Raymonde Dien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dien (homonymie).
Raymonde Dien
Description de cette image, également commentée ci-après

Raymonde Dien à Berlin-Est, en août 1951.

Nom de naissance Raymonde Émilia Octavie Huberdeau
Naissance (88 ans)
Mansigné, Sarthe, France
Nationalité française
Profession
Autres activités

Raymonde Dien, née Huberdeau, le à Mansigné[1], est une militante communiste française, connue pour avoir été emprisonnée pendant dix mois en 1950 à la suite d'une action de protestation contre la guerre d'Indochine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le 23 février 1950, Raymonde Dien, sténodactylo, participe avec des centaines d'autres membres et sympathisants du PCF à une manifestation improvisée à la gare de Saint-Pierre-des-Corps pour ralentir la marche d'un train militaire dont le chargement de blindés est destiné à l'Indochine[2]. La foule occupe la voie de chemin de fer, certains manifestants se couchant sur les rails. La manifestation terminée, une femme en pantalon est signalée par les militaires du convoi aux policiers, qui se rendent dans l'après midi au siège local du parti, y trouvent seule Raymonde Dien, la reconnaissent au signalement, l'arrêtent, la font reconnaître par les mêmes témoins, et l'accusent de s'être couchée sur les rails[2].

Elle est emprisonnée à Tours. Elle est la seule manifestante poursuivie, le secrétaire de la section des cheminots de la CGT étant, lui, libéré au bout de trois semaines. Elle est inculpée sous le chef de « complicité de détérioration de matériel susceptible d’être employé pour la Défense nationale »[2] et est transférée au fort du Hâ à Bordeaux[2], où elle est incarcérée avec deux ex secrétaires de la Gestapo libérables. Défendue par l'avocate Marie-Louise Jacquier-Cachin[2],[3], elle est condamnée au terme du deuxième jour du procès, le , par un tribunal militaire à un an de prison ferme[2] et quinze ans de déchéance de ses droits civiques.

À l'instar d'Henri Martin[4], elle devient un symbole de l'opposition contre la guerre d'Indochine. Elle bénéficie d'une campagne de soutien de grande ampleur, en France et dans le Bloc de l'Est. En France, Maurice Thorez déclare : « Il faut arracher à leurs geôles, Raymonde Dien et Henri Martin »[Ruscio 1]. Cette association entre Henri Martin et Raymonde Dien, est accentuée par l'existence d'une chanson militante :

« Henri Martin, Raymonde Dien
N’ veulent pas qu’on tue les Vietnamiens
Ils aiment tant la paix
Qu’aux juges ils sont suspects[Ruscio 2],[2]. »

icône vidéo Vidéo externe
Raymonde Dien se raconte, le 27 février 2010

Raymonde Dien est libérée à Noël 1950[Ruscio 1]. Elle est ensuite, de 1953 à 1958, une dirigeante de l’Union des jeunes filles de France, branche féminine des organisations de jeunesse du PCF.

Hommages[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b p. 272.
  2. p. 278.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :