Réseau national de télécommunications pour la technologie, l'enseignement et la recherche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Renater)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

REseau NAtional de Télécommunications pour la technologie, l'Enseignement et la Recherche
Logo de l'organisation

Devise : « Connecteur de savoirs »

Situation
Création 1993
Type Groupement d'intérêt public
Siège 23-25, rue Daviel
75013 Paris
Drapeau de la France France
Langue Français
Organisation
Président du conseil d’administration Jean-Pierre Finance[1]
Directeur Patrick Donath

Site web www.renater.fr

Le REseau NAtional de Télécommunications pour la technologie, l'Enseignement et la Recherche (RENATER) est le réseau de télécommunications français reliant les différents établissements enseignement recherche (universités, centres de recherche,...) entre eux en France métropolitaine et dans les départements d'outre-mer. Il a été créé en 1993[2].

Gouvernance de Renater[modifier | modifier le code]

RENATER est un groupement d'intérêt public dont la création a été approuvée par un arrêté du [2].

Le GIP est constitué en 1993 entre "l’Etat, représenté par le ministère chargé de l’éducation nationale, le Commissariat à l’énergie atomique, le Centre national d’études spatiales, le Centre national de la recherche scientifique, Électricité de France et l’Institut national de recherche en informatique et en automatique"[2]. Electricité de France quitte le GIP en 1999[3].

La liste des membres évolue avec l'intégration de nouveaux établissements comme l'INRA et le CIRAD en 2000 [4]

En 2020, les organismes de recherche membres du GIP sont : CNRS, CPU, CEA, INRIA, CNES, INRA, INSERM, ONERA, CIRAD, IRSTEA, IRD, BRGM, ainsi que le ministère de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. RENATER gère aussi le point d'échange de trafic SFINX, et dispose de liaisons projets de recherche avec le CERN et le centre de Cadarache.

Évolutions du réseau technique[modifier | modifier le code]

RENATER est initié à partir de réseau de réseaux existants ou en voie de construction[5]

RENATER connecte plus de 1 300 sites via des liaisons jusqu'à 10 Gbit/s (voire 100 Gbit/s entre deux centres de calcul) en IPv4 et IPv6 natifs.

RENATER est connecté au réseau pan-européen GÉANT (2001-2004) puis GEANT2. Il est également relié à Internet, en France via un point d'échange, le SFINX et dans le monde via deux liaisons IP Transit de Paris et de Marseille.

RENATER-2[modifier | modifier le code]

Cette évolution implémente un réseau IPv6 pilote utilisant la plage d'adresse 2001:0660::/32.

RENATER-4[modifier | modifier le code]

Son déploiement a été achevé en . Il marque le début de la gestion en propre de fibres optiques noires (FON) à petite échelle. Leur usage est réservé pour le transport de trafic associé à des projets de recherche spécifiques : GRID-5000, DEISA (en), LHC. C'est un service de lambdas[pas clair].

Les fibres noires déployées sont entre :

RENATER-5[modifier | modifier le code]

Ancien logo de RENATER.

L'année 2008 aura été marquée par le déploiement du réseau RENATER-5 (mené globalement sur le deuxième semestre 2008). Cette évolution se caractérise par une généralisation de l'infrastructure de fibres noires.

  • Généralisation de l'exploitation fibres optiques noires (FON) et déploiement d'équipements WDM
  • Passage de 3 000 km de FON sur RENATER-4 à près de 8 000 km sur RENATER-5
  • Activation de longueurs d'onde dédiées aux projets de recherche (LHC, GRID 5000…)
  • Capacité de maximum 40x10 Gbit/s sur la majeure partie du réseau
  • Doublement de l'axe Paris / Lyon et des nœuds RENATER associés
  • Équipements dotés d'interfaces de raccordement permettant d'adapter les débits en fonction des besoins
  • Renforcement de l'interconnexion avec le CERN et ITER

Pour fêter les vingt ans de sa création, le logotype de RENATER change[6].

RENATER-6[modifier | modifier le code]

Depuis 2015, une nouvelle phase de l’architecture métropolitaine du réseau RENATER est en cours de déploiement.

Cette nouvelle génération apporte plus de capacité nx100 Gbit/s entre les Nœuds RENATER, de flexibilité et de résilience, afin de fournir de futurs besoins (augmentations de capacité et nouveaux services), grâce à la mise en place de nouveaux équipements optiques et de routage dans le but de répondre aux exigences de la communauté Enseignement Supérieur et Recherche.

Depuis 2015, RENATER mutualise son infrastructure et opère pour le compte de la DINSIC (Direction interministérielle du Numérique et du Système d’Information et de Communication de l’État) plusieurs circuits optiques. RENATER devient ainsi l'opérateur du Réseau Interministériel de l’État (RIE)[7],[8].

Les services RENATER[modifier | modifier le code]

RENATER propose également un portefeuille de services[9] autour de la connectivité, l'identité, la sécurité, la communication, la collaboration et la mobilité, garantissant la confidentialité et la sécurité des données.

Renater opère le projet Gestionnaire d'accès aux ressources.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. RENATER - Organisation, (Consulté le 25/06/2020)
  2. a b et c Arrêté du 27 janvier 1993 portant approbation de la création d'un groupement d'intérêt public, JORF no 28 du , p. 1817, NOR RESY9300042A, sur Légifrance.
  3. Arrêté du 10 mai 1999 approuvant l'avenant à la convention constitutive d'un groupement d'intérêt public (NOR: MENR9900958A), JORF n°114 du 19 mai 1999, page 7374.
  4. Arrêté du 26 juillet 2000 approuvant l'avenant à la convention constitutive d'un groupement d'intérêt public (NOR:RECR0071883A), JORF n°199 du 29 août 2000, page 13304, texte n° 52.
  5. Valérie Schafer, « De Cyclades à Renater », Histoire de la recherche contemporaine, vol. Tome I, no 2,‎ , p. 180-187 (DOI https://doi.org/10.4000/hrc.115, lire en ligne).
  6. « RENATER 20's », sur renater.fr, (consulté le 16 juin 2013).
  7. « Rapport d'activité 2015 du réseau interministériel de l'État », sur modernisation.gouv.fr, (consulté le 25 juin 2020).
  8. Réseau interministériel de l’État : ses trois grandes missions, modernisation.gouv.fr, 23/12/2014 (Consulté le 25 Juin 2020)
  9. « Portail des services RENATER », sur services.renater.fr, (consulté le 25 juin 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]