Jean-Baptiste Dutrou-Bornier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Baptiste Dutrou-Bornier
Jean-Baptiste Dutrou-Bornier.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Grade militaire

Jean-Baptiste Onésime Dutrou-Bornier, né le à Montmorillon[1] et mort accidentellement ou assassiné le [2] est un capitaine de la Marine française qui s'est installé sur l'île de Pâques à partir d'[3]. Il y introduisit le commerce de la laine et tenta de transformer l'île en un ranch de moutons. S'autoproclamant roi de l'île en 1870, il réduisit les autochtones Rapanui en esclavage[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre dans la Marine en 1848 comme pilotin et sert comme volontaire lors de la guerre de Crimée. Capitaine au long cours (1860), il commande le Tampico en 1865 dans un voyage dans le Pacifique, navire dont il est propriétaire pour un tiers.

Parti de Bordeaux, il atteint Tahiti et, en octobre 1866, transporte des missionnaires de Valparaiso à l'île de Pâques pour renforcer la présence des Pères Eugène Eyraud et Hippolyte Roussel.

Il assure pendant quelque temps les liaisons commerciales entre le Pérou, le Chili et les archipels d’Océanie où il recrute de la main d’œuvre pour les plantations de Tahiti et de l'île de Pâques. Là, il tente une exploitation qui échoue (1867) puis achète un terrain pour l'élevage. Il s'y installe en avril 1867 après avoir revendu son navire. Il entretient alors d'excellents rapports avec les missionnaires et assiste aux derniers moments du Père Eyraud (août).

Mais, en 1869, les relations deviennent tendues lorsque Dutrou-Bornier décide d'acheter des terres qui bordent la mission pour y développer un important élevage. Il introduit alors sur l'île huit mille quatre cents moutons, cent cinquante bœufs et une vingtaine de chevaux. En septembre, un conflit éclate avec les missionnaires, ceux-ci refusant de couvrir la spoliation dont les habitants sont victimes de la part de Dutrou-Bornier.

Celui-ci organise alors une armée de mercenaires et attaque les missions de Hanga Roa et de Vaihu. Les demeures sont brûlées, les champs dévastés. En février 1871, Dutrou-Bornier fournit à son associé des centaines d'habitants, réduits en esclavage, pour les plantations de Tahiti. Monseigneur Étienne Jaussen est contraint en juin de faire évacuer ses missionnaires de l'île de Pâques.

Devenu le seul maître de l'île, et jouant sur les rivalités entre clans, Dutrou-Bornier y épouse une polynésienne qui se proclame reine. La royauté indigène Haumaka avait en effet été anéantie en 1862 lors de la catastrophe démographique provoquée par les esclavagistes péruviens, et la population Rapanui originaire en partie des îles Australes était profondément divisée[5]. En 1872, 1874 et 1875, il fait adresser par sa femme des lettres au gouverneur de Tahiti pour obtenir le protectorat français, en vain. Dès janvier 1877, le bruit de sa mort se répand dans tout le Pacifique. Ses amis prétendent qu'il est tombé de cheval un soir de beuverie, ses détracteurs qu'il a été tué par les indigènes révoltés par ses mœurs.

En 1877, Alphonse Pinart rencontre sa femme, qui le décrit « un homme courageux qui a introduit la civilisation sur l'île de Pâques ». L'amiral François-Théodore de Lapelin, qui le vit en 1872, le décrit, lui, comme un individu « violent et sans scrupules ».

Quoi qu'il en soit, l'île de Pâques qui comptait neuf cents habitants au moment de l'arrivée de Dutrou-Bornier, n'en avait plus que cent trente à sa mort, notamment en raison des maladies introduites par les Européens, et qu'aucun médecin n'est venu combattre...

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C. et M. Orliac, Des dieux regardent les étoiles. Les derniers secrets de l'île de Pâques, 1988
  • Numa Broc, Dictionnaire des Explorateurs français du XIXe siècle, T.4, Océanie, CTHS, 2003, p. 161 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hommes et destins in Dictionnaire biographique d'outre-mer, Académie des sciences d'outre-mer, 1975, p. 291.
  2. (en) Drapkin Israel, Crime and punishment in the ancient world, Lexington Books, 1989, p. 387.
  3. O'Reilly Patrick et Teissier Raoul, Tahitiens: répertoire biographique de la Polynésie française, Musée de l'homme, 1975, p. 160.
  4. (en) Minahan James, Encyclopedia of the Stateless Nations : L-R, Greenwood Publishing Group, 2002, p. 1573.
  5. Alfred Métraux : Introduction à la connaissance de l'Île de Pâques : résultats de l'expédition franco-belge de Charles Watelin en 1934, Éd. du MNHN, Paris 1935.

Liens externes[modifier | modifier le code]