Politique en Andorre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Depuis l'adoption de la Constitution de 1993, l'Andorre est une démocratie représentative[1]. Avant cette date, elle fonctionnait comme une monarchie coutumière.

Politique andorrane avant 1993[modifier | modifier le code]

Avant l'adoption de la Constitution, un traité féodal instituait comme souverains les coprinces d'Andorre, c'est-à-dire le chef de l'État français représenté par le Viguier d'Andorre, l'évêque espagnol d'Urgell. Ceux-ci légalement disposent d'un droit de veto sur les décisions du pays, notamment sur celles concernant la politique extérieure andorrane.

L'État possédait alors un parlement, créé en 1419, le Conseil de la Terre (en catalan : Consell de la Terra), devenu le Conseil général par la réforme de 1866. Cette assemblée fut dominée pendant des siècles par les grandes familles notables, malgré des réformes successives.

La principauté ne jouait aucun rôle politique international, à l'image de Monaco ou du Liechtenstein, autres micro-États européens ayant rejoint l'ONU au début des années 1990.

Points majeurs de la constitution[modifier | modifier le code]

Traités internationaux[modifier | modifier le code]

L’Andorre selon sa constitution fait passer les traités internationaux devant ses propres lois[2].

Nationalité[modifier | modifier le code]

La double nationalité n'est pas reconnue. L'acquisition d'une autre nationalité entraîne automatiquement la perte de la nationalité andorrane[3].

Droit à la vie[modifier | modifier le code]

L'Andorre reconnaît le droit à la vie et la protège pleinement dans ses différentes phases[4].

Censure[modifier | modifier le code]

Sont reconnues les libertés d’expression, de communication et d’information. La loi règle le droit de réponse, le droit de rectification ainsi que le secret professionnel. La censure préalable ou tout autre moyen de contrôle idéologique de la part des pouvoirs publics demeurent interdits[5].

Pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gouvernement d'Andorre.
Article détaillé : Chef du gouvernement d'Andorre.

Le chef du gouvernement d'Andorre (Cap de Govern) est Xavier Espot Zamora (Démocrates pour Andorre) depuis le 16 mai 2019.

Pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Conseil général (Andorre).

Le Conseil général est l'une des institutions les plus vieilles de l'Andorre. Il fut créé sous le nom de Conseil de la Terre en 1419 puis Conseil général (Conseill General) lors de la réforme de 1866. Depuis l'adoption de la Constitution de 1993, il est l'assemblée législative de la principauté. Il compte 28 membres, chacune de 7 paroisses en élisant 4.

Depuis les élections de 2015, le conseil général comprend trois groupes parlementaires :

Partis politiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Partis politiques d'Andorre.

Ci-dessous un résumé avec les partis siégeant au Conseil général.

Parti Positionnement Sièges au Conseil général

(2019-2023)

Notes
Démocrates pour Andorre Centre droit

Libéralisme,

libéral-conservatisme

11 / 28
Fondé en 2011, il succède à la Coalition réformiste.
Parti social-démocrate Centre gauche

Social-démocratie

7 / 28
Au pouvoir entre 2009 et 2011
Libéraux d'Andorre Centre droit

Libéralisme

4 / 28
Au pouvoir de 1994 à 2009 et principale composante de la Coalition réformiste de 2009 à 2011.
Troisième voie Centre droit

Conservatisme, souverainisme

4 / 28
Citoyens engagés
2 / 28
Parti communal à La Massana, paroisse dans laquelle il obtient 2 sièges aux législatives de 2019.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Constitution article I.1.1
  2. Constitution, article I.3.4
  3. Constitution II.7.2
  4. Constitution Article 8,1
  5. Constitution III.12

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]