Silyane Larcher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Silyane Larcher est philosophe et politiste, docteure en études politiques, chargée de recherche au CNRS[1] et chercheure associée à l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC) de l’EHESS, spécialiste en études coloniales et postcoloniales. Elle examine les tensions et contradictions entre idéal universalisme républicain, situation coloniale et fabrique de la race dans les Antilles françaises.

Biographie[modifier | modifier le code]

Silyane Larcher a grandi en Martinique, son père était militant d'extrême gauche anti-colonial et en faveur de l'écriture du créole, et sa mère était engagée comme représentante syndicale puis comme élue municipale. Elle se dit "agrippée" très tôt par la philosophie[2]. Elle soutient en 2011 sa thèse[3], dirigée par Pierre Rosanvallon, spécialiste de l'histoire de la citoyenneté en France. Recrutée au CNRS en 2015, elle est affectée à l'Unité de Recherche Migrations et Sociétés (URMIS, UMR 8245), Université Paris Diderot.

Travaux et positionnements[modifier | modifier le code]

Dans son livre L'autre citoyen[3], elle réfute l'idée d'une citoyenneté française qui serait unitaire et universaliste. Celle-ci  serait au contraire articulée autour d'une certaine modalité de couleur de peau et de culture. Un régime d'exception a été appliqué aux esclaves des Antilles après 1848, obéissant à des lois inapplicables en dehors de la métropole, et contribuant à nier l’égalité citoyenne des ex-esclaves[4],[5]. Dans Le Monde, Julie Clarini commente à propos de ce livre:

« En dévoilant, de manière implacable, avec rigueur et clarté, les conceptions qui ont pu rendre tolérable une torsion si sévère aux principes d’universalité, L’Autre Citoyen rend aussi manifestes les ambiguïtés de la notion d’assimilation, qui formule la promesse d’égalité tout en la conditionnant et la procrastinant sans cesse[6] »

En 2018, elle a codirigé le livre Black French Women and the Struggle for Equality (University of Nebraska Press)[7], sur les luttes des femmes noires françaises pour l'égalité depuis l'abolition de l'esclavage en 1848[8].

A propos de l'adoption par l'Assemblée nationale le de la suppression du mot race de l'article premier de la constitution, elle explique le paradoxe d'un discours universaliste qui a, d'après elle, la naïveté de se croire anti-raciste tout en refusant de prendre en compte les effets de la racisation dans la société[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Adapté de la thèse: Larcher, Silyane, L'autre citoyen : universalisme civique et exclusion sociale et politique au miroir des colonies post-esclavagistes de la Caraïbe française (Martinique, Guadeloupe, années 1840 - années 1890) (thèse de doctorat en Études politiques), (lire en ligne)
« Citoyens de deuxième zone : le cas antillais », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
« L’autre citoyen. L’idéal républicain et les Antilles après l’esclavage | Institut des Amériques », sur www.institutdesameriques.fr

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Silyane Larcher - La Vie des idées », sur www.laviedesidees.fr (consulté le 5 août 2018)
  2. a et b « LES SAVANTES, par Lauren Bastide: Silyane Larcher, politiste et philosophe » [audio], sur France Inter,
  3. a et b Larcher 2014.
  4. Duvoux, Nicolas., Les inégalités sociales (ISBN 9782130627159 et 2130627153, OCLC 1004375123, lire en ligne)
  5. « Matières à Penser, par Dominique Rousset: Dans les brumes épaisses de l’assimilation, avec Silyane Larcher » [audio], sur France Culture (consulté le 28 février 2018)
  6. « Citoyens de deuxième zone : le cas antillais », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  7. Germain et Larcher 2018.
  8. « 10 mai : "La conquête de l’égalité et de l’émancipation n’est pas terminée" (Silyane Larcher, politiste et philosophe) », Outre-mer la 1ère,‎ (lire en ligne)
  9. « Aide à la publication - Prix de thèse Aides | Institut des Amériques », sur www.institutdesameriques.fr (consulté le 5 août 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]