Simon Casas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Casas.
Simon Casas
Description de cette image, également commentée ci-après
Simon Casas, en 2006.
Nom de naissance Bernard Domb
Alias
Simon Casas
Naissance (70 ans)
Nîmes, département du Gard
Drapeau de la France France
Nationalité Française
Activité principale
Organisateur de corridas
Autres activités
apoderado, éleveur de taureaux de lidia, écrivain

Bernard Domb dit Simon Casas, né le 2 septembre 1947 à Nîmes (France, département du Gard), est un organisateur de corridas, apoderado, éleveur de taureaux de lidia, écrivain français et ancien matador français. En 2012, il dirige les arènes de Nîmes, celles de Valence, celles de Castellón de la Plana, et depuis le 27 septembre 2016, Las Ventas de Madrid .tout en étant depuis le 29 décembre 2011 le directeur artistique des arènes de Madrid[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Simon Casas assiste à sa première corrida alors qu'il n'a que quatre ans. Le spectacle lui déplait fortement. Mais à huit ans, il se rend seul à une corrida à laquelle participe Antonio Ordóñez et en ressort fasciné et converti. Après la mort de son père, il ne se contente plus d’être spectateur mais rêve d’être un jour acteur. À douze ans, il torée sa première vachette. Trois ans plus tard, il part en Espagne afin d'apprendre à toréer « pour de vrai ».

Dans les années 1960, Simon Casas revendique la légitimité des toreros français, à une époque où l'on considérait qu’il fallait du sang espagnol pour cela. Ce n’est qu’en 1966 qu’il peut enfin enfiler l'habit de lumières. Il traverse plusieurs années difficiles, durant lesquelles il ne torée que de manière très épisodique, un « matador français » apparaissant alors comme un véritable extra-terrestre. Il est reçu en 1968 aux arènes du Plumaçon de Mont-de-Marsan avec Alain Montcouquiol (Nimeño I) dans sa lutte, recevant le soutien de 200 personnes[2]. Il fauter noter également qu'avec Alain MONCOUQUIOL (Niméno I) ils ont tous deux reçu en 1968 le prix de la <Fondation de la Vocation créé en 1960 par M. Marcel BLEUSTEIN-BLANCHET afin d'aider les jeunes lauréats à assouvir leur passion, et ce en souvenir de son père qui à l'époque lui avait laissé la faculté de "pouvoir vendre des courants d'air" plutôt que de continuer dans le commerce de meuble qui s'ouvrait à lui, ces "courant d'air" lui ayant permis, après la guerre, de reconstruire l'agence PUBLICIS.

Il prend enfin l’alternative à Nîmes le 16 mai 1975, et se coupe la coleta (« prend sa retraite ») dès le lendemain, considérant qu’il ne serait jamais le grand torero qu’il souhaitait devenir.

Après sa retraite de matador, Simon Casas se reconvertit, en restant dans le milieu tauromachique : organisateur de corridas, apoderado, éleveur de taureaux. Il estime en effet avoir les capacités pour être un grand empresario. Il contacte le 5 août 1975 à Bayonne Manolo Chopera, le père d’Oscar et Pablo, pour lui proposer de travailler avec lui. Les deux hommes s’associent de 1976 à 1981[2].

Après avoir habité Madrid, place Marques de Pontejos, place sur laquelle il a dormi comme un SDF alors qu'il n'était encore qu'un adolescent rêvant de gloire et de lumières, il est revenu en France.

Simon Casas a managé toute la carrière de Marie Sara de torero à cheval avant d'être son associé dans l’organisation des corridas des fêtes de la Madeleine depuis 2009[2].

En 2010, Simon Casas est licencié par le matador Julio Aparicio Díaz après qu'il a déclaré qu'il ne pourrait pas se remettre psychologiquement d'une blessure dans laquelle il (Julio Aparicio Diaz) avait été encorné par la nuque et à travers la gorge[3].

Le 16 septembre 2012, il organise à Nîmes la corrida « historique »[4] au cours de laquelle le matador José Tomás coupe 11 oreilles (sur 12 possibles) à 6 taureaux, dont un gracié[5],[6],[7].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Il se présente sous l'étiquette du RPR aux élections législatives de 1993 dans la 2e circonscription du Gard. À l'issue de cette campagne, il manque d'argent pour se nourrir et fait une dépression pendant deux ans[8].

Il est encore candidat divers droite — sous le slogan de « Génération Sarkozy[9] » — aux élections législatives de 2007 dans le Gard face à Yvan Lachaud et Françoise Dumas, faisant une campagne-éclair de quinze jours qui lui coûte 30 000 euros[8] pour « servir le débat démocratique »[10] et « mobiliser les cocus de l'UMP[11] ». Récoltant 4,55 % des suffrages, il se dit « déçu, mais ni amer ni abattu[9] ». Se revendiquant « légitimiste[9] » et « UMP[9] », il « s'engage avec conviction » en faveur d'Yvan Lachaud au second tour[10].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Tous toreros, Éditions Denoël (1985)
  • L'envers de la cape, Éditions Fayard (20 décembre 2007)
  • Conversations au soleil, Éditions La Belle Bleue (2010)
  • Taches d'encre et de sang, Éditions Au Diable Vauvert (28 mars 2013)
  • La corrida parfaite, Éditions Au Diable Vauvert (28 mars 2013)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Simon Casas devient le directeur artistique des arènes de Madrid », Midi Libre, 30 décembre 2011.
  2. a, b et c Jean-Pierre Dorian, L’entretien du mois, journal Sud-Ouest du 23 juillet 2009
  3. (de) « Fast der ganze Mund zerstört », Der Spiegel, (consulté le 15 novembre 2011)
  4. « Ce Monsieur », Signes du toro, France 3 Aquitaine, 21 octobre 2012.
  5. « La corrida de José Tomas entre dans l'histoire : 11 oreilles, une queue et un toro gracié », La Provence, 16 septembre 2012.
  6. « Records », Libération, 13 juin 2008.
  7. « La Corrida parfaite: José Tomas le maestro », L'Express, 24 juin 2013.
  8. a et b R. D., « Combien coûte la campagne et qui paie ? », Midi Libre,‎ , p. 3
  9. a, b, c et d Alain Penchinat, « Simon Casas : « Déçu mais ni amer ni abattu » », Midi Libre,‎ , p. 3
  10. a et b « Ils appellent à voter », Midi Libre, no 22 505,‎ , p. 2
  11. Gérard Laudinas, « Derrière Lachaud, les lignes politiques bougent », Midi Libre, no 22 505,‎ , p. 2

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]