Ferdinand González de Castille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ferdinand González de Castille
Conde Fernán González 03.jpg
Statue du comte Ferdinand González de Castille sur la place de l'Orient à Madrid, sculptée en pierre blanche par Juan de Villanueva y Barbales (es) (1681-1765) entre 1750 et 1753.
Fonctions
Comte de Castille
Comte de Burgos (d)
Count in Álava, in Lantarón and in Cerezo (d)
Titres de noblesse
Comte de Castille
Count in Álava, in Lantarón and in Cerezo (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lara de los Infantes (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Fredinandus GundisalvizVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Fredinandus GundisalvizVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Gonzalo Núñez de Lara (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Muniadona (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Sancha Sanchez de Pampelune (d)
Urraca de NavarreVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Urraca Fernández
Gonzalo Fernández de Castilla (d)
Sancho Fernández de Castilla (d)
García Ier de Castille
Fronilde Fernández de Castilla (d)
Munio Fernández de Castilla (d)
Muniadona Fernández de Castilla (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ferdinand Gonzalez de Castille (Fernán González en espagnol), né vers 910 et mort en juin 970, est comte de Castille de 920 à 970.

Origine[modifier | modifier le code]

Fils de Gonzalo Fernández comte de Burgos et « comte en Castille », et de Munadona de Castille. Il réunit plusieurs comtés pour unifier le comté de Castille qu'il détache du royaume des Asturies.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ferdinand Gonzalez de Castille, sculpture de l'Arc de Santa María.

Au début du Xe siècle la famille des comte de Lara représentée par la comitissa Mumadona et son fils Fernán González parvient à réunir les comtés familiaux de Lara, Burgos avec ceux de Lantarón Cerezo et Alava (931). Mumadona poursuit également une politique d'implantation religieuse avec les fondations de monastères de Valencerias près de Lerma et de Santa-Maria de Lara en 929.

En 932 Fernando Gonzales se proclame « comes totius Castellae  » et épouse la veuve d'Ordono II de Leon il devient ainsi le gendre de la reine Toda de Pampelune et le beau-frère de deux rois de Léon: Alphonse IV de León et Ramire II de León. En 939 le roi de Pampelune, le comte de Castille et le roi de Léon remportent une importante victoire contre les forces du Calife à Simancas, à la suite de laquelle Fernán González s'empare de Sepulveda au sud du Douro [1].

L'instauration par le roi Ramire II de León du comté Monzón entre son royaume et le comté de Castille est considérée par Fernán comme une agression. Malgré l'appui de son gendre, le comte de Saldana, Fernán Gonzalez qui a pourtant participé à la bataille de Simancas en 939 se voit privé de son comté par le roi en 943 et jeté en prison l'année suivante. Ramire II nomme un nouveau comte en Castille, Ansur Fernández (es). Bien que libéré en 945 Fernán ne récupère son comté qu'en 947. Ramire II cherche à s'attacher le comte et leur réconciliation est scellée lors de l'union d'Urraca, fille de Fernán avec le futur roi Ordoño III de León.

Le comté de Castille de 929 à 961.

Après la mort de Ramire II, le comte Fernán intervient dans les querelles dynastiques de la famille royale de Léon et tente d'imposer entre 958 et 961 sur le trône Ordoño IV de León à qui il avait marié sa fille veuve d'Ordoño III de León. Au retour de Sanche Ier de León Fernan Gonzalez est brièvement emprisonné en 960[2].

Lorsque Fernán González meurt en juin 970[3] et il peut transmettre sans problème la Castille à son successeur, son fils García Ier.

Unions et postérité[modifier | modifier le code]

Ferdinand de Castille épousa en 932 Sancha Sanchez de Pampelune (es) († entre 959 et 963). De cette union naîtront :

  • Gonzalve de Castille, il épousa en 959 Fronilde (†1009) (postérité) ;
  • Sanche de Castille ;
  • Nuno de Castille ;
  • Muniadomna de Castille, en 946 elle épousa Gome de Saldana ;
  • Fronilde de Castille épousa le comte Rodano des Asturies (postérité).

Ferdinand de Castille épousa en 960 Urraca de Navarre. Deux enfants naquirent de cette union :

  • Toda de Castille ;
  • Pierre de Castille.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adeline Rucquoi Histoire médiévale de la Péninsule ibérique Point Histoire H 180 éditions du Seuil Paris 1993 (ISBN 2020129353) p. 179-180.
  2. Adeline Rucquoi op.cit p. 180.
  3. (en) & (de) Peter Truhart, Regents of Nations, K. G Saur Münich, 1984-1988 (ISBN 359810491X), Art. « Europe/Southern Europe Europa/Südeuropa », p.  3172.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Gonzalo Martínez Díez El condado de Castilla, 711-1038: la historia frente a la leyenda, Volume II, Junta de Catsilla y Leon, Marcia Pons Historia 2005 (ISBN 8497182758).
  • Georges Martin. « Fondations monastiques et territorialité. Comment Rodrigue de Tolède a inventé la Castille ». Dans: Annexes des Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales. no 15, 2003. p. 243-261.
  • Adeline Rucquoi Histoire médiévale de la Péninsule ibérique. Point Histoire H 180 éditions du Seuil, Paris 1993 (ISBN 2020129353).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :