Ryszard Kaczorowski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kaczorowski.
Ryszard Kaczorowski

Ryszard Kaczorowski, né le à Białystok et mort le (à 90 ans) à Smolensk, est un homme d'État polonais. Du au , il fut le sixième et dernier président de la République de Pologne en exil[1]. Il meurt dans la catastrophe aérienne de Smolensk qui coûta la vie à de nombreux dirigeants polonais dont le président Lech Kaczyński.

Biographie[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Comme son prédécesseur Kazimierz Sabbat, il vient des rangs du scoutisme polonais. Après le début de la Seconde Guerre mondiale, quand la Pologne orientale est occupée par l'URSS, il devient membre de l'organisation clandestine scoute « les colonnes grises » et agent de liaison entre son organisation et l'armée secrète polonaise. En , il est arrêté par la police secrète soviétique (NKVD) et condamné à mort en . Le verdict est finalement commué en dix ans de prison. Il est déporté en camp de travail du Goulag de la Kolyma (Est de la Russie).

En 1941, après l'invasion allemande de l'URSS, Kaczorowski, comme la plupart des captifs polonais encore en vie, est "amnistié" après les accords Sikorski-Maisky (en) autorisant la formation en URSS d'une armée polonaise, et il entre dans le 2e corps d'armée du général Wladyslaw Anders. Comme soldat, il participe à la campagne d'Italie et se bat entre autres au mont Cassin.

Après guerre[modifier | modifier le code]

Après la guerre, il fait des études à Londres dans une grande école pour le commerce international et travaille par la suite dans l'industrie britannique. En même temps il continue à s'occuper de scoutisme, entre autres comme président de l'organisation des scouts polonais en exil ; il préside la rencontre mondiale des scouts à l'abbaye du Mont-Cassin en 1969 et en Belgique en 1982 et conduit la délégation polonaise au Jamboree international de 1957.

Ryszard Kaczorowski a été un membre influent dès 1949 du troisième et dernier Conseil national de Pologne, l'organe consultatif et d'expertise du président de la République et du Gouvernement polonais en exil. En 1986, il devient ministre de ce même gouvernement[2].

Après la mort de Kazimierz Sabbat, le , en vertu des dispositions de la Constitution polonaise d'avril 1935 de la Deuxième République sur laquelle les autorités en exil fondent leur légitimité, Kaczorowski devient président de la République de Pologne en exil. Quelques mois après son entrée en fonction nait la Troisième République de Pologne dont Lech Wałęsa devient en décembre 1990 le premier président librement élu. Les institutions du gouvernement en exil de Londres prononcent leur dissolution et, le 22 décembre 1990, Kaczorowski remet à Wałęsa les insignes de la présidence de la Deuxième République au cours d'une cérémonie solennelle au château royal de Varsovie[3].

Son statut en Pologne après 1990 est celui d'un ancien chef d'État. Il se fait remarquer par de nombreuses conférences, des interviews et des voyages. Il est nommé entre autres citoyen d'honneur des villes de Białystok, Cracovie, Varsovie et Gdynia et docteur honoris causa des universités de Wrocław, Białystok et Opole.

Ryszard Kaczorowski vivait à Londres, jusqu'à son décès le , dans la catastrophe aérienne de l'avion du président polonais Lech Kaczyński à Smolensk. Il laisse derrière lui son épouse, ses deux filles et cinq petits-enfants[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Distingué de l'ordre de l'Aigle blanc et de l'Ordre de la Renaissance de la Pologne Polonia Restituta, titulaire de nombreuses décorations militaires polonaises et étrangères, Ryszard Kaczorowski avait, en 2004, été distingué par Élisabeth II chevalier grand-croix de l'ordre de Saint-Michel et Saint-George) (GCMG)[5].

Source[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. "Prezydenci Rzeczypospolitej polskiej na Uchodzstwie" (Les Présidents de la République de Pologne en exil), Rada Ochrony Pamieci Walk i Meczenstwa, Warszawa, 2002
  2. la-croix.com
  3. (en) guardian.co.uk
  4. ft.com
  5. (en) fco.gov.uk

Sur les autres projets Wikimedia :