Récepteur (biochimie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Récepteur.

En biochimie, un récepteur est une protéine de la membrane cellulaire ou du cytoplasme ou du noyau cellulaire qui se lie spécifiquement à un facteur spécifique (un ligand, tels un neurotransmetteur, une hormone, ou une autre substance), induisant une réponse cellulaire à ce ligand. Les modifications du comportement du récepteur protéique induites par le ligand conduisent à des modifications physiologiques qui constituent les « effets biologiques » du ligand.

Comme toutes les protéines, les récepteurs ont leur structure primaire codée par un gène sur l'ADN. La plupart des gènes codant des hormones comportent une petite séquence qui indique à la cellule si elles doivent être transportées vers la membrane cellulaire ou si elles doivent rester dans le cytoplasme.

Généralités[modifier | modifier le code]

De nombreuses maladies génétiques sont dues à des anomalies au niveau des gènes codant ces récepteurs. Parfois, il est difficile de dire si le récepteur n'est pas fonctionnel ou si le niveau de production de l'hormone correspondante est diminué ; ces cas entrent dans la catégorie de maladies endocrines dites « pseudo-hypo- » dans lesquelles la réponse insuffisante du récepteur à son hormone passe pour un déficit dans la production de cette dernière.

E=Domaine extracellulaire ; I=Domaine intracellulaire ; P=Membrane plasmique.

Il existe différents types de récepteurs en fonction de leur ligand et de leurs fonctions :

Agonistes versus antagonistes[modifier | modifier le code]

Tous les ligands qui se fixent à un récepteur ne l'activent pas obligatoirement, il existe différents types de ligands :


  • Agonistes (totaux) qui sont capables d'activer le récepteur et le résultat de la réponse biologique est maximal. La plupart des ligands naturels sont des agonistes totaux.
  • Agonistes partiels qui n'activent pas pleinement le récepteur, la réponse est donc partielle en comparaison avec les agonistes totaux.
  • Antagonistes qui se lient au récepteur mais ne l'activent pas du tout. Il en résulte en blocage total du récepteur, inhibant ainsi la liaison avec d'autres ligands.
  • Agonistes inverses qui réduisent l'activité du récepteur en inhibant partiellement son activité et sa capacité à se lier à d'autres ligands eux agonistes.

Protéines de la membrane plasmique[modifier | modifier le code]

Récepteurs transmembranaires[modifier | modifier le code]

Il existe deux grands types de récepteurs membranaires : les récepteurs ionotropes qui sont des protéines canal et les récepteurs métabotropes qui sont couplés à des protéines G.

Récepteurs métabotropes[modifier | modifier le code]

Récepteurs couplés aux protéines G (RCPG)[modifier | modifier le code]

Ces récepteurs sont aussi connus sous le nom de récepteurs à 7 domaines transmembranaires

Récepteurs tyrosine-kinases[modifier | modifier le code]

Ces récepteurs détectent leur(s) ligand(s) et propagent le signal grâce à l'activité tyrosine-kinase de leur domaine intracellulaire. Cette famille de récepteurs comprend :

Récepteurs guanylyl-cyclases[modifier | modifier le code]

Récepteurs ionotropes[modifier | modifier le code]

La liste complète des récepteurs des membranes plasmiques humaines est disponible sur le site du Human Plasma Membrane Réceptome (http://receptome.stanford.edu).

Récepteurs intracellulaires[modifier | modifier le code]

facteurs de transcriptions[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]