Jules Buyssens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Buysse.
Jules Buyssens
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Jules Buyssens, né le à Waermaerde et mort en 1958, est un architecte paysagiste belge, architecte en chef des parcs et jardins de la ville de Bruxelles entre les deux guerres, rénovateur de l'art des jardins en Belgique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Architecte de jardins mais aussi aquarelliste et compositeur de musique, membre correspondant de la Commission royale des monuments et des sites, il expose dès 1903 à toutes les Floralies de Gand[1].

Réalisations[modifier | modifier le code]

À Bruxelles[modifier | modifier le code]

En Brabant Wallon[modifier | modifier le code]

Source Meuwissen 1993[2].

Ailleurs[modifier | modifier le code]

  • Le parc du château de Ponthoz, pour le comte van der Straten Ponthoz, à Clavier

Rayonnement[modifier | modifier le code]

René Pechère (1908-2002) fut son élève.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 223
  2. Eric Meuwissen, « Solvay, Henricot, Goblet... et les autres », Le Soir,‎ , p. 19 (lire en ligne).
  3. Détruit en 2010-2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Boulanger-Français, Parcs et jardins de Bruxelles, publié par la Région de Bruxelles-capitale, 1993.
  • Odile De Bryun, « Jules Buyssens (1872-1958) : Regard inédit sur sa vie et son œuvre », Demeures historiques & Jardins, vol. 172,‎ p. 16-22 ; 173, p. 17-24 ; 174, p. 16-21 ; 175, p. 12-16,‎ 2011-2012 (lire en ligne).
  • Odile De Bruyn, « Jules Buyssens, inspecteur des plantations et promenades de la Ville de Bruxelles (1904-1937) », dans Journées du Patrimoine Région de Bruxelles-Capitale : Dossier Nature en Ville, coll. « Bruxelles Patrimoines » (no 23-24), 174 p., p. 72-85.

Liens externes[modifier | modifier le code]