Rallye du Mexique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rallye du Mexique
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du Rallye du Mexique
Généralités
Sport Rallye automobileVoir et modifier les données sur Wikidata
Création 1979
Organisateur(s) FIA
Éditions 33 (2019)
Catégorie Championnat du monde des rallyes (WRC)
Périodicité annuelle
Site web officiel www.rallymexico.com

Palmarès
Tenant du titre Équipage: (2019)
Drapeau : France Sébastien Ogier
Drapeau : France Julien Ingrassia

Équipe: (2019)
Drapeau : France Citroën Total WRT
Plus titré(s) Équipage:
Drapeau de la France Sébastien Loeb (6)
Drapeau de Monaco Daniel Elena (6)

Équipe:
Drapeau : France Citroën Total WRT (8)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition en cours voir :
Rallye du Mexique 2019

Le rallye du Mexique est une course automobile sur surface terre créée en 1979, étape du championnat du monde des rallyes depuis 2004. Sponsor oblige, la course qui portait à l'origine le nom de « Rally América » se nomma « Corona Rally México » de 2001 à 2008.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières éditions furent organisées par les deux grands clubs automobiles mexicains : l'Automobile Club Français de Mexico (le CAF) et le RAC Mexicain (le RAC). Le nom de rally America est adopté entre 1979 et 1997 (avec une exception en 1993, le rally Valle de Bravo), et ce malgré une interruption de l'épreuve durant cinq ans, de 1986 à 1990.

Initialement disputé dans l'État de Mexico (1979 à 1985), il transite par la route de paso de Cortés (es) (1991), autour de Valle de Bravo (1993) et de Ensenada (état de Basse-Californie, en 1994 et 1997), avant d'établir ses quartiers définitifs à León de los Aldamas (état de Guanajuato) en 1998 (dont il porte officiellement le nom depuis 2011).

D'un concept proche du rallye Paris-Dakar à ses débuts (bivouacs nocturnes, étapes tous-terrains), le rallye du Mexique a évolué afin d'intégrer le championnat du monde des rallyes. Ainsi en 1993 il est devenu un rallye court avec un grand pourcentage d'épreuves spéciales (succès immédiat de la formule, et attribution du titre de rallye de l'année par la Mexican National Rally Commission), et il fut en phase d'observation FIA de 2001 à 2003.

En 2009 il disparaît du calendrier WRC du fait du principe des rotations. Les organisateurs en profitent alors pour lancer le concept de rallye des Nations (en) (12 états participants, dont la France avec Didier Auriol associé à Denis Giraudet (3es en "temps traditionnels") et Brice Tirabassi avec Fabrice Gordon). Le temps cumulé n'est plus alors retenu comme critère: s'y substitue un système de points attribués aux seize premiers (l'Espagne l'emportant de la sorte, avec Xavi Pons et Dani Solà - 1067.5 points).

Il est désormais connu pour être une épreuve compacte avec des liaisons très courtes.

Le pilote le plus victorieux est le nonuple champion du monde Sébastien Loeb avec six succès acquis de 2006 à 2012.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Podium de l'édition 2008, avec Loeb (1er), Atkinson et Latvala.
Année Pilote Copilote Voiture
1993 Drapeau : Mexique Giuseppe Spataro Drapeau : France Jean-Noël Valdelièvre Mitsubishi Eclipse
1994 Drapeau : Mexique Agustín Zamora Drapeau : Mexique Gabriel Marín Mitsubishi Eclipse
1997 Drapeau : États-Unis Roger Hull Drapeau : États-Unis Sean Gallagher Mitsubishi Eclipse
1998 Drapeau : Mexique Carlos Izquierdo Drapeau : Mexique Angélica Fuentes Nissan Tsuru
1999 Drapeau : Mexique Gabriel Marín Drapeau : Mexique Javier Marín Mitsubishi Lancer Evolution
2000 Drapeau : Jamaïque Douglas Gore Drapeau : Jamaïque Mark Nelson Mitsubishi Lancer Evolution
2001
(15e édition)
Drapeau : Pérou Ramón Ferreyros Drapeau : Pérou Raúl Velit Toyota Celica GT-Four ST205
2002 Drapeau : Finlande Harri Rovanperä Drapeau : Finlande Risto Pietiläinen Peugeot 206 WRC
2003 Drapeau : Argentine Marcos Ligato[1] Drapeau : Argentine Rubén García Mitsubishi Lancer Evo VII
2004 Drapeau : Estonie Markko Märtin Drapeau : Royaume-Uni Michael Park Ford Focus RS WRC 03
2005 Drapeau : Norvège Petter Solberg Drapeau : Royaume-Uni Phil Mills Subaru Impreza WRC 2005
2006 Drapeau : France Sébastien Loeb Drapeau : Monaco Daniel Elena Citroën Xsara WRC
2007 Drapeau : France Sébastien Loeb Drapeau : Monaco Daniel Elena Citroën C4 WRC
2008 Drapeau : France Sébastien Loeb Drapeau : Monaco Daniel Elena Citroën C4 WRC
2009
(Rally de las Naciones)
Drapeau : Autriche Manfred Stohl Drapeau : Autriche Ilka Minor Mitsubishi Lancer Evo IX
2010
(Rally del Bicentenario)[2]
Drapeau : France Sébastien Loeb Drapeau : Monaco Daniel Elena Citroën C4 WRC
2011 Drapeau : France Sébastien Loeb Drapeau : Monaco Daniel Elena Citroën DS3 WRC
2012 Drapeau : France Sébastien Loeb Drapeau : Monaco Daniel Elena Citroën DS3 WRC
2013 Drapeau : France Sébastien Ogier Drapeau : France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
2014 Drapeau : France Sébastien Ogier Drapeau : France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
2015 Drapeau : France Sébastien Ogier Drapeau : France Julien Ingrassia Volkswagen Polo R WRC
2016 Drapeau : Finlande Jari-Matti Latvala Drapeau : Finlande Miikka Anttila Volkswagen Polo R WRC
2017 Drapeau : Royaume-Uni Kris Meeke Drapeau : Irlande Paul Nagle Citroën C3 WRC
2018 Drapeau : France Sébastien Ogier Drapeau : France Julien Ingrassia Ford Fiesta WRC
2019 Drapeau : France Sébastien Ogier Drapeau : France Julien Ingrassia Citroën C3 WRC

Vainqueurs multiples[modifier | modifier le code]

Victoires Pilote Années
6 Drapeau de la France Sébastien Loeb 2006, 2007, 2008, 2010, 2011, 2012
5 Drapeau de la France Sébastien Ogier 2013, 2014, 2015, 2018, 2019
Victoires Constructeurs
8 Drapeau de la France Citroën
6 Drapeau du Japon Mitsubishi
4 Drapeau de l'Allemagne Volkswagen

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marcos Ligato sur rallybase.nl
  2. Le 15 septembre 1810, depuis ce qui est aujourd'hui la ville de Dolores Hidalgo dans l'état de Guanajuato, un espagnol né au Mexique, le curé Miguel Hidalgo, aujourd’hui héros national, lève une armée hétéroclite et indisciplinée de villageois et d'indigènes pour le rétablissement de Ferdinand VII et contre les juntes espagnoles au service des Français. Il commence avec succès, mais échoue au Monte de las Cruces, dans sa tentative de prendre Mexico. Il est exécuté en 1811, mais le mouvement indépendantiste est lancé.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :