Rapanui (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rapa Nui.
image illustrant l’ethnologie image illustrant une langue image illustrant l’île de Pâques
Cet article est une ébauche concernant l’ethnologie, une langue et l’île de Pâques.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Rapanui
Vananga rapa nui
Pays Chili
Région Île de Pâques
Nombre de locuteurs 3390[1]
Typologie VSO[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 rap
ISO 639-3 rap
IETF rap

Le rapanui est une langue polynésienne parlée par les Rapanui (communauté polynésienne de l'île de Pâques). On comptait 4 650 locuteurs en 2002.

Rapa Nui[2] est également le nom de l'île dans cette langue, proche du rapanais[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Nous en savons que très peu de la langue rapanui avant sa rencontre avec l'Europe. La majorité du vocabulaire rapanui est héritée directement du proto-polynésien oriental. Tout comme l'ensemble des langues polynésiennes, le rapanui comporte relativement peu de consonnes. Le rapanui a cependant conservé le coup de glotte (ou consonne occlusive glottale) du proto-polynésien, une particularité pour une langue polynésienne orientale. Il s'agit, ou jusqu'à récemment c'était le cas, d'une langue VSO (verbe-sujet-objet).

Phonologie[modifier | modifier le code]

Le rapanui comporte dix consonnes et cinq voyelles.

Consonnes[modifier | modifier le code]

Labiales Alvéolaires Vélaire Glottale
Nasales m n ŋ
Occlusives p t k ʔ
Fricatives v h
Battue ɾ

Voyelles[modifier | modifier le code]

Antérieures Centrales Postérieures
Fermées i u
Moyennes e o
Ouvertes a

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Fiche langue (code «rap») dans la base de données linguistique Ethnologue.
  2. « Grande Rapa » par opposition à la petite Rapa, en Polynésie française, d'où est originaire une partie de la population actuelle, venue sous les auspices du planteur Dutrou-Bornier pour remplacer les premiers autochtones en grande partie décimés par la catastrophe démographique de 1861.
  3. Auparavant, selon Thomas S. Barthel: The Eighth Land: The Polynesian Settlement of Easter Island, Honolulu University of Hawaii 1978, l'île s'appelait Te kainga a Hau Maka (le bout de terre de Hau Maka).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :