Simon Sutour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Simon Sutour
Simon Sutour au Sénat, en 2013.
Simon Sutour au Sénat, en 2013.
Fonctions
Sénateur du Gard
En fonction depuis le
Biographie
Nom de naissance Simon Robert Sutour
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Sète (Hérault)
Nationalité Française
Parti politique PSU (à partir de 1969)
PS
Diplômé de INET
Profession Administrateur territorial
Résidence Nîmes (Gard)

Signature
Sénateurs du Gard

Simon Sutour est un homme politique français, membre du Parti socialiste, né le 18 août 1952 à Sète, et vivant à Nîmes depuis son adolescence.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Simon Sutour est administrateur territorial de profession[1].

Il fut successivement :

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est élu sénateur du Gard le .

Il est réélu en à la tête d'une liste — dixit Gérard Laudinas — « féminisée et rajeunie »[2], alors qu'en 2005 la candidature de Damien Alary était envisagée[3].

Il devient président de la commission des affaires européennes à la suite de la victoire de la gauche au Sénat en 2011.

Fonctions au Sénat[modifier | modifier le code]

  • Président de la Commission des affaires européennes
  • Ancien secrétaire du Sénat
  • Ancien secrétaire de la commission des lois constitutionnelles, de la législation, du suffrage universel, du règlement et d'administration générale
  • Ancien Vice-président de la Délégation pour l'Union européenne
  • Ancien membre du Bureau du Sénat

Prises de position[modifier | modifier le code]

Simon Sutour avec Étienne Mourrut autour de la statue de Fanfonne Guillierme à Aimargues le .

Simon Sutour est un ancien du PSU fondé par Michel Rocard, dont il a adhéré en 1969 à l'âge de 17 ans.

Il est aujourd'hui membre du courant Socialisme et Démocratie de Dominique Strauss-Kahn qu'il a soutenu (comme l'ancien Premier ministre de François Mitterrand) à la candidature socialiste pour l'élection présidentielle de 2007, en novembre 2006.

Dans le cadre des primaires citoyennes du Parti socialiste de 2011, il souhaite la candidature de Dominique Strauss-Kahn avant que ce dernier soit impliqué dans une affaire de viol aux États-Unis en [réf. nécessaire].

Il a soutenu Martine Aubry, pour sa désignation comme candidate des socialistes à l'élection présidentielle de 2012, dont il est le mandataire de campagne départemental[réf. nécessaire]. Finalement, c'est François Hollande qui remporte la primaire et qui est investi par le parti[réf. nécessaire].

Fabrice Verdier le tient pour son « mentor en politique »[4].

Distinction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie officielle de Simon Sutour sur le site du Sénat »
  2. Gérard Laudinas, « Le PS se penche sur futures échéances », Midi Libre,‎ , p. 3
  3. « Oui ou non », Midi Libre,‎ , p. 3
  4. « « Le cœur à gauche, les pieds dans la glaise », L'accent du Sud, no 11,‎ , p. 14-15

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]