d'appel de Singapour a annulé la décision de la Haute Cour, décidant que l'affaire devait être entendue en Suisse et ordonnant que l'action à Singapour soit suspendue[78].

Les affaires qui opposent Yves Bouvier, Dmitry Rybolovlev et Tetiana Bersheda sont actuellement en cours d'instruction[79].

Yves Bouvier a mobilisé une équipe prestigieuse pour assurer sa défense. Dmitry Rybolovlev s'est quant à lui entouré des avocats genevois Tetiana Bersheda et Pierre de Preux[80]. En , Bouvier entre dans une nouvelle phase de sa campagne pour se faire connaître en engageant le groupe mondial de relations publiques CNC Communications & Network Consulting, du géant français Publicis Groupe[81]. Il s'est également offert le soutien de Philippe Narmino, le ministre de la justice convié à un dîner privé chez Rybolovlev une semaine avant l'arrestation de Bouvier, de Jean-Pierre Dreno, Procureur général de Monaco, et de Paul Masseron, l'ancien ministre de l'intérieur promu conseiller de l'AS Monaco[82],[83].

En , un procureur fédéral de Genève, Yves Bertossa, a ouvert une enquête pénale concernant Yves Bouvier et l’a accusé de fraude au détriment de Dmitri Rybolovlev[84],[85].

En , Dmitri Rybolovlev entame des poursuites contre la maison de vente Sotheby’s pour son rôle supposé dans une fraude estimée à 380 millions de dollars, car de nombreuses œuvres vendues à Rybolovlev l’ont été via cette maison de vente. Selon les documents de la Cour, Sotheby’s a " matériellement contribué à la plus grande fraude artistique de l'histoire ” en fournissant à Yves Bouvier des éléments “destinés à inciter [Rybolovlev] à payer des prix gonflés et frauduleux ” et à ensuite fourni un “ vernis de légitimité et d’expertis e” en fournissant “ sur demande des évaluations gonflées ”[86].  

Les courriels récemment révélés entre le vice-président de Sotheby’s chargé des ventes privées, Samuel Valette, et Yves Bouvier dévoilent le procédé auquel ils ont eu recours : à la demande d’Yves Bouvier, Valette envoyait une évaluation approuvée par Sotheby's qui devait être transférée à Rybolovlev. Yves Bouvier a par la suite acheté des peintures - via Sotheby's - pour des montants inférieurs à ceux indiqués dans l'évaluation, avant de les revendre à Rybolovlev, la plupart du temps à des prix plus élevés que ceux indiqués dans l’évaluation de l’œuvre par la maison de vente. L'historique des transactions que Sotheby's a fourni pour certaines œuvres omet les ventes à Bouvier, bien que Valette ait personnellement été l'intermédiaire de plusieurs de ces ventes[87].

Yves Bouvier a nié toutes les accusations, arguant qu'il agissait en tant que marchand d'art indépendant[88], ce qui le rend libre de fixer ses propres prix. Sotheby's a également nié tout acte répréhensible[89].

Les médias français ont supposé que, dans cette affaire, Rybolovlev aurait pu obtenir de l'aide des autorités monégasques[90]. Toutefois, ces informations n'ont pas encore été confirmées. En , Rybolovlev est mis en examen pour « corruption » et « trafic d’influence » à Monaco[91].

Affaire dans l’affaire : le , Yves Bouvier est mis en examen pour recel de vol de deux Picassos à Paris. Les deux Picassos vendus appartenaient à Catherine Hutin-Blay, qui déclare avoir été volée[92],[93].Dans un autre procès tenu au Liechsteinstein, la défense d'Yves Bouvier a cependant démontré que Catherine Hutin-Blay a bien encaissé le montant de 8 millions d'euros par l'intermédiaire d'un trust établi au Liechtenstein (Nobilo Trust Reg. Shaan), et le ministère public du Liechtenstein a classé la procédure le [94].

Cette ligne de défense a toutefois été contestée dès le départ par Catherine Hutin-Blay car le versement de 8 millions de dollars concerne en réalité une vente portant sur d’autres œuvres, effectuée par un courtier en art fin 2010, et sans aucun lien avec les œuvres visées dans sa plainte pénale. Ainsi, Catherine Hutin-Blay a fait valoir que « Monsieur Bouvier n’a rapporté ni la preuve du paiement ni la preuve de l’acquisition et de la provenance des œuvres qui font l’objet de la plainte »[95]. La procédure est à ce jour en cours.

En , les autorités américaines lancent également une enquête à la suite des allégations du milliardaire russe[96].

