Quartier Nantes Erdre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quartier Nantes Erdre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Ville Nantes
Démographie
Population 24 146 hab. (2008)
Densité 2 029 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 15′ 33″ nord, 1° 31′ 36″ ouest
Superficie 1 190 ha = 11,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nantes

Voir la carte administrative de Nantes
City locator 14.svg
Quartier Nantes Erdre

Géolocalisation sur la carte : Nantes

Voir la carte topographique de Nantes
City locator 14.svg
Quartier Nantes Erdre

Le quartier Nantes Erdre est un des onze quartiers de Nantes.

Description[modifier | modifier le code]

Carte du quartier Nantes Erdre

Ce quartier est délimité[1] :

Selon l'Insee, il est constitué de 8 micro-quartiers : Beaujoire-Halvêque, Chantrerie-Gachet, Eraudière-Renaudière, Le Plessis Tison, Port Boyer, Ranzay-Grand Clos, Saint-Joseph de Porterie et Tortière[2].

Composition[modifier | modifier le code]

Beaujoire-Halvêque[modifier | modifier le code]

Le vocable de Beaujoire vient du terme « bauge » qui désigne notamment la tanière du sanglier, et qui, par extension, qualifiait autrefois ces terres boueuses et les prés marécageux[3], tandis que Halvêque est une contraction du terme « Haie-l'Évêque » qui indique clairement l'appartenance de domaine à l'évêché de Nantes[4].

En 1920, les Batignolles-Châtillon construisent à la Halvêque et la Baratte deux de leurs trois cités ouvrières (avec celle du Ranzay).

Chantrerie-Gachet[modifier | modifier le code]

Le premier vocable fait référence au terme de chantre puisque les revenus d'une importante ferme qui s'y trouvait servaient à entretenir la chorale de la cathédrale de Nantes, tandis que le nom de « Gachet » désigne le village situé à proximité. Il s'agit du quartier le plus septentrional de la ville.

Eraudière-Renaudière[modifier | modifier le code]

Ces deux vocables désignent chacun une tenure dont les noms sont à rattacher aux patronymes de leurs propriétaires : ainsi, l'« Eraudière » aurait été la propriété d'un certain Raud ou Eraud (patronyme très fréquent dans la région), alors la « Renaudière » est attaché à la famille Renaud[4].

Le Plessis-Tison[modifier | modifier le code]

Le nom de Plessis-Tison est associé à un ancien domaine seigneurial appartenant à la famille de la Tullaye[5],[6]. Ceux-ci le vendirent à la ville de Nantes en 1926 qui y aménagea le parc du Plessis-Tison.

Port Boyer[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, il désigne l'un des nombreux port naturel qui se trouve le long du cours de l'Erdre.

Ranzay-Grand Clos[modifier | modifier le code]

Le premier vocable désigne la seigneurie du « Ranzay » (ou « Clermont-Ranzay ») qui était un domaine déjà connu dans la charte du roi Louis VI le Gros sous le nom de Rantiacum. Celui-ci, planté de vignes fut attribué en 1469 par le duc François II a son secrétaire Jacques Raboceau en guise de récompense et exempta le Ranzay d'impôts[7].

Le second vocable, le « Grand Clos » désigne l'une des premières cités nées de la reconstruction après la seconde Guerre mondiale. Élaborée par l’architecte Michel Roux-Spitz, elle fut inaugurée en mars 1949[4].

En 1920, les Batignolles-Châtillon construisent au Ranzay une de leurs trois cités ouvrières (avec La Halvêque et La Baratte).

Saint-Joseph de Porterie[modifier | modifier le code]

Le bourg de Saint-Joseph de Porterie prend forme en 1846 autour de l'église nouvellement construite, sur le domaine de l'ancienne seigneurie de la Porterie appartenant à la famille Despinoze[4],[7],[8].

Tortière[modifier | modifier le code]

Le suffixe -ière venant du Latin aria signifiant « propriété de » indique l'existence en ce lieu d'un domaine ou d'une tenure, dont le nom était associé à celui de son propriétaire.

Démographie[modifier | modifier le code]

Le quartier Nantes Erdre compte plus de 24 000 habitants, et a connu la plus forte progression démographique dans les années 1990 avec + 25,7 %, même si le quartier reste le moins dense de la ville[2].

Administration[modifier | modifier le code]

Le quartier compte actuellement une mairie annexe située au no 249, route de Saint-Joseph au manoir de Clermont dans le micro-quartier de Ranzay-Grand Clos[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir plan du quartier page 9 du guide animation sociale et culturelle Nantes Erdre
  2. a et b [PDF] « Nantes Erdre », Insee, (consulté le 10 août 2014).
  3. Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des noms de villes et villages - Loire-Alantique, Saint-Jean-d'Angély, Éditions Boudessoules, , 287 p. (ISBN 2-913471-45-5), p. 19
  4. a, b, c et d La cité du Grand-Clos - Histoire d'un quartier
  5. Annales de Nantes et du pays nantais - 4e strimestre 1987 - N°226 - Page 21
  6. « Parcs et jardins : Parc du Plessis-Tison. Création du parc, acquisition du terrain. », sur catalogue.archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 3 mai 2013).
  7. a et b Les annales de Nantes et du pays nantais - n°292 - 2e semestre 2004
  8. Histoire du quartier Nantes Erdre
  9. Mairie annexe Ranzay sur le site de la ville de Nantes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Saint-Joseph de Porterie, coll. « Les Annales de Nantes et du Pays Nantais » (no 292), (ISSN 0991-7179, lire en ligne)
    • Louis Le Bail : Histoire de Saint-Joseph de Porterie
    • Emmanuel Pavy : Le Parc floral de la Beaujoire
    • Xavier Trochu : Le stade de la Beaujoire-Louis Fonteneau
    • Michel Launay : Hélène de Chappotin (1839-1904) et la folie du Fort
    • Louis Le Bail : Lieux-dits, lieux de mémoire, de Saint-Joseph de Porterie
    • Louis Le Bail : Sur les rives de l'Erdre, du halage au sentier
    • Louis Le Bail : Une association de Saint-Joseph de Porterie : la Commune libre
    • Louis Le Bail : La cité des Castors
    • Xavier Trochu : Le champ de manœuvre et de tir du Bêle
    • Françoise Leclercq : Saint-Joseph de Porterie et son espace technopolitain

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]