René Pechère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
René Pechère
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
Nationalité
Activités
Jardins de la Cité Administrative de l'État
Jardins du Mont des Arts, Bruxelles
Jardins du Domaine des îles d'or à Woluwe-Saint-Lambert
Parc Botanique, Bruxelles

René Pechère est un architecte paysagiste belge (Ixelles, - ). Il est l'auteur de plus de 900 jardins privés et publics en Belgique, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas.

Héritage[modifier | modifier le code]

Pechère participe dès 1935 à la création des jardins de l'Exposition Universelle de Bruxelles sous la direction de Jules Buyssens, responsable des parcs et jardins de la ville de Bruxelles.

Il s'engage, en 1952, auprès du gouvernement belge comme conseiller pour le Ministère des Transports et se lance, dans la foulée, comme architecte indépendant.

Pechère conçoit et réalise les aménagements extérieurs de l'Exposition universelle de 1958. Les Jardins du Congo et des Quatre Saisons construits pour l'occasion lui assurent une renommée internationale.

Le 1er janvier 1972, ses réalisations sont au nombre de 777. Sa philosophie se résume en 2 phrases, éditées dans une brochure publicitaire de l'époque: L'architecte de jardins et de paysage prend de plus en plus d'importance puisqu'il contribue essentiellement au bonheur de vivre. Il aménage l'espace en esthète et en praticien en apportant l'aménité à l'environnement par la nature. Sa clientèle se compose aussi bien de particuliers que d'administrations, privées et publiques, et de bureaux d'architectes et d'ingénieurs.

Ses activités: jardins privés, abbayes, béguinages, écoles, campus universitaires, places, squares, zones de recul, avenues, promenades, monuments, fontaines, cimetières, hôpitaux, abords de bureaux, usines, centres commerciaux, expositions, terrains d'aviation et militaires, complexes sportifs, piscines, golfs, minigolfs, tennis, étangs, théâtres de verdure, labyrinthes, jardins botaniques, zoo, bords de mers, lotissement, urbanisme, paysages, autoroutes, canaux, jardins-terrasses, jardins historiques, protection, restitution, rénovation.

Inconscient collectif et patrimoine[modifier | modifier le code]

Pechère est visible partout, particulièrement à Bruxelles. On lui doit, outre les réalisations citées ci-après, et entre autres, la réalisation des aménagements extérieurs pour le site de la RTB/BRT (Radio Television Belge francophone et flamande) boulevard Reyers, le parc communal du Tomberg à Woluwe, le parc Ter Coigne à Watermael-Boitsfort, et les aménagements des rampes d'accès à l'aéroport de Zaventem.

Pechère est également présent sur bon nombre de chantiers architectoniques à Bruxelles pendant les années 1960 et 1970, au même titre que l'architecte d'intérieur Stéphane Jasinski, avec lequel il collabore sporadiquement. Il signe, notamment, les jardins en terrasse du Crédit Communal, boulevard Pachéco, et une composition exceptionnelle, aujourd'hui disparue, pour la Société Nationale du Crédit à l'Industrie, sise Boulevard de Waterloo ; Pechère constitue, en plein boulevard, une évocation de buis en pierre bleue afin de remplacer les plantes et le gazon, devenus misérables.

À l'image de son "jardin" boulevard de Waterloo, son style est géométrique et empreint de rigorisme classique. Pechère utilise les végétaux (if, buis, platane, yucas) comme éléments architecturaux et tient compte dans ses agencements des combinaisons de couleurs, de l'ensoleillement et des ombres portées.

D'allure presque austère, le style Pechère trouve sa plus belle expression dans le jardin en terrasse de la Cité administrative de l'État.

On lui doit, également à Bruxelles, les parcs du Botanique et du Mont des Arts, les jardins du musée Van Buuren, du Berlaymont et de la Maison d'Érasme.

Passionné par l'art des jardins, René Pechère rassemble une importante collection de livres anciens et contemporains sur ce thème, mais aussi touchant à des sujets très divers, comme les cités-jardins, l’urbanisme ou les jardins historiques. En 1988 il en confie la gestion à la Région de Bruxelles-Capitale. Entièrement numérisée, la Bibliothèque René Pechère (BRP) [1] est installée à Bruxelles au Centre international pour la Ville, l'Architecture et le Paysage.

Pechère est l'auteur d'un livre de référence (Grammaire des Jardins, 1987).

Citation[modifier | modifier le code]

« Pour être architecte de jardins, il faut posséder à la fois des notions d'histoire, de peinture, de sculpture, dessin, musique... »

Écrits de René Pechère[modifier | modifier le code]

  • Petits jardins d'aujourd'hui. Deuxième Série, Paris, Éditions d'Art Chrales Moreau, s.d. [ca 1955], viii p., 48 pl. ; 4°
  •  Les glorieux jardins d'Enghien au XVIIIe siècle », dans La Maison d'Hier et d'Aujourd'hui, 23 p.
  • Au fil de l'eau, Kapelle-op-den-Bos : Éditions Eternit.
  • Claire-Fontaine parc de délassement, Hainaut, Atelier d'architecture de jardins et du paysage Mons : Fédération du tourisme du Hainaut, 1973.
  • Parcs et jardins de Belgique : illustré de 55 photographies, plans et gravures, 1976.
  • Grammaire des jardins : Secrets de métier, Éditions Racine, 1987 (Ré-édité 2002), (ISBN 978-2-8738-6280-0)
  • Parcs et jardins de Belgique, 1987.
  • Ces jardins trop mal connus et leur avenir, 1990.
  • Coup d'œil sur les jardins de France, par Ernest de Ganay ; préface de René Pechère, Bruxelles : Éditions du cercle, 1993.
  • Restauration de jardins historiques : un sujet de mémoire ? (René Pechère et Jean Pinet), 1993.
  • Gardens in Belgium photographies et illustrations : Piet Bekaert ; texte : Jean de Séjournet ; préface : René Pechère ; traduction : Helen Swallow.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurent Grisel, Les jardins de René Pechère, prises de vues : Sylvie Desauw, Bruxelles : Archives d'architecture moderne, 2002.
  • Laurent Pissoort, René Pechère : ses réalisations publiques méconnues en Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles : Haute École Lucia de Brouckère. Institut Arthur Haulot (IAH), 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]