Autres litiges[modifier | modifier le code]

En 2012, Yves Bouvier a été lié à une affaire judiciaire impliquant une collectionneuse canadienne, Lorette Shefner. La famille de cette dernière affirme qu'elle a été victime d'une fraude complexe afin de la persuader de vendre un tableau de Soutine à un prix bien inférieur à sa valeur marchande, pour ensuite le vendre à la National Gallery of Art à Washington à un prix beaucoup plus élevé[97].

Le , la filiale Integrated Fine Arts Solutions (IFAS) de Bouvier à Pékin a été accusée de contrebande d'œuvres d'art et de déclarer des prix beaucoup plus bas à la douane pour les œuvres d'art lors de leur importation dans le pays. Un citoyen allemand, Nils Jennrich, employé du bureau de l'IFAS à Pékin, a passé 127 jours en prison en Chine sans être officiellement inculpé[98]. Afin d'éviter d'être impliqué dans ce contentieux, Yves Bouvier, par l'entremise de son avocat, a contesté l'affiliation avec l'entreprise[99]. Nils Jennrich a été libéré et renvoyé en Allemagne en 2013, l'affaire a été classée et les accusations ont été abandonnées[100].

En 2018, l'homme d'affaires russe Vladimir Scherbakov a intenté une action en justice contre l'associé d'Yves Bouvier[101], Thierry Hobaica, qui, selon la presse, avait engagé Bouvier pour traiter avec Scherbakov. Ce dernier l'a accusé de l'avoir surfacturé lors de l'achat de 40 œuvres d'art[102], qui ont été acquises par des sociétés offshore appartenant à Bouvier[103].

Suspicion d’évasion fiscale[modifier | modifier le code]

En , le ministre des Finances et ancien président de la Suisse, Ueli Maurer, a autorisé une enquête spéciale sur Yves Bouvier, soupçonné d'avoir échappé à l'impôt pour un montant de 165 millions de francs suisses. Les impôts prétendument impayés proviennent de la vente d'un certain nombre d'œuvres d'art d'une valeur de plus de 2 milliards de dollars par l'intermédiaire de ses sociétés offshore[104].

En , dans le cadre d'une enquête sur cette affaire, le domicile et les bureaux de Bouvier à Genève ont été perquisitionnés et des documents ont été saisis. Toutefois, à la demande d'Yves Bouvier, le tribunal a refusé l'accès à ces documents à l'Administration fédérale des contributions au motif qu'ils contenaient des informations relatives au secret professionnel. En , l'administration fiscale suisse a obtenu l'annulation de cette décision[105].

