Sanche II de Castille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sanche II et Sanche de Castille.
Sanche II de Castille
Sancho II de Castilla (Ayuntamiento de León).jpg
Fonctions
Roi de Castille (d)
Monarque de Gallécie (en)
Monarque de León (en)
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
San Salvador de Oña (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Famille
Famille Jiménez (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Sancha de Léon (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Alberta (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Frontal del sepulcro del rey Sancho II de Castilla y León. Monasterio de San Salvador de Oña (Burgos).jpg

sépulture

Sanche II de Castille (né v. 1036 à Zamora et mort en 1072 près de Zamora) est un roi de Castille du XIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le roi Ferdinand divisa son royaume, avant sa mort, entre ses cinq enfants : Sanche, l'aîné des fils, reçut la Castille ; le second fils, Alphonse, reçut le royaume principal, le León, et Garcia, le troisième fils, reçut la Galice. Les filles, elles, reçurent pour l'aînée, Urraque, la ville de Zamora et pour la seconde, Elvire, la seigneurie sur la ville de Toro.

Sanche hérite également des « Asturies de Santillana », région située à 25 km à l'ouest-sud-ouest de Santander tandis qu'Alphonse VI, son cadet, reçoit les Asturies.

Une lutte fratricide oppose les enfants de Ferdinand. Sanche, soutenu par le bras armé du Cid, fait exiler Garcia à Séville. Il écrase ensuite l'armée d'Alphonse qui trouve refuge auprès du roi vassal musulman de Tolède. Sanche entreprend alors de conquérir Zamora, ville de sa sœur aînée Urraque, et y trouve la mort en 1072, sans doute assassiné par un traître (« homme d'arme à l'instigation des habitants de la ville »). Alphonse revient et reprend la couronne de León, auquel il adjoint celle de Castille sous le nom d'Alphonse VI[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Guyotjeannin Archives de l'Occident Fayard Paris 1992 (ISBN 2213029911), Tome I : « Chronique de Compostelle » p. 417-419.