République rauracienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

République rauracienne
Raurakische Republik (de)

17921793

Description de cette image, également commentée ci-après

L'évêché de Bâle vers 1800 sur lequel, en partie, était créée la république rauracienne

Informations générales
Statut République sœur de la République française
Histoire et événements
Entrée des troupes françaises dans l'évêché de Bâle
Proclamation de la république
Annexion à la république française

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La République rauracienne (en allemand Raurachische Republik, des Rauraci, peuple gaulois), située dans le Jura, formée de terres aujourd'hui en partie françaises et en partie suisses, est une des républiques sœurs née aux frontières françaises à la suite de la Révolution française en 1792. Elle ne dura que quelques mois, et disparut en mars 1793 ; la France annexa alors une partie du territoire qui forma le département du Mont-Terrible, lui-même rattaché au département du Haut-Rhin le 17 février 1800.

Puis en 1815, suite au Congrès de Vienne, le territoire fut partagé entre la France (département du Doubs) et la Suisse (Canton de Bâle et canton de Berne pour l'essentiel, une partie de ce territoire forme le canton du Jura depuis 1979).

Création de la République rauracienne[modifier | modifier le code]

Durant l'été 1790, inspiré par la Révolution française, le Jura, et plus particulièrement le Nord, s'agite ; des émeutes éclatent et un comité révolutionnaire réclame la tenue d'États généraux sous l'impulsion des corporations de Porrentruy. Inquiet, le prince-évêque de Bâle, Joseph von Roggenbach, fait appel à l'empereur qui lui envoie des troupes autrichiennes au printemps 1791, lesquelles sont cantonnées à Porrentruy. La France entre en guerre contre l'Autriche le 20 avril 1792. Le 30 avril, son armée pénètre dans l'évêché de Bâle pour, en conformité à l'alliance de 1780 conclue avec le Prince-Évêque, repousser les Autrichiens devenus ennemis[1]. Les troupes françaises occupent la partie germanique de la principauté, mais ne franchissent pas les frontières des bailliages sud respectant ainsi la neutralité helvétique, au moins jusqu'en 1797 [2]. Entre-temps, le prince a déjà pris la fuite abandonnant son château pour se réfugier à Bienne. Cette fuite sans gloire sonne le glas de la principauté épiscopale, même si von Roggenbach gouverne encore, au moins nominativement, le sud du territoire.

Le révolutionnaire jurassien Rengger arrive dans le sillage de l'armée française avec ses partisans. Sous son impulsion autoritaire, et avec les bonnes grâces de la France, une Assemblée nationale est convoquée. Le 19 décembre 1792, cette Assemblée proclame la déchéance du Prince-Évêque et la création de la République rauracienne. Mais la situation est confuse. Les partisans de la révolution s'entre-déchirent et pas moins de trois assemblées, élues chacune à leur tour, se succèdent en moins de trois mois. Toutes vont être envahies soit par une foule en armes, soit par des bataillons de soldats au gré des circonstances. Lors de la dernière, réunie sur ordre de la France, 77 des 115 députés régulièrement élus se voient interdire de siéger par les autorités françaises. Les autres, tous soigneusement sélectionnés comme partisans de la Convention nationale française, votent à l'unanimité le rattachement de l'éphémère République rauracienne à la République française. Le 21 mars 1793 la Convention nationale accepte l'annexion sous la forme d'un nouveau département : le Mont-Terrible[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bernel Arlette, Le droit du Code civil français applicable au Jura bernois, Thèse uni Berne, 1955.
  2. Daucourt Alphonse, De l'annexion du Jura à la France jusqu'à sa réunion au canton de Berne 1793 - 1815, Delémont, 1913.
  3. Paul-Otto Bessire, Histoire du Jura bernois et de l'ancien Évêché de Bâle, 1935.