Raffaele Fitto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un homme politique italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Raffaele Fitto
Image illustrative de l'article Raffaele Fitto
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le
Élection 25 mai 2014
Législature 8e
Groupe politique PPE (2014-2015)
CRE (depuis 2015)
Biographie
Date de naissance (46 ans)
Lieu de naissance Maglie (Italie)
Parti politique FI (jusqu'à 2009)
PdL (2007-2013)
FI (2013-2015)
CeR (depuis 2015)

Raffaele Fitto (né le 28 août 1969 à Maglie) est une personnalité politique italienne, ancien ministre sans porte-feuille dans le gouvernement de Silvio Berlusconi du 7 mai 2008 jusqu'à la démission du gouvernement Berlusconi IV.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un important dirigeant de la Démocratie chrétienne, Raffaele Fitto a effectué toute sa carrière politique dans la région des Pouilles dans laquelle, en 2000, il est devenu le plus jeune président d'une région italienne. Battu en 2005 par Nichi Vendola, il est élu député l'année suivante (2006). Silvio Berlusconi l'a nommé responsable pour le Mezzogiorno de Forza Italia, avant de le choisir le 7 mai 2008 pour être ministre sans porte-feuille dans son quatrième gouvernement, issu des élections d'avril 2008.

Inculpé à Bari pour corruption, faux et financement illégal de partis politiques, le Parlement votera contre les poursuites (457 voix contre, une seule d'un député d'Italie des valeurs en faveur), trois mois après son élection[1]. Le 13 février 2013 Fitto est condamné en première instance par le tribunal de Bari dans une affaire de corruption, à quatre ans de prison (réduits à un) et à cinq ans d'inéligibilité, à la veille des élections générales italiennes de 2013 où il est tête de liste du Peuple de la liberté (PdL), le parti de Silvio Berlusconi et Angelino Alfano, dans sa région (Pouilles). En septembre 2015 il est acquitté de toutes les charges[2].

Fitto est mis en examen à nouveau le 3 février 2009 pour avoir participé à des enchères truquées et avoir pris des intérêts dans le cadre de la procédure de faillite et de redressement judiciaire de la Cedis. Le 6 juillet 2012, le Ministère public demande la relaxe de Raffaele Fitto suite à la prescription des faits délictueux qui lui sont reprochés[3]. Néanmoins, celui-ci renonce à la prescription des faits et l'ancien ministre du PdL Fitto est acquitté le 22 octobre 2012 « pour ne pas avoir accompli le fait »[4].

Lors des élections européennes de 2014, tête de liste de Forza Italia (FI) en Italie méridionale, Fitto est élu député européen avec 284 712 voix de préférence, le second plus grand nombre en Italie, juste derrière Simona Bonafé[5] (PD). Il siège au sein du groupe du Parti populaire européen (PPE). Le 17 mai 2015, Fitto annonce qu'il quitte le PPE pour rejoindre les Conservateurs et réformistes européens (ECR)[6]. Par la même occasion, il quitte Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi, pour fonder son propre parti, Conservateurs et réformistes (CeR), un parti politique italien de centre droit à l'opposition du gouvernement Renzi (PD et NCD); l'idéologie et le programme de CeR sont inspirés du Parti conservateur britannique, avec une forte connotation libérale[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il aurait obtenu 500 000 euros de Giampaolo Angelucci, président de cliniques privées, en échange de faveurs dans un marché public de 198 millions d'euros.
  2. (it) « Raffaele Fitto assolto in secondo grado dall'accusa di corruzione nell'inchiesta Fiorita: "Non ci fu tangente" », sur Il Fatto Quotidiano,‎ (consulté le 24 décembre 2015)
  3. « Inchiesta su turbativa d'asta: Fitto rinuncia alla prescrizione », la Repubblica,‎ (consulté le 16 juin 2013)
  4. (it) « Processo ‘La Fiorita’, assoluzione con formula piena per Raffaele Fitto », il Fatto Quotidiano,‎ (consulté le 16 juin 2013)
  5. (it) « Liste des députés européens d'Italie de la 8e législature élus », sur elezioni.interno.it
  6. (it) « FI: Fitto, capitolo chiuso.Esco dal gruppo del Ppe », sur La Repubblica,‎ (consulté le 23 mai 2015)
  7. (it) « Abbasso Le Pen, Merkel e Putin, evviva Cameron. Ecco il manifesto di Fitto e Capezzone », sur Formiche (consulté le 6 janvier 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]