Le 3 Août 2020, les autorités fiscales suisses ont évalué leurs accusations contre Yves Bouvier, après plus de trois ans d'enquête, où le montant évalué était énorme. De 2007 à 2015, Bouvier a vendu près de 2 milliards de francs d'œuvres majeures à travers deux sociétés offshore, MEI invest et Blancaflor Investments. Ces deux sociétés étaient enregistrées dans des paradis fiscaux, et il a été déclaré fiscal en Suisse[106].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Simon Bradley, « Ports francs, les coffres-forts des supers riches », sur Swissinfo.ch,
  2. a b c et d « Natural Le Coultre, le transport au sommet de son art depuis 150 ans »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Worldtempus.com, (consulté le 20 mars 2016)
  3. a b c et d Hervé Gattegno, « Le piège de l'oligarque », Vanity Fair n°27, septembre 2015, pages 128-135 et 204-206.
  4. Le 15 septembre 2015 à 07h00, « Le marchand d'art, le milliardaire et les Picasso volés », sur leparisien.fr, (consulté le 23 janvier 2020)
  5. www cavalier-romand ch, Le Cavalier Romand, « Living the Dream rejoint Pius Schwizer, en échange d’Antello Z et de Cas II | Le Cavalier Romand », sur www.cavalier-romand.ch (consulté le 23 janvier 2020)
  6. Mélanie Delattre, Christophe Labbé, « Exclusif. Zahia accusée de faux témoignage dans l'affaire des », sur Le Point, (consulté le 8 janvier 2020)
  7. Arrêt de la Cour d'appel de Paris, Pôle 2, Chambre 7, N° RG 16/23323
  8. « PressReader.com - Journaux du Monde Entier », sur www.pressreader.com (consulté le 8 janvier 2020)
  9. Paris Match, « Zahia : sa nouvelle vie sur grand écran », sur parismatch.com (consulté le 8 janvier 2020)
  10. Par Jean-Michel Décugis et Victor Fortunato avec R. T. Le 24 février 2020 à 10h30 et Modifié Le 24 Février 2020 À 16h44, « Affaire Zahia : une ex-escort-girl met en cause un célèbre marchand d’art », sur leparisien.fr, (consulté le 20 mai 2020)
  11. (en) « The Bouvier Affair », The NewYorker,‎ (lire en ligne)
  12. « Publiart - Natural Le Coultre, le transport au sommet de son art depuis 150 ans - - WorldTempus », sur fr.worldtempus.com (consulté le 15 novembre 2019)
  13. a et b Google Books.
  14. « Publiart - Natural Le Coultre, le transport au sommet de son art depuis 150 ans - - WorldTempus », sur fr.worldtempus.com (consulté le 13 novembre 2019)
  15. a b et c Catherine Nivez, « Ce visionnaire qui a parié sur l’Asie », sur Bilan.ch,
  16. (en-US) Graham Bowley, « Yves Bouvier Sells His Geneva-based Art Storage Company », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 10 janvier 2020)
  17. « Le fisc fédéral enquête sur Yves Bouvier », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  18. « Yves Bouvier: une ascension fulgurante dans le monde de l’art », sur Le Temps,
  19. (en) Kenneth Rapoza, « EU Spotlights New Ways To Bribe And Launder Money », sur Forbes (consulté le 9 décembre 2019)
  20. (en-GB) Alec Luhn, « Russian billionaire sues Sotheby's and Swiss dealer over paintings bought for $2bn », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020)
  21. « Accusé d’escroquerie, le "roi des ports francs" Yves Bouvier riposte », sur rts.ch, (consulté le 13 janvier 2020)
  22. « Les ports francs, vers plus de transparence ? », sur Le Quotidien de l'Art (consulté le 13 janvier 2020)
  23. Alexis Favre, « Ports francs : un modèle genevois à la conquête du monde », sur Letemps.ch,
  24. (en) « Amid Yves Bouvier Scandal, Shanghai's Le Freeport West Bund Is Slated To Open in 2017 », sur Artnet.com,
  25. (en) « Money laundering and tax evasion risks in free ports - Think Tank », sur www.europarl.europa.eu (consulté le 23 janvier 2020)
  26. (en-GB) Jennifer Rankin, « Free ports favoured by Boris Johnson are money-laundering threat - EU », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 23 janvier 2020)
  27. (en) « Texts adopted - Report on financial crimes, tax evasion and tax avoidance - Tuesday, 26 March 2019 », sur www.europarl.europa.eu (consulté le 23 janvier 2020)
  28. (en) « EU urges reforms against multi-billion-euro flow of dirty money », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 23 janvier 2020)
  29. (en) Kenneth Rapoza, « EU Spotlights New Ways To Bribe And Launder Money », sur Forbes (consulté le 23 janvier 2020)
  30. http://www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/CLT/pdf/Free_ports.pdf
  31. https://www.fatf-gafi.org/media/fatf/documents/reports/mer4/MER-Singapore-2016.pdf
  32. « Ports francs: un modèle genevois à la conquête du monde », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  33. (en) « A Giant, Secret Vault Where Rich People Store Their Stuff Tax-Free », sur Npr.org,
  34. « Bloomberg - Are you a robot? », sur www.bloomberg.com (consulté le 13 janvier 2020)
  35. (en) hermes, « Asia’s ‘Fort Knox’, Le Freeport in Singapore, said to be up for sale », sur The Straits Times, (consulté le 13 janvier 2020)
  36. (en) « Asia’s ‘Fort Knox’ Said to Be Up For Sale As Owner Fights Tycoon », Bloomberg,‎ (lire en ligne)
  37. « Ports francs de Genève, un gigantesque garde-meubles du marché de l'art », sur LExpress.fr, (consulté le 13 janvier 2020)
  38. « Les ports francs de Genève abritent pour plus de 100 milliards de biens », sur rts.ch, (consulté le 13 janvier 2020)
  39. (en) « Treasures 'hidden' in free ports at risk of funding terror », sur inews.co.uk (consulté le 13 janvier 2020)
  40. « European Parliament puts 'urgent' phasing out of freeports top of agenda », sur www.theartnewspaper.com (consulté le 13 janvier 2020)
  41. (en-US) « Trove of Antiquities Found in Geneva Freeport », sur artnet News, (consulté le 13 janvier 2020)
  42. (en) Kenneth Rapoza, « EU Spotlights New Ways To Bribe And Launder Money », sur Forbes (consulté le 13 janvier 2020)
  43. Pierre-Alexandre Sailler, « Yves Bouvier réduit son implication à Luxembourg », sur Tdg.ch,
  44. Alexandre Crochet, « Le Luxembourg inaugure un nouveau port franc », sur Lequotidiendelart.com,
  45. (en) « Luxembourg opens art freeport to lure super-rich », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 10 janvier 2020)
  46. Mélanie Delattre, « Jean-Claude Juncker éclaboussé par les eaux troubles des ports francs », sur Le Point, (consulté le 10 janvier 2020)
  47. « European Commission president Jean-Claude Juncker must close tax loopholes at Luxembourg freeport, MEP says », sur www.theartnewspaper.com (consulté le 10 janvier 2020)
  48. (en) « Russian Contemporary Art to be featured at the Moscow World Fine Art Fair », sur Artdaily.com
  49. (en) « Salzburg World Fine Art Fair To Open July 27 », sur Artdaily.com
  50. « Art par Action », sur Artculturestudio.com
  51. Florence de Changy, « Singapour a désormais sa Pinacothèque de Paris », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  52. « Singapour », sur Pinacotheque.com
  53. « La Pinacothèque de Paris ferme sa filiale à Singapour », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  54. « https://www.lesechos.fr/03/09/2014/LesEchos/21763-090-ECH_le-pole-art-de-l-ile-seguin-obtient-le-feu-vert.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Lesechos.fr
  55. Martine Robert, « L’affaire Bouvier menace l’île Seguin »
  56. Bertrand Gréco, « Un "aimant à artistes" sur l’île » [archive du ], sur Lejdd.fr,
  57. http://www.sauvonslileseguin.com/ile-seguin-la-cite-musicale-couronnee-le-pole-r4-menace/
  58. « Yves Bouvier abandonne le projet parisien R4 », sur 24heures.ch/ (consulté le 20 septembre 2016)
  59. a et b « Yves Bouvier pris dans une faillite immobilière », sur Bilan (consulté le 22 janvier 2020)
  60. (en) David Sanderson Arts Correspondent, « ‘Art fraudster’ was helped by Sotheby’s, says Russian mogul », The Times,‎ (ISSN 0140-0460, lire en ligne, consulté le 14 janvier 2020)
  61. (en) Kenneth Rapoza, « Billionaire Dmitry Rybolovlev's Lawsuit With Art Dealer Yves Bouvier Puts Sotheby’s In Crosshairs », sur Forbes (consulté le 14 janvier 2020)
  62. a et b Paris Match, « Scandale à Monaco : l'enquête de Paris Match », sur parismatch.com (consulté le 15 janvier 2020)
  63. (en) « The Bouvier Affair How an art-world insider made a fortune by being discreet. », The New Yorker,‎ (lire en ligne)
  64. (en-US) Robert Frank, « A Multimillion-Dollar Markup on a Modigliani », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 15 janvier 2020)
  65. « Dmitri Rybolovlev, l’oligarque au masque de glace », sur Letemps.ch,
  66. « Picasso : l’oligarque, l’héritière et le marchand d’art », sur Libération.fr, (consulté le 15 janvier 2020)
  67. Sylvain Besson, « Affaire Bouvier contre Rybolovlev: tout comprendre si vous avez raté le début », sur Letemps.ch,
  68. « Un marchand d'art inculpé pour escroquerie à l'encontre du président de l'AS Monaco », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  69. Jean-Michel Verne, « Contre-attaque d'une proche d'Yves Bouvier face au milliardaire Rybolovlev », sur Tdg.ch,
  70. Ian Hamel, « L'avocate du président de l'AS Monaco mise en examen », sur Lepoint.fr,
  71. Alexis Favre, « Comment le piège monégasque s’est refermé sur Yves Bouvier », sur Letemps.ch,
