Samuel Jankélévitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jankélévitch.
Samuel Jankélévitch
Biographie
Naissance
Décès
Pseudonymes
S. Iankélévitch
Schmul Jankélévitch
Salomon Jankélévitch
Serge JankélévitchVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Paris, environ Montpellier (environ -), Bourges (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Enfant

Samuel Jankélévitch (1869-1951), médecin de profession, est un traducteur de nationalité russe, ayant passé la plus grande partie de sa vie en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Samuel Jankélévitch est né à Odessa le 30 avril 1869. Touché par les lois discriminatoires de l’Empire russe à l’égard des Juifs, il émigre en France.

Jankélévitch étudie la médecine à Montpellier, où il rencontre sa future épouse Anna Ryss, également issue de l’émigration russe. Après l'obtention par Samuel, en 1895, de son diplôme en oto-rhino-laryngologie, le couple s’installe à Bourges, où naissent leurs trois enfants : Ida (épouse de Jean Cassou), Vladimir (le philosophe) et Léon (diplomate en Extrême-Orient). La famille Jankélévitch s’établit ultérieurement à Paris.

Parallèlement à son activité de médecin, Jankélévitch traduit de nombreux ouvrages, de l’allemand, de l’anglais, du russe et de l’italien, dans plusieurs domaines : philosophie, psychologie, médecine, etc. En 1947, il publie Révolution et Tradition où il reproche à Darwin, Marx et Nietzsche d'avoir conduit à toutes les dictatures.

Il entretiendra avec Sigmund Freud une correspondance, aujourd'hui perdue, et sera notamment, dans les années 1920, le premier traducteur en langue française de ses œuvres, publiées à Paris aux éditions Payot.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Jacob Boehme, Mysterium magnum (avec deux études de N. Berdiaev), 2 volumes, Paris, Aubier, 1945.
  • Benedetto Croce, Philosophie de la pratique, économie et éthique (avec Henri Buriot), Paris, 1910.
  • Sigmund Freud, Introduction à la psychanalyse, Paris, Payot, 1921.
  • Sigmund Freud, Psychopathologie de la vie quotidienne, Paris, Payot, 1922.
  • Sigmund Freud, Totem et Tabou, Paris, Payot, 1923.
  • Sigmund Freud, Le Moi et le Ça, Paris, Payot, 1923.
  • Sigmund Freud, Psychologie collective et analyse du moi, Paris, Payot, 1924.
  • Sigmund Freud, Contribution à l’histoire du mouvement psychanalytique, Paris, Payot, 1927.
  • Sigmund Freud, Considérations actuelles sur la guerre et sur la mort, Paris, Payot, 1927.
  • Sigmund Freud, Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1927.
  • Sigmund Freud, Au-delà du principe de plaisir, Paris, Payot, 1927.
  • G. W. F. Hegel, Esthétique, 8 volumes, Paris, Aubier, 1944. (Champs-Flammarion, 4 volumes.)
  • G. W. F. Hegel, Science de la logique, 4 volumes, Paris, Aubier, 1947.
  • B. K. Malinowski, La sexualité et sa répression dans les sociétés primitives, Paris, Payot, 1932.
  • Robert Michels, Les partis politiques: Essai sur les tendances oligarchiques des démocraties, Paris, Flammarion, 1914.
  • F. W. H. Myers, La personnalité humaine. Sa survivance, ses manifestations supranormales (adaptation), Paris, Alcan, 1905.
  • Max Nordau, Le sens de l’histoire, Paris, Alcan, 1910.
  • Otto Rank, Le Traumatisme de la naissance, Paris, Payot, 1928.
  • F. W. J. Schelling, Introduction à la philosophie de la mythologie, 2 volumes, Paris, Aubier, 1945.
  • Werner Sombart, Les Juifs et la vie économique, Paris, Payot, 1923.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :