Sporting Club de Bel-Abbès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis SC Bel-Abbès)
Aller à : navigation, rechercher

SC Bel-Abbès

Logo du SC Bel-Abbès
Généralités
Nom complet Sporting Club Bel-Abbès
Surnoms Le Real d'Afrique du Nord[1]
Fondation 1906
Disparition 1961
Couleurs blanc et bleu ciel
Stade Stade Paul André
(3 à 4 000 places)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Le Sporting Club de Bel-Abbès est un ancien club de football algérien basé à Sidi Bel Abbès, fondé en 1906 et dissous en 1961.

Sur un peu plus d'un demi siècle, ce club « européen »[2] s'impose comme l'un des principaux clubs d'Algérie en remportant à de nombreuses reprises le championnat d'Oranie, la coupe d'Afrique du Nord puis la coupe d'Algérie. Avec sept titres, le SC Bel-Abbès est le club le plus couronné du championnat d'Afrique du Nord, compétition disparue en 1956.

Résident habituel du stade Paul André, capable de réunir trois à quatre mille places spectateurs, le Sporting dispute ses matchs prestigieux (en Coupe de France notamment) à Oran, au stade Monréal puis au stade Fouques-Duparc.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondé en 1906, le SC Bel-Abbès connaît deux périodes fastes, au cours des années 1920 puis des années 1950, au cours desquelles il remporte la majeure partie de ses titres.

Après l'indépendance de l'Algérie, des footballeurs rapatriés créent un club homonyme à Toulouse. En 1974 le club est rebaptisé Jeune entente toulousaine[3].

Années 1920[modifier | modifier le code]

Au cours des années 1920, le Sporting remporte le championnat d'Oranie sept fois d'affilée, mais surtout le championnat d'Afrique du Nord à cinq reprises.

En 1922, après sa victoire en championnat d'Afrique du Nord, le club est invité à affronter le Red Star, vainqueur de la coupe de France (seule compétition nationale de la métropole à l'époque), où évoluent notamment Lucien Gamblin et le gardien de but Pierre Chayriguès. Le club de Bel-Abbès crée la surprise en s'imposant à Paris (2-1)[4],[5].

Années 1950[modifier | modifier le code]

À Alger, le 8 mai 1960, le capitaine du SC Bel-Abbès Gros, reçoit le trophée de la Coupe d'Algérie

Au cours des années 1950, le Sporting remporte de nouveau le championnat d'Oranie sept fois d'affilée.

Le 6 mai 1951, le club remporte pour la première fois la coupe d'Afrique du Nord, grâce à une victoire (1-0) sur le WAC Casablanca. L'équipe du SCBA est composée de Domingo, Manolo Rodriguez, Mallol, Aber, Cano, Piou Diaz, Séva, Driss, Chtouki et Abdesslem. En 1953 et 1954, les Bel-Abbésiens sont champions d'Afrique du Nord.

En 1955, le Sporting remporte de nouveau la coupe d'Afrique du Nord, face au Gallia Sport d'Alger. Le SCBA, mené 2-1 à quelques minutes de la fin, égalise par Aber, avant que les Algérois n'encaissent trois nouveaux buts en prolongation. L'Echo d'Oran titre le lendemain: « la plus grande et la plus émouvante finale de l'histoire du football Nord Africain »[réf. nécessaire]. L'année suivante, il est finaliste face à l'USM Bel-Abbès de Larbi Benbarek, mais la rencontre n'est pas organisée du fait d'événements.

Lors de la coupe de France 1959, le Sporting réalise plusieurs exploits successifs : le club l'emporte d'abord sur l'US Quevilly (1-0)[6], champion de France amateur en titre, puis face au CA Paris (2-0), club de Division 2, avant de s'incliner de justesse face au Stade rennais, club de première division (1-0 après prolongation)[7].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Compétitions nationales Compétitions internationales


Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Dans les années 1920, les joueurs du SCBA Manzanares[Qui ?] et André Liminana sont sélectionnés en équipe de France. Plus tard, Joseph Rodriguez, Emmanuel Aznar ou Sauveur Rodriguez débutent à Bel-Abbès avant de réaliser une carrière professionnelle en championnat de France. On peut également citer les noms de Benyamina, Aber, "Jobic" Lepage, Amato Olmiccia (futur professionnel de l'AS Monaco), Marion, Guttierez, Cascalès, Di Orio, Georges Taillepierre (futur professionnel au Red Star), Hubert Gros (capitaine des années 1950), Yung, Ploner[Qui ?].

Dans les années 1950, l'équipe première est entraînée successivement par Rebibo et par l'ancien international français François Hugues.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]