Solarium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lit de bronzage.

Un solarium est un établissement ou un lieu aménagé pour permettre de s'exposer à la lumière solaire ou à des rayons ultraviolets, le plus souvent afin de bronzer de façon accélérée. Certains établissements médicaux ont parfois recours à ce type d'équipement dans le cadre du traitement par photochimiothérapie d'affections comme le psoriasis.

Les lits de bronzage utilisés dans les établissements commerciaux émettent habituellement 95 % d'UVA et 5 % d'UVB, à +/-3 % près[1].

On emploie aussi le terme solarium pour parler d'une serre habitable.

Mise en cause des cabines UV[modifier | modifier le code]

Cabine de bronzage.

Le Centre international de recherche sur le cancer a classé les cabines de bronzage dans la liste des cancérigènes certains (groupe 1).

Les cabines de bronzage UV seraient responsables de 800 morts par an en Europe par mélanome[2],[3].

L'exposition chronique aux UV A émis par les lampes à bronzer de ces cabines entraîne également d'autres cancers de la peau, les carcinomes baso et spinocellulaires. Elle peut aussi induire des kératoses actiniques susceptibles de se transformer en cancers[4].

En 2005, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) encourage les pays à formuler et à renforcer les lois de manière à mieux contrôler l’utilisation des lits de bronzage, en interdisant, par exemple toute utilisation de lits de bronzage sans supervision. La recommandation de l’OMS relative à l’utilisation des lits de bronzage entre dans le cadre de ses efforts généraux visant à protéger la santé des gens qui pourraient être surexposés au rayonnement UV. L’OMS, de concert avec ses partenaires, la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants, le Programme des Nations unies pour l’environnement et l’Organisation météorologique mondiale, a élaboré l’indice universel de rayonnement UV solaire, désormais utilisé dans de nombreux pays dont l’Allemagne, l’Argentine, l’Australie, l’Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, Israël, le Mexique, la Norvège, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Suède et la Suisse et qui a été récemment adopté pour l’usage général aux États-Unis d’Amérique et au Canada[5].

En France, l'Académie nationale de médecine réclame l'interdiction complète des cabines à UV au mois de mai 2012. La commission sénatoriale rejoint cet avis en juillet 2012 et recommande l'interdiction des cabines de bronzage « hors usage médical ». Il est en outre interdit aux professionnels du bronzage de revendiquer comme argument marketing tout bénéfice sanitaire de leurs appareils[6],[7].

Le premier pays a interdire les cabines à UV est le Brésil, en 2009. En 2015, plusieurs États australiens interdisent à leur tour ces cabines, mettant en avant leur nombre de cancer de la peau le plus élevé du monde[7]. Le Sénat français a voté en faveur d'une interdiction des cabines de bronzage en septembre 2015[8], mais cette décision a été annulée par l'Assemblée nationale, à la demande du gouvernement.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lits de bronzage » (consulté le 13 mars 2016)
  2. Cancer de la peau : les cabines UV responsables de 800 morts par an
  3. (en) M. Boniol, P. Autier, P. Boyle, S. Gandini, « Cutaneous melanoma attributable to sunbed use: systematic review and meta-analysis », British Medical Journal, no 345,‎ , e4757 (ISSN 1756-1833, DOI 10.1136/bmj.e4757, lire en ligne)
  4. Encyclopédie familiale de la santé, Québec Amerique,‎ , p. 88
  5. « L’OMS déconseille l’utilisation des lits de bronzage pour les moins de 18 ans », sur http://www.who.int, OMS,‎ .
  6. Bronzage : le Sénat se fâche tout rouge
  7. a et b Élodie Bousquet, « Les salons de bronzage interdits en Australie », lexpress.fr, 29 décembre 2014.
  8. « Bronzage: le Sénat décide d'interdire les cabines à UV », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 16 septembre 2015).