  72. (en) Selina Lum, « Fraud case: Art dealer's assets unfrozen by court », sur Straitstimes.com,
  73. Alexis Favre, « Premier ballon d’oxygène pour Yves Bouvier, face à Dmitri Rybolovlev », sur Letemps.ch,
  74. Pierre-Alexandre Sallier, « Singapour assouplit le gel des actifs d’Yves Bouvier », sur Tdg.ch,
  75. Pierre-Alexandre Sallier, « Après Singapour, Hongkong lève les séquestres sur les biens d’Yves Bouvier », sur Tdg.ch,
  76. (en) hermes, « Singapore court to hear $1.4b art suit », sur The Straits Times, (consulté le 17 janvier 2020)
  77. « Bloomberg - Are you a robot? », sur www.bloomberg.com (consulté le 17 janvier 2020)
  78. (en) hermes, « Apex court says no to art dispute being heard here », sur The Straits Times, (consulté le 17 janvier 2020)
  79. Paperjam.
  80. Jean-Michel Verne, « Le milliardaire Rybolovlev sous enquête à Monaco », sur Tdg.ch,
  81. « Dealer in 'Bouvier Affair' Gets PR Help - Thu., Apr. 28, 2016 », sur www.odwyerpr.com (consulté le 17 janvier 2020)
  82. Renaud Lecadre, « A Monaco, Albert rêve de coup de balai russe », sur Liberation.fr,
  83. Renaud Lecadre, « Affaire Rybolovlev-Bouvier à Monaco : la principauté accusée », sur Liberation.fr,
  84. « Bloomberg - Are you a robot? », sur www.bloomberg.com (consulté le 17 janvier 2020)
  85. « Yves Bouvier faces fresh charges in Switzerland », sur www.theartnewspaper.com (consulté le 17 janvier 2020)
  86. (en) « Russian tycoon sues Sotheby's for $380 million over art deals », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 17 janvier 2020)
  87. (en) Kenneth Rapoza, « Billionaire Dmitry Rybolovlev's Lawsuit With Art Dealer Yves Bouvier Puts Sotheby’s In Crosshairs », sur Forbes (consulté le 17 janvier 2020)
  88. (en) Nate Freeman, « Sotheby’s to Face $380-Million Lawsuit from Russian Billionaire in Alleged Overcharging Scheme », sur Artsy, (consulté le 17 janvier 2020)
  89. (en) « Sotheby's must face Russian billionaire's lawsuit over art fraud - U.S. judge », sur euronews, (consulté le 17 janvier 2020)
  90. Agathe Duparc, « Le milliardaire russe Rybolovlev compte de puissants relais monégasques », sur Mediapart (consulté le 17 janvier 2020)
  91. « « Monacogate » : Rybolovlev n’a pas l’intention de vendre le club, selon son porte-parole », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 17 janvier 2020)
  92. Harry Bellet, « L’homme d’affaires Yves Bouvier mis en examen pour recel de deux Picasso volés », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  93. Pierre-Alexandre Sallier, David Haeberli, « Yves Bouvier: «Il a détruit ma réputation, je détruirai sa fortune» », sur 24heures.ch,
  94. Ian Hamel, « Des Picasso volés et une société sans propriétaire au Liechtenstein », sur Lepoint.fr,
  95. « Droit de réponse de Catherine Hutin-Blay », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 6 août 2020).
  96. (en) Keri Geiger, Hugo Miller, « The Da Vinci Markup? Europe's Art Scandal Comes to America », sur Bloomberg.com (consulté le 20 mars 2016)
  97. « Bouvier Shenanigans, Chapter Two: Steve Cohen », sur www.artsjournal.com (consulté le 21 janvier 2020)
  98. (en-GB) Deutsche Welle (www.dw.com), « German citizen at the mercy of Chinese justice | DW | 11.07.2012 », sur DW.COM (consulté le 21 janvier 2020)
  99. (en-US) Andrew Jacobs et Clare Pennington, « Two Arrests in China Unnerve Art World », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 21 janvier 2020)
  100. (de) « Justizdrama in China: „Wann hört der Wahnsinn auf?“ », sur www.handelsblatt.com (consulté le 21 janvier 2020)
  101. (en-US) « Another Russian Billionaire Is Suing His Swiss Art Dealer for Allegedly Inflating Prices and Pocketing the Extra », sur artnet News, (consulté le 22 janvier 2020)
  102. (en-US) admin, « Russian car czar Vladimir Scherbakov is the collector who has accused a Swiss dealer of overcharging him, sources say », sur californiatoday, (consulté le 22 janvier 2020)
  103. « Escroqueries à l’oeuvre d’art : l’affaire Bouvier rebondit », sur Les Echos, (consulté le 22 janvier 2020)
  104. (en-US) « Swiss Authorities Investigate 'Freeport King' Yves Bouvier for More Than $100 Million in Back Taxes », sur artnet News, (consulté le 21 janvier 2020)
  105. Sébastien Ruche, « Bataille autour des scellés dans l’affaire Bouvier-Rybolovlev », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 21 janvier 2020)
  106. « Le fisc suisse accuse Yves Bouvier d’avoir dissimulé 330 millions », sur La Tribune de Genève (consulté le 3 août 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

http://www.lefreeport.com/